Triangle des Bermudes
Escale à éviter
D'autres Triangles du Diable
Le vol 19
Disparitions jusqu'en 1945
Les références
De 1945 à nos jours
Dans le ventre de l'Atlantique
Bilan point par point
Triangle du Diable
by Pepe ©
 
Accueil Arborescence Page précédente

©Délimité par la Floride, les îles des Bermudes et Porto-Rio.

La petite histoire Up Page
Escale à éviter
La mauvaise réputation des Bermudes ne date pas d'aujourd'hui. C'est Juan de Bermudez qui découvrit ces trois cents îles minuscules en 1515. Le climat était agréable, il y avait de l'eau potable et de la nourriture en abondance. La position était idéale pour en faire un refuge ou une base d'approvisionnement. Pourtant, malgré tous ces avantages évidents, les Européens les dédaignèrent pendant près d'un siècle. Les marins de la reine Elisabeth les évitaient même délibérément. Ils les disaient hantées par les démons.

Comprendre simplement Up Page
D'autres Triangles du Diable
Le Triangle des Bermudes, alias le Triangle du Diable, est une région triangulaire située dans l'océan atlantique ayant pour pointes Miami, les Bermudes et Puerto Rico. Selon la légende, de nombreux navires et avions y seraient mystérieusement disparus; le nombre exact varie allégrement selon la personne qui fait le compte et la localisation. Plusieurs des navires ou avions qu'on dit être disparus dans le Triangle des Bermudes n'étaient en fait pas du tout dans le triangle...

En 1918, le Cyclop, un charbonnier de la marine américaine à bord duquel se trouvent 308 hommes d'équipage, disparaît mystérieusement. 30 ans plus tard, c'est un avion de transport DC 3 qui disparaît aussi, il se trouvait pourtant à seulement 90 Km de Miami. Fait étonnant, le commandant informe que tout va bien et qu'il attend les consignes pour atterrir, lors de son dernier message pour la tour de contrôle.

C'est en 1945, avec la disparition de cinq bombardiers américains, que cette région de l'Atlantique Nord acquit une réputation internationale. Quelques années plus tard, l'écrivain Vincent Gaddis inventait le terme "Triangle des Bermudes". On lui connaît aussi d'autres noms : le "Triangle du Diable" ou "Limbo of the Lost" les Limbes des perdus. Les avions, eux aussi, disparaissent...

Le Star Tiger était un appareil britannique qui assurait la liaison Açores-Bermudes. Il disparut un jour de janvier 1948, après avoir envoyé le message suivant : "Conditions météo excellentes. Arriverons à l'heure prévue". Beaucoup d'autres endroits sur Terre sont comme le Triangle des Bermudes: la mer du diable a l'Est du japon par exemple. Tout comme la sale réputation des eaux du Trou de la sorcière, à 150 km au nord-est d'Aberdeen, en mer du Nord.

Domaines de présence Up Page
Le vol 19
Le vol 19, constitué de 5 avions torpilleurs Avenger, quittent la base aéronavale de Fort Lauderdale, en Floride, pour une mission de routine le 5 décembre 1945.
Au bout d'une heure, le lieutenant Charles Taylor averti la tour de contrôle qu'ils sont perdus. La tour demande au vol de prendre la direction de l'Ouest, mais l'officier lui répond: "Nous ne savons pas où est l'ouest. Tout est faux, étrange. Nous ne sommes sûr d'aucune direction. Même l'océan ne semble pas comme d'habitude". Le contact radio est alors rompu, et un hydravion bimoteur part à son tour pour leur porter secours, il ne reviendra pas. La commission d'enquête de la Marine et personne d'autre ne peuvent donner d'explication sur la disparition des six avions et vingt-sept hommes. Le vol 19 reste le cas le plus célèbre de disparition inexpliquée du triangle des Bermudes.

La théorie la plus logique veut que le compas du pilote-instructeur, le Lt. Charles Taylor, se soit détraqué.

Les appareils des élève-pilotes n'étaient pas équipés d'appareils de navigation opérationnels. Le groupe, désorienté, aurait, malheureusement mais tout simplement, épuisé son carburant.

La seule force mystérieuse impliquée fut celle de la gravité, appliquée sur des avions en panne sèche. Il est vrai qu'un des avions de secours a explosé peu après son décollage, mais il faut probablement blâmer un réservoir d'essence défectueux plutôt qu'une force étrange.

