France
Informations générales
Les subdivisions de la France
L'île de la Rénion
La capitale
Explorateur
Le mystère des pierres sacrées
Animaux sauvages dans Paris
Références
Agriculture
Energies
Matières premières
by Pepe ©
Accueil Arborescence Page précédente



Informations générales  Up Page
Aperçu
Population: 62 616 400 habitants.
Superficie: 551 500 km2.
Point culminant: 4 810 m (Mont Blanc).
Capitale: Paris.


Institution  Up Page
Régions


Départements


Economie  Up Page
L'île de la Rénion
La Réunion est le premier producteur de sucre de canne pour l'Europe. Les usines du Gol et de Bois-Rouge en produisent 200 000 tonnes par an. La filière occupe plus de 50% des terres cultivables de l'île et participe aux revenus de 15 000 familles.

Hydrates de gaz: le nouveau pétrole ?
La France dispose-t-elle d’hydrates de gaz au fond de la mer de Corail, dans le sud-ouest du Pacifique ? Ce curieux composé à base d’eau et de méthane intéresse les chercheurs depuis que d’importants gisements ont été découverts à travers le monde. Jusqu’au 5 octobre 2004, une campagne d’exploration a mobilisé deux navires au large de la Nouvelle-Calédonie. Objectif de la mission ZoNéCo : vérifier l’existence d’un signal sismique généralement associé à la présence de cette matière. Connus des chimistes depuis le XIXe siècle, les hydrates de gaz ressemblent à une glace blanche, nuancée d’orange, de rouge, de bleu et de gris. Ils sont faits de molécules d’eau assemblées en cages - les "clathrates" - contenant du méthane. Très abondants sur notre planète, ils se forment naturellement dans le sous-sol : au-delà de 1 000 mètres sous la terre gelée d’un permafrost nordique ou à plus de 500 mètres au-dessous du plancher des océans profonds. L’intérêt de cet étrange solide ? Il stocke d’énormes quantités de méthane. En fondant, 1 centimètre cube d’hydrate de gaz libère jusqu’à 164 centimètres cubes de gaz !

Longtemps, les géologues ont ignoré l’existence à l’état naturel de cette "cage à méthane" . Observée d’abord au cours de manipulations en laboratoire, elle fut plus tard considérée comme une nuisance industrielle. Sous certaines conditions, cette substance chimique bouche, en effet, les conduits de gaz naturel. Mais, en 1964, une découverte va bouleverser les connaissances dans ce domaine. En Sibérie, des ingénieurs soviétiques, travaillant sur un champ gazier, détectent au fond d’un puits un surprenant échantillon : le premier bloc d’hydrates de gaz. Depuis, les scientifiques ont appris que ce composé est emprisonné dans des couches de sédiments larges de quelques centaines de mètres. Il s’y formerait à partir du méthane issu de la décomposition de matières organiques. A basses températures et sous de fortes pressions, cette substance s’associerait avec de l’eau pour former un complexe solide. Enfin, grâce à des techniques sismiques et à des forages, les chercheurs ont repéré des régions - golfe du Mexique, zone de subduction de Cascadia, au large des Etats-Unis, ou encore fosse de Nankai, au sud-est du Japon... - où cette ressource abonde.

Le stock s’avère fabuleux : le Service géologique américain USGS) estimait, il y a quelques années, à 20 millions de milliards de mètres cubes la quantité de méthane présente dans le sol sous forme d’hydrates. Deux fois le volume équivalent des réserves prouvées de charbon, de pétrole et de gaz réunies ! Pourrait-on profiter de cette manne extraordinaire ? Le jeu en vaut la chandelle : mise à profit, 1 % de cette ressource suffirait à fournir la planète entière en énergie propre et peu génératrice de gaz à effet de serre. "Toutefois, seuls les gisements d’hydrates les plus riches seraient exploitables", explique Jean-Paul Foucher, chercheur à l’Ifremer, à Brest. "Or il est aujourd’hui impossible de connaître leur teneur précise sans procéder à des forages coûteux". Lancé en 2001, le projet européen Hydratech, auquel participe, pour la France, l’Ifremer, vise à développer des méthodes pour quantifier les hydrates du sous-sol.

Il a abouti, en 2004, à la mise au point d’une technique fondée sur l’analyse d’ondes acoustiques générées par des "stations d’écoutes sismiques" disposées en fond de mer. Reste toutefois à évaluer les performances de cet outil en le comparant à des forages. Seconde difficulté : l’exploitation. Rien n’indiquait, a priori, que les ingénieurs soient capables de tirer du gaz d’un champ d’hydrates. Commencé en 2002, un programme international baptisé "Mallik", associant cinq pays, devait en apporter la preuve. Mis en œuvre dans le delta de la rivière Mackenzie, aux confins des Territoires du Nord-Ouest canadien, il a permis de tester durant deux ans, sur un puits, les procédés permettant de recueillir, par chauffage ou par réduction de pression, le méthane gazeux. Un pari réussi : au mois de décembre 2003, les chercheurs ont annoncé avoir réussi à produire, durant cinq jours consécutifs, le précieux fluide.

