Vêtements et selles scythes (Russie méridionale)
La petite histoire
Comprendre simplement
Domaines de présence
Son interprétation dans l'avenir
Les références
Mais encore
by Pepe ©
 
Accueil  Arborescence  Page précédente

La petite histoire  Up Page
Origine, raisons, hasard
Des vêtements vieux de 2700 ans ont été découverts en Russie méridionale dans une région habitée par les Scythes. Dans cette même région où des selles et leurs harnachements furent trouvés.

Comprendre simplement  Up Page
Vulgarisation, de 7 à 77 ans
En avril 1970, une équipe d'archéologues et de scientifiques met à jour la tombe d'un prince scythe. Vieille de 2 400 ans, cette sépulture, qui a échappé aux pillages, recèle de véritables trésors,(douze chevaux arnachés d'or, des figurines, des selles, des pendeloques ...). Leur découverte permet ainsi de percer certains mystères qui entourent la vie de ce peuple nomade dont l'empire s'étendait dans les steppes de l'Eurasie.

Domaines de présence  Up Page
Nos ancêtres Barbares
Utilisé par Hérodote et par ses contemporains pour désigner tous ceux qui n'appartenaient pas au monde héllénique, le terme "barbare" s'est chargé au fil du temps d'une connotation tout à fait péjorative. Quand on sait que les anciens Grecs tenaient pour barbares les Perses et les Egyptiens, on est tenté de reconsidérer les réflexes anciennement acquis à ce propos. Certes, les coutumes que l'historien d'Halicarnasse nous décrit chez les anciens Scythes de la Russie du Sud correspondent bien à l'idée que l'on se fait aujourd'hui de la "barbarie", mais les trésors d'orfèvrerie livrés par les kourganes et la prospérité des plaines agricoles qui s'étendaient au nord de la mer Noire infirment largement l'impression négative que peuvent susciter certains passages de l'Enquête.

Son interprétation dans l'avenir  Up Page
Sépultures barbares
Les Scythes apparaissent dans l'histoire au VIIIe siècle av. J.-C. La plus ancienne mention que nous en ayons se trouve dans les annales assyriennes de Sargon (722-705) où ils apparaissent sous le nom d'Ashgusaya (ou Askusaï). Ce nom, qu'on retrouve dans la Bible sous la forme d'Azguza (ou Iskuza) est très voisin de la forme grecque par laquelle on les connaît dans nos langues, skythoi (le y se prononce ou), pour ne pas poser l'hypothèse d'une origine commune des deux appellations, Grecs et Sémites ayant chacun interprété dans leur propre langue le nom indigène de ce peuple.
Les anciens Grecs donnaient le nom de Scythe à une quantité de tribus plus ou moins nomades de pasteurs dispersés à travers toute la steppe "soviétique", depuis les Carpates jusqu'aux monts Altaï, en Asie centrale. Il semble bien qu'ils aient ainsi étendu un ethnonyme restreint à diverses populations de langues et d'ethnies très différentes. C'est ce qui explique les hésitations des spécialistes qui voient dans les Scythes, les uns un peuple d'origine iranienne venu des régions voisines de la Caspienne ou de la mer d'Aral, les autres un peuple altaïque (donc apparenté aux proto-Turcs) qui vivait vers les confins de l'actuelle Mongolie. Il semble bien que les Scythes établis au VIIIe siècle dans les régions riveraines de la mer Noire et dont une branche va déferler sur l'Iran, l'Urartu et l'Assyrie au VIIe siècle av. J.-C. n'ont aucun trait commun  avec les peuples altaïques. Car ces premiers Scythes semblent bine être les ancêtres des Scythes que vont connaître de près les Grecs installés sur les rives septentrionnales de la mer Noire.
C'est donc à ces Scythes qu'on doit les sépultures sous tumuli appelées kourganes (ou kourgans).  L'une des plus prestigieuses de ces tombes, sans nul doute une tombe royale datée de la seconde moitié du IVe siècle av. J.-C., a été explorée en 1913 par un archéologue russe, Wesselowsy. A partir des publications du fouilleur et d'un article du président de la commission impériale archéologique, le comte A. Bobrinskoy, ainsi que d'entretiens avec deux personnages, Sophie Polovtsoff a publié dans la Revue archéologique de 1914 un compte rendu de ces fouilles au cours desquelles a été recueilli un peigne en or.

Les références  Up Page
Réseau Pepe
Civilisations mystérieuses n°1 Ivar Lissner
Des Barbares à Rome Editions Atlas
Tombeaux et trésors enfouis Guy Rachet
 
Pourquoi ce site
Je crois que, si les êtres humains que nous sommes ne parviennent pas toujours à évoluer comme ils le souhaiteraient _à s'épanouir professionnellement, sentimentalement et sexuellement (ce que j'appelle les trois pôles d'intérêts) c'est parce qu'il y a des barrages qui entravent leur désir d'accéder à un rêve inachevé. Je pars du principe que tout est possible, à condition de s'entourer de gens qui nous poussent à croire en nous.
 
Contribuer au Réseau Pepe
Ce site est avant tout une encyclopédie ouverte à l'imagination et au savoir, où chacun(e) d'entre vous peut participer.
Si vous avez envie de partager une passion, ou si vous sentez le besoin de vous exprimer sur un point précis, je vous invite à m'adresser un e-mail (adresse électronique accessible sur ma page d'accueil).

Mais encore  Up Page
Ce que vous avez toujours voulu savoir