Le lieutenant instructeur Charles Caroll Taylor, âgé de vingt-huit ans, dirige un groupe d'élèves pilotes peu expérimentés, contrairement à ce qui est souvent allégué, pour un vol d'entraînement de bombardement sur une épave de navire servant de cible, à proximité des îles Hens et Chickens à l'est de la côte américaine, pour une durée d'environ deux heures.
Notons aussi qu'il n'était affecté à Fort Lauderdale que depuis le 21 Novembre précédent, soit tout juste deux semaines et qu'il ne connaissait donc pas encore tous les repères locaux de navigation. Il n'avait pas non plus effectué de mission d'entraînement avant celle du 5 Décembre !

Son interprétation dans l'avenir Up Page
Disparitions jusqu'en 1945
L'histoire moderne du Triangle des Bermudes commence avec la disparition du Pickering, un bateau américain, vers 1800. En 1854, on perd la trace du Bella un navire britannique qui faisait voile vers la Jamaïque.
Puis la fréquence des disparitions s'accélère :
En l866, le Lotta un trois-mâts suédois.
Deux ans plus tard, le Viego, un navire marchand espagnol.
En 1880, l'Atalanta, un navire-école britannique avec ses 290 élèves officiers et tout son équipage.
En 1884, le Miramon, une goélette italienne.
On peut citer aussi:
En 1972, la Mary Celeste, bien qu'elle n'ait pas été retrouvée dans le Triangle, mais entre les Açores et Gibraltar.
En1902 le trois-mâts allemand la Freya subit, semble-t-il, un sort semblable à celui de la Mary Celeste. Abandonné par son équipage, il errait à la dérive. Des dégâts laissèrent supposer qu'il avait été pris dans une violente tempête. Pourtant, rien de la sorte n'avait été signalé dans la région.
En 1918, c'était le tour du Cyclops, un navire charbonnier de bonne taille. Aucun S.O.S. n'avait été envoyé. Pourtant, il y avait une radio à bord.
Mais il y a plus étrange encore:
les messages qui restent indéchiffrables. Comment comprendre, en effet, le message suivant envoyé en 1925 par le Raifuku Maru un cargo japonais :
"Danger like dagger now. Corne quick !" (Danger poignard. Au secours. Vite !) ? Qu'a voulu dire l'opérateur radio ?
Treize ans plus tard:
En 1938, le vapeur l'Anglo Australien signala : "Temps idéal. Tout va bien", avant de pénétrer dans la zone fatale. On ne l'a jamais revu.

Les références Up Page
Réseau Pepe
En quête de mystères
Mer sur internet
Pseudo-sciences
Science & Vie septembre 1978 n°732

Pourquoi ce site
Je crois que, si les êtres humains que nous sommes ne parviennent pas toujours à évoluer comme ils le souhaiteraient _à s'épanouir professionnellement, sentimentalement et sexuellement (ce que j'appelle les trois pôles d'intérêts) c'est parce qu'il y a des barrages qui entravent leur désir d'accéder à un rêve inachevé. Je pars du principe que tout est possible, à condition de s'entourer de gens qui nous poussent à croire en nous.

Contribuer au Réseau Pepe
Ce site est avant tout une encyclopédie ouverte à l'imagination et au savoir, où chacun(e) d'entre vous peut participer.
Si vous avez envie de partager une passion, ou si vous sentez le besoin de vous exprimer sur un point précis, je vous invite à m'adresser un e-mail (adresse électronique accessible sur ma page d'accueil).

Mais encore Up Page
De 1945 à nos jours
Entre 1945 et 1975, 37 avions, plus d'une cinquantaine de bateaux et même un sous-marin atomique, disparaissent tout aussi mystérieusement et sans qu'aucun débris ni corps aient été retrouvés.
En juin 1950, par une mer calme, un cargo costaricain disparut avec son équipage de 28 hommes. "Que s'est-il passé ? " demande Adi Kent Thomas Jeffrey. Personne n'en a la moindre idée. Le mystère s'épaissit lorsque le professeur Wayne Meshejian déclara que le satellite météorologique de la National Océanographique Administration tombait systématiquement en panne chaque fois qu'il passait au-dessus du Triangle des Bermudes : "Une force que nous ne connaissons pas, précisa-t-il, empêche le passage des informations. Richard Winer fait remarquer, en effet, que, dans le Triangle, l'aiguille de la boussole n'indique pas le pôle Nord magnétique mais le pôle Nord réel. Le Triangle des Bermudes est sans nul doute un endroit mystérieux. Des centaines d'avions et de bateaux pourraient avoir inexplicablement disparu sans laisser de traces et sans envoyer de message de détresse.

