Veniaminovitch (Solomon)
Qui est ce personnage
Travaux et découvertes
Citations et prix Nobel
Comment il voit le monde
Les références
Mais encore
by Pepe ©
 
Accueil  Arborescence  Page précédente

Qui est ce personnage  Up Page
Résumé succinct
Mémoire exceptionnelle
Le psychologue soviétique Alexandre Luria a suivi durant trente ans Solomon Veniaminovitch T. alias Veniamin. Dans les années 1920, ce reporter sans grand talent étonne son patron qui ne le voit pas prendre la moindre note ... sans oublier quoi que ce soit des réunions quotidiennes. Le directeur décide alors d'envoyer son jeune prodige à l'Institut de psychologie où il est accueilli par Luria. Les scientifiques entame différents tests de mémoire et s'aperçoit très vite qu'il ne parvient pas à sonder celle de son patient. Tableaux de chiffres, de lettres, suites d'objets, Veniamin se souvient de tout, non seulement au bout d'une semaine, mais d'un mois, d'un an, de quinze !

Travaux et découvertes  Up Page
Ce quon lui doit
La méthode des lieux
Veniamin a redécouvert spontanément une mnémotechnique bien connue depuis l'Antiquité, la méthode des lieux. La rue de son enfance lui sert de support imaginaire où il place virtuellement chaque chose de la liste. Et lorsque Veniamin oublie un objet, c'est qu'il est passé devant sans le voir Un crayon posé près d'une barrière se confond avec elle, un œuf blanc posé devant un mur blanc, un drapeau rouge contre la façade du Mossoviet, rouge également.
Devenu mnémoniste de cabaret, il apprendra à remédier à ce genre de confusion en "grossissant" chaque objet ou en "l'éclairant" mieux.

Citations et prix Nobel  Up Page
Ce quon retient de lui
L'art d'oublier
D'après le psychologue soviétique Luria, Veniamin est littéralement incapable d'oubli et les risques de confusion entre l'avant-dernière et la dernière liste de chiffres qu'il vient d'apprendre, par exemple, peuvent mettre en péril sa carrière. Le prodige expérimente différentes méthodes d'oubli infructueuses. Ainsi il froisse et enflamme mentalement la liste à occulter. En vain, l'encre reste visible sur le papier calciné. Veniamin échoue aussi en la recouvrant d'une pellicule opaque et impénétrable. Ce n'est qu'en "décidant" de ne plus se la rappeler qu'il parvient, d'une façon encore énigmatique, à "oublier".
 
"Je craignais de voir réapparaître le premier tableau. Je me disais: je veux / je veux pas ... Le tableau n'apparaissait toujours pas. Pour une raison évidente: je ne voulais pas ! Il suffisait simplement d'en prendre conscience !", dira-t-il à Luria.
 

Comment il voit le monde  Up Page
Sa vision du futur
Convergence sensorielle
Alors qu'il est concentré sur une liste de mots, le phénomène fait une étrange réflexion concernant ce qu'il voit en se rappelant. Si l'expérimentateur dit par exemple "oui" ou "non" durant le test, Veniamin voit disparaître sur le tableau imaginaire qu'il récite une tache qui finit par faire disparaître les chiffres, l'obligeant à modifier les chiffres, l'obligeant à modifier mentalement leur position. Luria comprend alors que son patient en synesthète.
Chez Veniamin, chaque mot, chaque son projette dans son théâtre intérieur autant "d'éclaboussures" colorées. Tout objet rayonne en quelque sorte d'informations perceptives croisées. Qu'une sonnette retentisse et une petite boule bondit devant les yeux, quelque chose de rêche lui passe sous les doigts, avant qu'un goût d'eau salée lui envahisse le palais ...
"Vous avez la voie jaune et friable, annonce-t-il au linguiste Lev Vygotski (ou Vygotsky ?), la même que Samuel Eiseintein, c'est comme une flamme avec des nervures avançait vers moi ... Je commence à m'intéresser à cette voix et voici que je ne comprends plus ce qu'elle dit!". Car Veniamin subit une véritable symphonie sensorielle qui l'empêche de comprendre le sens de ce qu'il lit ou écoute. Comment comprendre ne serait-ce qu'un poème quand les métaphores y explosent d'ambiguïtés chatoyantes, chaudes ou rugueuses ?
Et comment être d'accord avec les mots lorsque leur sens contredit leur "valeur" sysnesthésique ? Le mot truie, par exemple, le scandalise. Aux oreilles de Veniamin, c'est un mot élégant qui ne cadre pas avec l'animal. "Alors que cochon [hazer en yiddish], on peut l'admettre, il est gras, avec une grosse panse, des soies dures, couvert de boue échée, a hazer !", tonne-t-il devant Luria. Que les lettres d'un menu soit mal calligraphiées et la nourriture lui semble sale, irmporepre à la consommation.
Luria comprend vite que cette extraordinaire faculté permet à Veniamin de transposer immédiatement le moindre mot, la moindre syllabe ou le plus insignifiant des chiffres en images indélébiles. Chargés d'impressions sensorielles intenses et même d'émotions, il ne les oubliera plus. Selon Luria, la convergence sensorielle, fossile cognitif de la petite enfance, serait en partie à l'origine de la mémoire prodigieuse de Veniamin.

Les références  Up Page
Réseau Pepe
Science & Avenir octobre 2000 n644
 
Pourquoi ce site
Je crois que, si les êtres humains que nous sommes ne parviennent pas toujours à évoluer comme ils le souhaiteraient _à s'épanouir professionnellement, sentimentalement et sexuellement (ce que j'appelle les trois pôles d'intérêts) c'est parce qu'il y a des barrages qui entravent leur désir d'accéder à un rêve inachevé. Je pars du principe que tout est possible, à condition de s'entourer de gens qui nous poussent à croire en nous.
 
Contribuer au Réseau Pepe
Ce site est avant tout une encyclopédie ouverte à l'imagination et au savoir, où chacun(e) d'entre vous peut participer.
Si vous avez envie de partager une passion, ou si vous sentez le besoin de vous exprimer sur un point précis, je vous invite à m'adresser un e-mail (adresse électronique accessible sur ma page d'accueil).

Mais encore  Up Page
Ce que vous avez toujours voulu savoir
Mémoire sémantique
Luria suggère que Veniamin pourrait souffrir de difficultés d'orientation spatiale. C'est peut-être la raison de l'inquiétude de Luria lorsqu'il demande à Veniamin s'il saurait retrouver l'Institut. "Comment pourrais-je me perdre ? Ce mur a un goût tellement sqlé, il est si rugueux et il produit un son si strident !", rétorque celui-ci.
Reste à savoir si cette mémoire est véritablement absolue. "En fait, la mémoire du patient de Luria est strictement épisodique, note Robert Jaffard, elle se réfère toujours à des événements vécus." Qu'en est-il alors de sa mémoire des concepts, des connaissances générales (la mémoire sémantique) ? "Il semble que Veniamin éprouve des difficultés à catégoriser, observe Alain Lieury. Plusieurs indices suggèrent que sa mémoire sémantique existe certes, mais fonctionne de manière très imagée et par analogie." En d'autres termes, elle pêcherait par manque d'abstraction.