Effet Kirlian
La petite histoire
Comprendre simplement
Domaines de présence
Son interprétation dans l'avenir
Les références
Mais encore
by Pepe ©
 
Accueil  Arborescence  Page précédente

La petite histoire  Up Page
Enigme des photos de Kirlian
En 1939, deux chercheurs soviétiques, Semyan et Valentina Kirlian, "réinventèrent" une technique de photo du champ électrique qui avait, en fait, à leur insu ou non, été découverte plusieurs années auparavant par Nicolas Tesla, l'inventeur du transformateur de Tesla.

Comprendre simplement  Up Page
Transformateur de 20 000 volts
Cette technique est très simple: placez une plaque photographique très sensible entre deux plaques de métal reliées à des batteries de 6 volts, par l'intermédiaire d'un transformateur qui donnera un voltage de 20 à 30 000 volts. Installez le tout dans une chambre noire et placez une feuille d'arbre par exemple, sur la plaque photographique: elle émettra sur ses bords un rayonnement faible, que la plaque enregistrera.

Domaines de présence  Up Page
Un aura
Qu'est-ce donc que ce rayonnement ? Un effet corona, disent les électriciens. Mais pourquoi alors cet effet varie-t-il selon l'état de la feuille: une feuille morte émet un rayonnement beaucoup plus faible qu'une feuille fraîchement coupée. Question d'humidité de la feuille, observent encore les électriciens. Mais alors pourquoi, à humidité égale, cet effet est-il plus intense en certains points qu'en d'autres ? ...
Certaines spéculations voudraient que l'aura enregistrée soit constituée d'électrons et qu'elle permette ainsi de mesurer le potentiel énergétique d'un être vivant.

Son interprétation dans l'avenir  Up Page
Modifications physiologiques
Pour le Dr Thelma Moss, psychologue à l'Université de Californie, Los Angeles, les "auras", comme lesempreintes digitales, sont uniques, et caractéristiques d'une personne. L'étude de certains individus pendant plusieurs mois, dit-elle, montre que l'image photographique peut changer de façon dramatique lors d'altérations physiologiques ou mentales d'un individu. Lorsqu'un sujet boit de l'alcool, par exemple, l'aura du bout de son devient graduellement plus brillante et colorée. Dans d'autres expériences, on a montré que quelques heures après l'infection d'une personne par le virus de la grippe, des taches rouges commencent à apparaître.
 
Chimie de la peau
Un physicien bien connu, le le Pr William Tiller de l'Université de Stanford, explique le phénomène de la façon suivante: "Le champ électrique provoque l'émission d'électrons à partir d'un système vivant, et une abondante ionisation grâce à l'accélération des électrons par le champ électrique." Le Dr Arthur Kantrowitz, qui dirige un laboratoire de recherches à Everett, Massachusetts, ajoute que la nature chimique des gaz dans lesquels se produit une décharge électrique ont une influence sur cette décharge. "Des produits sur la peau, tels la sueur ou des graisses, s'évaporent et changent la couleur de la décharge. Il se peut que la photographie de Kirlian reflète ainsi la chimie de la peau."

Les références  Up Page
Réseau Pepe
Science & Vie mars 1974 n678
Science & Vie juin 1974 n681
Science & Vie dévembre 1975 n699
 
Pourquoi ce site
Je crois que, si les êtres humains que nous sommes ne parviennent pas toujours à évoluer comme ils le souhaiteraient _à s'épanouir professionnellement, sentimentalement et sexuellement (ce que j'appelle les trois pôles d'intérêts) c'est parce qu'il y a des barrages qui entravent leur désir d'accéder à un rêve inachevé. Je pars du principe que tout est possible, à condition de s'entourer de gens qui nous poussent à croire en nous.
 
Contribuer au Réseau Pepe
Ce site est avant tout une encyclopédie ouverte à l'imagination et au savoir, où chacun(e) d'entre vous peut participer.
Si vous avez envie de partager une passion, ou si vous sentez le besoin de vous exprimer sur un point précis, je vous invite à m'adresser un e-mail (adresse électronique accessible sur ma page d'accueil).

Mais encore  Up Page
Ce que vous avez toujours voulu savoir
En 1777, déjà, le physicien allemand Georg Christoph Lichtenberg avait décrit les traces laissées par des étincelles sur la poussière d'une plaque isolante. Dès 1851 ces "figures de Lichtenberg" étaient fixées sur daguerréotype. Il s'agissait bien de l'ancêtre de la photographie de Kirlian. L'appareil utilisé n'est rien d'autre qu'un transformateur qui produit de haute tension, de 20 à 60 kvolt, de haute fréquence, de 60 à 80 kilohertz mais de très faible intensité, de l'ordre de 1 microampère.
Cette tension est appliquée à une plaque métallique, une électrode, protégée par une mince couche diélectrique, verre ou plastique. L'objet posé sur le papier sensible (votre doigt où la feuille 'arbre) constitue une autre électrode. Entre les deux électrodes dont l'une est portée à une électrode. Entre les deux électrodes dont l'une est portée à un potentiel de plusieurs dizaines de milliers de volts, alors que l'autre, reliée à la terre, est au potentiel zéron, un arc électrique va s'amorcer si la distance est suffisante. C'est-à-dire qu'un flot d'électrons va passer d'une électrode à l'autre.
Si la distance est très faible ou mieux s'il y a contact, il n'y aura plus un arc unique mais l'échange d'électrons va se faire de manière diffuse tout autour de l'objet. On parle alors d' "avalanche" d'électrons . C'est l'effet "corona" bien connu des physiciens. Les électrons vont ioniser les molécules de l'air qu'ils rencontrent ce qui va provoquer l'émission d'ultraviolet et de lumière visible, surtout du bleu. Contrairement à ce qui a été souvent dit, ce halo est parfaitement visible à l'oeil nu pendant les expériences. Il n'y a donc rien d'étonnant à ce que le flot d'électrons et la lumière émise, impressionnent le paper sensible. Un étude menée à l'Université du Nord -Colorado a d'ailleurs montré que pour un même obejt le diamètre de la couronne était approximativement proportionnel au champ électrique appliqué.