Entre 1950 et 1954, neuf cargos auraient disparu dans cette zone mystérieuse. Le gouvernement japonais aurait, en 1955, chargé une équipe de savants de résoudre ce mystère. Conclusion : le navire expérimental Kaiyo Maru aurai disparut à son tour. En fait, il ne s'agit pas de neuf cargos, mais de neuf bateaux de pêche, de 62 à 192 t, dont on a perdu la trace entre 1949 et 1953'. Quant au Kaiyo Maru n° 5, il ne disparut pas en 1955. mais en 1952. Il y avait bien des chercheurs à bord, mais ils étudiaient la naissance d'un îlot volcanique. Enfin, les autorités japonaises n'ont jamais interdit l'accès de cette zone... Les tentatives d'explication du mystère du Triangle des Bermudes ne manquent pas : ovnis, certainement la plus populaire mini "trous noirs" ou passages dans d'autres dimensions. Une machine ou une arme inconnue, dernier vestige des prouesses technologiques atlantes, fonctionnerait encore quelque part au fond de la mer et désintégrerait parfois bateaux et avions.

En 1966, le remorqueur de sauvetage Good News fait route de Porto Rico à Fort Lauderdale, lorsqu'il est entouré par un brouillard très épais et secoué par des eaux houleuses. Le compas et les instruments électriques commencent aussitôt à se détraquer. Pourtant, dès que le navire sort de cette brume énigmatique, le temps est clair, la mer est redevenue calme et les instruments fonctionnent à nouveau normalement.
En 1972, le pilote Chuck Wakely vole entre Bimini et Miami. Il croit voir que les ailes de son avion deviennent translucides. En quelques minutes, l'habitacle du pilote est inondé par une lueur étrange et l'appareil change de direction sans qu'il puisse intervenir. La lumière s'arrête et les instruments de bord de remettent aussitôt à fonctionner.
Enfin, en 1975, la vedette côtière Diligence se porte au secours d'un cargo en flammes lorsque sa radio s'éteint brutalement sans raison. L'équipage voit de mystérieuses lumières vertes tomber du ciel. L'enquête ultérieure ne peut, là non plus, donner aucune explication rationnelle à cette panne et à ces phénomènes étranges.
A l'exception du vol 19, les victimes n'envoient jamais le moindre S.O.S. mais, bien au contraire, affirment souvent peu avant le drame que leur traversée se déroule tout à fait normalement.

Mais encore Up Page
Dans le ventre de l'Atlantique
Légendes mises à part, la région présente des particularités géologiques et météorologiques objectives intéressantes. Au large des Açores, le 35eme parallèle suit la dorsale atlantique, une immense ligne de fracture allant de l'Islande à l'Antarctique. Les lèvres de cette matrice sont en perpétuel mouvement et dégurgitent les entrailles terrestres comme sur un double tapis roulant, en direction de l'Afrique d'une part, et de l'Amérique d'autre part.

Du gaz hilarant dans la mer?
Les savants de l'Institut Max-Planck de chimie, à Mayence, ont détecté vers l'Islande et les îles Féroé, une teneur anormale en protoxyde d'azote (gaz hilarant). Ils pensent que les océans possèdent une sorte de métabolisme dont une phase, le catabolisme, pourrait donner naissance à des réactions chimiques en liaison avec la dégradation organique. Ce processus chimique serait particulièrement intense dans les zones de remous, où se concentrent et se déposent les déchets des océans. C'est le cas pour ce ventre de l'océan Atlantique qu'est le 35e parallèle avec sa mer des Sargasses.
 
Des compositions chimiques inconnues doivent se produire à certaines époques et agir comme certains gaz de guerre annihilant la volonté et le sens de l'orientation ou, au contraire, suscitant des visions et des fantasmes susceptibles d'abuser marins et pilotes. Ce phénomène chimique peut expliquer une partie des mystères des aviateurs et des marins devenant fous, se précipitant dans l'océan, sollicités par des forces mystérieuses. Ce serait une solution satisfaisante du problème s'il expliquait aussi ce que deviennent les bateaux s'évanouissant dans le Triangle. Mais ce n'est pas le cas.