Croissance favorable
Selon l'estimation précoce du taux de croissance au premier trimestre de l'année 2004 (1,7%), publiée par l'Institut national de la statistique et des études économiques (INSEE), le produit intérieur brut (PIB) français a progressé de 0,8%, une augmentation par rapport au 0,6% enregistré aux 3e et 4e trimestres de 2003.

"C'est une très bonne surprise", a déclaré Nicolas Sarkozy (ministre des finances) à l'issue du conseil des ministres. "Cela montre que la croissance revient, qu'elle revient fortement. Il faut la conforter, la soutenir et c'est une très bonne nouvelle pour l'économie française et pour tous ceux qui sont en attente d'un emploi". "Comme le suggèrent les dernières prévisions des organisations internationales, notamment celles de l'OCDE (Organisation de coopération et de développement économiques), la France est désormais à même de prendre une plus grande place dans le mouvement de croissance mondiale", a-t-il dit dans un communiqué.

Pour M. Sarkozy, "une politique économique favorable à la confiance et à la demande, tout en poursuivant l'assainissement de nos finances publiques, doit conforter la reprise et favoriser le redressement de l'emploi. C'est celle qui est engagée".Selon Marc Touati, chef économiste chez Natexis Banques populaires, il s'agit d'une bonne nouvelle, mais la situation demeure "fragile"."Si les ménages réussissent à maintenir un niveau de consommation appréciable, c'est principalement parce qu'ils s'endettent", explique-t-il. "Si l'investissement et l'emploi ne repartent pas franchement et durablement dans les mois à venir, les lendemains risquent de s'avérer difficiles pour la consommation, donc pour la croissance", met en garde l'expert en économie.

Géographie  Up Page
Notre Dame de Paris




Notre Dame de Paris (maquette)




La basilique du Sacré Cœur


La tour Eiffel


Le pont des Invalides




Le Louvre


Le centre Pompidou (ou centre Beaubourg)


L'arc de Triomphe


Le pont de l'Alma


La place Chatelet - Les Halles


La place Saint-Michel


Le pont Neuf


Paris


Histoire  Up Page
Explorateur
Thévenot (Jean de), voyageur français (1633-1667). Il parcourut l'Asie occidentale et l'Inde à partir de 1656; il passe pour avoir introduit en France l'usage du café.

Le roi de l'Ile
Le "roi de l'île", le mouflon de Corse, occupe l'île de Beauté deplus plus de huit mille ans. Victimes des braconniers, ils ne sont plus que quelques centaines. Protégés depuis 1956, on les trouve surtout dans les réserves d'Ascu et de Bavella.

Culture  Up Page
Le mystère des pierres sacrées
Ce n'est pas la Bretagne qui possède le plus grand nombre de dolmens (entre 600 et 800), mais le Rouergue, région correspondant au département de l'Aveyron. Celui-ci, avec 1 000 dolmens, arrive très largement en tête.

La Joconde
Après la défaite de Pavie (1525), où il fut fait prisonnier, François Ier revint en France et s'installa au château de Fontainebleau, qu'il fit reconstruire à partir de 1528. Il choisit d'y exposer la Joconde, qu'il acheta à son protégé Léonard de Vinci.

Arômes et Saveurs  Up Page
Animaux sauvages dans Paris
De nombreux animaux et insectes se sont adaptés à la vie urbaine parisienne. Ainsi, des faucons crécelles nichent sur l'Arc de triomphe, une famille de renards a creusé son terrier au Parc floral de Vincennes et des apiculteurs cultivent le miel d'abeilles sur les toits de l'Opéra Garnier.
"Il y a vingt ans, un ami pompier, qui élevait des poissons dans le bassin au sous-sol, m'a conseillé de placer ma ruche sur le toit, car il y avait de la place."
Jean Paucton, ancien accessoiriste et apiculteur amateur.
"Contrairement aux idées reçues, les abeilles parisiennes travaillent très bien. "Elles sortent souvent à cause de la température élevée et butinent des dizaines d'espèces de plantes, du jardin des Tuileries jusqu'au bord du périphérique.
A la campagne, la monoculture a restreint la diversité. "Mon miel est très parfumé", assure Jean Paucton. Sa production de 500 kilos par an est vendue dans l'enceinte de l'Opéra. Il coûte tout de même 13 euros pour 125 grammes de plaisir.

Les références  Up Page
Réseau Pepe
@Acropolitis
ChallengeS
Energies dans le monde Ouvrage numérique
Terres vierges mondes interdits Sélection du Reager's Digest
 
Pourquoi ce site
Je crois que, si les êtres humains que nous sommes ne parviennent pas toujours à évoluer comme ils le souhaiteraient _à s'épanouir professionnellement, sentimentalement et sexuellement (ce que j'appelle les trois pôles d'intérêts) c'est parce qu'il y a des barrages qui entravent leur désir d'accéder à un rêve inachevé. Je pars du principe que tout est possible, à condition de s'entourer de gens qui nous poussent à croire en nous.
 
