Tsumani à Alexandrie
La petite histoire
Comprendre simplement
Domaines de présence
Son interprétation dans l'avenir
Les références
Mais encore
by Pepe ©
 
Accueil  Arborescence  Page précédente

La petite histoire  Up Page
Origine, raisons, hasard

Comprendre simplement  Up Page
Vulgarisation, de 7 à 77 ans

Domaines de présence  Up Page
Phare d'Alexandrie
Le mot "phare" vient du grec pharos, du nom de l'île sur laquelle se dressait le phare d'Alexandrie, l'une des Sept Merveilles du monde. Il a guidé les marins pendant dix-sept siècles. Un tremblement de terre l'a détruit en 1303.
 
Bibliothèque d'Alexandrie
La bibliothèque d'Alexandrie fut fondée vers 331 av. J.-C.par Ptolémée Ier Sôtêr. Elle aurait compté jusqu'à 700 000 volumes, avant d'être incendiée par accident en 47 par l'armée de César, qui voulait détruire la flotte de Ptolémée XIII alors amarrée !
En 25 avant Jésus-Christ, le géographe grec Strabon visite Alexandrie et en rédige une description assez complète. En se fondant sur ce texte, sur les recherches archéologiques et sur les plans établis d'après ces données, Jean-Claude Golvin, architecte, directeur de recherche au CNRS, a proposé récemment une restitution évocatrice d'Alexandrie à l'époque de Strabon. Depuis les fouilles terrestres et sous-marines en cours ont fait progresser notre connaissance de la cité antique et elles ont déjà permis d'affiner ou de corriger certains éléments de ce dessin.
 
Le site d'Alexandrie vu du Nord-Ouest, depuis la mer vers le lac (vers 300-280 av J.-C). Aquarelle de J.-C Golvin, modifiée (l'île d'Atrhodos et de Timonium ont été placés conformément à la récente carte de l'IEASM). La localisation de certains monuments sélectionnés ici est encore sujet à discussion.

1 Porte de la Rosette
2 Canal Canopique
3 Les Remparts
4 Voie Canotique
5 Quartier Delta
6 Citerne el-Nabi
7 Cap Lochias
8 Le Port royal
9 Timonium
10 Le Grand port
11 Phare
12 Antirhodos
13 Césaréum
14 La Bobliothèque
15 Le Musée
16 Arsinoeion
17 Heptastade
18 Port d'Eunostos
19 Sérapéum
20 Nécropolis

Son interprétation dans l'avenir  Up Page
Héraclion: monde englouti
Tremblement de terre et raz de marée ont rayé de la carte la cité d'Héracléion. Héracléion, se dessine peu à peu sur l'ancienne embouchure d'une branche du Nil. Le témoignage le plus précis est celui d'Hérodote qui, au Ve siècle av. J.-C., parle du temple d'Héraclès et d'une ville frontière nommée Thônis. Quatre siècles plus tard, Diodore rappelle que le nom de Thônis avait été celui d'un port. Mais Héracléion et Thônis étaient-ils une même cité ? Et quels événements avaient provoqué la totale disparition d'une place de cette importance ?
L'expression grecque thônis était la transcription d'un toponyme sorti du plus ancien vocabulaire égyptien, hôné. Cette expression désignait les divers débouchés des bras du Nil qui s'entrelacent et forment autant de lacs intérieurs, comme dans le Fayoum. Elle dénotait une topographie particulière: un endroit où il y a un fleuve, des réseaux dunaires, un terrain construit et un lac derrière.
Un promontoire central où s'élevaient le temple et ses annexes, entouré par la ville, avec un lac intérieur côté ouest se prolongeant sans doute par un canal jusqu'à Canope puis Alexandrie. De l'autre côté du temple, les quais et un vaste avant-port débouchent sur le Nil par une passe étroite. L'ensemble est protégé par le cordon dunaire de la berge ouest du fleuve. Sur le plan maritime, l'emplacement est idéal : à la fois abrité des vents dominant de nord-ouest et des tempêtes de nord-est.
L'Odyssée d'Homère atteste que Thônis existait dès le VIIIe siècle av. J.-C. A partir des 1640 objets exhumés cette année, on peut suivre l'occupation du site à partir du IVe siècle av. J.-C., avec notamment la précieuse stèle de Nectanébo 1er (380 av. J.-C.). Il n'y a rien de postérieur au 1er siècle de notre ère, à part deux objets romains. Rien d'époque byzantine. Ces dates sont sensiblement différentes de celles relevées dans les ruines du faubourg de Canope, où de nombreuses pièces en or islamiques jonchaient le sol. Ici, tout semble s'arrêter lors du grand tremblement de terre de 749 qui secoua la région jusqu'à Aqaba, sur la mer Rouge.

Les références  Up Page
Réseau Pepe
Science & Avenir août 2001 n654
 
Pourquoi ce site
Je crois que, si les êtres humains que nous sommes ne parviennent pas toujours à évoluer comme ils le souhaiteraient _à s'épanouir professionnellement, sentimentalement et sexuellement (ce que j'appelle les trois pôles d'intérêts) c'est parce qu'il y a des barrages qui entravent leur désir d'accéder à un rêve inachevé. Je pars du principe que tout est possible, à condition de s'entourer de gens qui nous poussent à croire en nous.
 
Contribuer au Réseau Pepe
Ce site est avant tout une encyclopédie ouverte à l'imagination et au savoir, où chacun(e) d'entre vous peut participer.
Si vous avez envie de partager une passion, ou si vous sentez le besoin de vous exprimer sur un point précis, je vous invite à m'adresser un e-mail (adresse électronique accessible sur ma page d'accueil).

Mais encore  Up Page
Ce que vous avez toujours voulu savoir