Mais encore Up Page
Ce que vous avez toujours voulu savoir
Bilan point par point
Rosalie, navire français allant d'Europe à Cuba 1840 - Trouvé abandonné et intact. Août 1840, près de Nassau, aux Bahamas, échouage banal.
Atalanta, navire d'entraînement britannique allant des Bermudes en Angleterre Janvier 1880 Quelque part dans l'Atlantique, selon le "Times" de Londres et le Dictionnaire des désastres maritimes.
Derelict, schooner 1881 - Trouvé abandonné en bon état. Doutes sur la véracité du lieu (Ouest des Açores), trop loin du Triangle des Bermudes.
Freya, navire allemand, allant de Manzanillo (Cuba) au Chili. Octobre 1902 - Trouvé abandonné. Certainement due &agravre; une lame de fond, dans le Pacifique, et non dans l'Atlantique.
Cyclops, cargo charbonnier de l'U.S. Navy. Mars 1918 Le 10 mars souffla une forte tempête.
Carol Deering, et non Carroll A. Deering, schooner américain. Février 1921 Mer très grosse, é:chouge sur les côtes de Caroline du Nord.
Raiuke Maru, et non Raifuku Maru, cargo japonais. Hiver 1924 Très grosse mer. Date et nom du navire erronés.
Cotopaxi, cargo allant de Charleston, en Caroline du Sud à la Havane. 1925 Nauvrage dû à la temptête.
Suddufco, cargo parti du Port Newark 1931 Disparu dans les Bahamas. Il soufflait, selon un capitaine de paquebot, un vent violent.
Stavenger, cargo norvégien. 1931 Disparu sans laisser de traces dans les Bahamas. Pas la moindre trace dans les journaux officiels.
John & Mary, schooner de pêche. Avril 1932 Le 9 mars 1932, l'équipage fut recueilli par un navire à vapeur, après l'explosion du moteur du schooner.
La Dahama, navire non identifié Avril 1935 Août 1932, entre New York et les Açores, suite à une tempête qui dura cinq jours.
Gloria Colite, et non Gloria Colita, schooner de 125 pieds 3 février 1940 Trouvé abandonné.
Rubicon, navire cubain. 22 octobre 1944 Trouvé abandonné avec seul un chien à bord. Encore le mauvais temps.
Vol 19, 5 avions de l'U.S. Navy. 5 décembre 1945 Le mauvais temps. Le pilote de tête perdit sa position, prit une direction fausse.
Star Tiger, quadrimoteur Tudor IV. 29 janvier 1948 Une défaillance mécanique, des erreurs de navigation, le mauvais temps, des forces mystérieuses sont autant d'explications plausibles.
Al Snider, et non Snyder, Yacht 5 mars 1948, à San dy Kuj. Ses occupants furent surpris par une forte tempête.
DC-3, charter 28 décembre 1948 Disparu sans explication, après un message radio de routine. Une autonomie de 1h10 de carburant et une erreur de navigation pouvant se révéler fatale.
Star Ariel, avion semblable au Star Tiger 17 janvier 1949 Entre les Bermudes et la Jamaïque. Le passage de la fré,quence des Bermudes à celle de Jamaïque, une heure seulement aprè avoir quitté les Bermudes occasionna qautre heure de retard de sa disparition.
Globemaster américain, allant du Nord du Triangle en Irlande. Mars 1950 Des débris indiquent une explosion en vol.
Sandra, cargo amécirain transportant de l'insecticide de la Georgie au Venezuela. Juin 1950 Le navire disparut en vue de Saint-Augustine en Floride, par beau temps. Le naufrage ne s'est pas prodit dans les Bermudes.


Mais encore Up Page
Triangle du Diable
Elle remonte loin, cette énigme du triangle du diable ou triangle des Bermudes: à la lumière mystérieuse qu'observèrent Christophe Colomb et ses marins dans la nuit qui précéda leur découverte du nouveau monde. Depuis lors, des phénomènes étranges se produisent dans cette région de l'atlantique du Sud-Ouest et de la mer des Antilles, qui commence au large de la côte sud des Etats-Unis, couvrant les Antilles et une partie de la mer des Sargasses, fabuleux cimetière de navires.

Stalactites
Les récents travaux du commandant Cousteau dans les grottes sous-marines des Bermudes montrent des stalactites immergées par 135 mètres et inclinées de 30 degrés, alors qu’elles n’ont pu se constituer qu’à l’air libre, pendant des centaines de milliers d’années, et à la verticale du lieu considéré !