Contribuer au Réseau Pepe
Ce site est avant tout une encyclopédie ouverte à l'imagination et au savoir, où chacun(e) d'entre vous peut participer.
Si vous avez envie de partager une passion, ou si vous sentez le besoin de vous exprimer sur un point précis, je vous invite à m'adresser un e-mail (adresse électronique accessible sur ma page d'accueil).
AGRICULTURE Up Page 1990 1995 2000 2005 2010 2015 2020
Blé
(millions de tonnes)
38,939 36,886
(2008)
Bois
(millions de mètres cube)
35,449 63,171
(2008)
Cacao
(millions de tonnes)
Café
(millions de tonnes)
Canne à sucre
(millions de tonnes)
Coton
(millions de tonnes)
Maïs
(millions de tonnes)
16,44 13,688
Millet
(millions de tonnes)
0,016 0,024
(2008)
Oranges
(millions de tonnes)
0,001 0,001
(2008)
Orge
(millions de tonnes)
10,976 10,313
(2008)
Pomme de terre
(millions de tonnes)
6,974 6,605
(2008)
Riz
(millions de tonnes)
0,105 0,102
(2008)
Thé
(millions de tonnes)
Vin
(millions de tonnes)
5,035 5,211
Bovins
(millions de têtes)
20,116 19,31
(2008)
Ovins
(millions de têtes)
9,336 9,097
(2008)
Porcins
(millions de têtes)
15,327 14,951
(2008)
Production halieutique
(millions de tonnes)
0,954 0,842
(2008)
ENERGIES Up Page 1990 1995 2000 2005 2010 2015 2020
Production totale d'énergie
(millions de tonnes équivalent pétrole)
134,991 137,766
(2008)
Consommation totale d'énergie
(millions de tonnes équivalent pétrole)
261,902 271,409
(2008)
Consommation d'énergie par habitant
(tonnes équivalent pétrole)
4,394 4,459
(2008)
Production d'électricité
(milliards de kWh)
553,877 571,459
(2008)
_ dont énergie biomasse (résidus forestiers & déchets agricoles) (MWh) 0,9%
5,3 TWh
(2012)
_ dont énergie éolienne (vent, courant aérien) (MWh) 2,7%
14,9 TWh
7 449 MW
(2012)
_ dont énergie de déchets non renouvelables (industriels & municipaux) (MWh) 0,4%
2,2 TWh
(2012)
_ dont énergie fossile (combustible naturel: charbon, pétrole, gaz naturel...) (MWh) 8,2%
46,3 TWh
(2012)
_ dont énergie géothermique (chaleur du sous-sol) (MWh)
_ dont énergie hydraulique (barrage, pompage-turbinage) (MWh) 10,94% 9,06%
(2008)
11,1%
62,5 TWh
(2012)
_ dont énergie marine (marée, vague, courant, hydrothermale) (MWh) 0,1%
509 GWh
(2012)
_ dont énergie nucléaire (fission ou fusion de l'atome d'uranium) (MWh) 78,86% 79,01%
(2008)
73,2%
(2013)425,4 TWh
_ dont énergie solaire (centrales photovoltaïques et centrales solaires thermiques) (MWh) 0,7%
4,1 TWh
+1079MWc
(2012)
Consommation d'électricité par habitant
(milliers de kWh)
7,572 7,944
(2008)
8,5574
(2012)
Consommation totale d'électricité
(milliards de kWh)
451,265 483,605
(2008)
MATIERES PREMIERES Up Page 1990 1995 2000 2005 2010 2015 2020
Argent
(tonnes)
0,5 0,7
(2008)
Bauxite
(millions de tonnes)
0,170 0,160
(2008)
Charbon
(million de tonnes)
Charbon & lignite
(million de tonnes)
2,240 0,500
(2008)
Cuivre
(millions de tonnes)
Diamant
(milliers de carats)
Etain
(tonnes)
Fer
(millions de tonne)
Gaz naturel
(millions de mètres cube)
1,325
(2006)
0,690
(2008)
Lignite
(millions de tonnes)
Nickel
(millions de tonnes)
Or
(tonnes)
1,7 1,0
(2008)
Pétrole
(millions de tonnes)
1,138
(2006)
1,079
(2007)
Phosphates
(millions de tonnes)
Plomb
(millions de tonnes)
Potasse
(millions de tonnes)
Uranium
(tonnes)
7,0
(2006)
5,0
(2008)
Zinc
(millions de tonnes)
0,268
(2006)
0,267
(2007)
Réserves de gaz
(milliards de mètres cube)
14
(2006)
14
(2008)
Réserves de pétrole
(millions de tonnes)
20
(2006)
22
(2008)