Temps: trois dimensions
La petite histoire
Comprendre simplement
Domaines de présence
Son interprétation dans l'avenir
Les références
Mais encore
by Pepe ©
 
Accueil  Arborescence  Page précédente

La petite histoire  Up Page
Origine, raisons, hasard
On ne peut expliquer les ovnis et les phénomènes paranormaux avec nos moyens actuels d’investigation, ni même avec l’interprétation que nous avons de l’univers qui nous entoure. Le professeur Joseph Allen Hynek, grand ufologue américain, d’abord très sceptique puis farouchement en faveur de la réalité des ovnis écrivit: "quand arrivera la solution à l’énigme des ovnis, je pense qu’elle se révèlera être non pas juste un pas de plus dans l’avancement de la science, mais un saut quantique puissant et inattendu."

Comprendre simplement  Up Page
Vulgarisation, de 7 à 77 ans
Le temps possède trois dimensions ! Le Sens, la Densité et le Présent.
 
L’unité de temps se dilate ou se contracte. Les univers parallèles ne sont pas autre chose qu’un défilement de temps différent.

Domaines de présence  Up Page
Le sens du temps: S-Time
Direction de l'écoulement du temps
C'est une séquence du temps qui établit la relation entre causes et effets. De façon triviale, c’est la flèche du temps.
 
Elle décrit la transformation apparente de la matière et des événements. Le sens du temps n'est pas linéaire mais discontinu. Le sens du temps possède deux directions pouvant être représentées par l'axe graphique d'une fonction. La mieux admise est donc la flèche naturelle du temps allant du passé au futur. La seconde direction va du futur vers le passé. Celle-ci est plus délicate à interpréter car elle se produit au-delà d'une vitesse d'écoulement déterminée (voir la densité plus bas). Le mot-clé de la S-Time est : transformation. C'est donc le sens de la variation des unités de temps lors d'un échange d'informations ou d'un mouvement.
 
Unité de temps : quantum temporel (Qt). Notion introduite en septembre 2002.
 
La densité du temps: D-Time
Fluidité de l'écoulement du temps
C'est une quantité relative de temps qui affecte le comportement de la matière et des événements. Elle décrit leur vitesse de transformation.
 
La densité du temps n'est pas linéaire mais discontinue, donc fractale. Elle implique que les événements sont plus ou moins nombreux dans des quantités de temps déterminées par convention. En d'autres termes, dans une densité de temps D, il y a moins d'informations que dans une densité D+1. La D-time peut être représentée par un axe graphique décrivant le passage d'une densité à une autre. Le mot-clé de la D-Time est : vitesse (de transformation). C’est une quantité d'unités de temps lors d'un échange d'information ou d'un mouvement. Elle s'entend aussi comme le nombre d'informations ou la quantité de mouvement possibles par unité de temps conventionnelle (seconde). La densité temporelle est la clé de la science de demain.
 
Unité de temps : quantum temporel (Qt). Notion introduite en septembre 2002.
 
Il faut comprendre que dans une seconde, il existe une quantité variable d'unités de temps. Plus la densité de temps est élevée plus le nombre de quantas de temps est élevé (nous y reviendrons). Mais toutes les densités de temps s’écoulent en même temps, y compris dans le passé et le futur qu’il ne faut pas confondre avec l’information transmise. Plus il y a de densité temporelle plus loin l’on va dans le passé et le futur.
 
Le présent du temps: P-Time
Alignement des Quantas dans les fréquences harmoniques
La variation de P-Time affecte le caractère cyclique des événements quand il reviennent à leur point initial. Le Présent ne dépend ni du Sens ni de la Densité du temps mais il est le lien entre eux. C'est un nombre commun d'unités de temps entre des densités de temps différentes au cours d'une transformation en position d'équilibre. On passe d’une densité à une autre grâce au présent. Le mot-clé est ici : permanence (pas de transformation).
 
Unité de temps : quantum temporel (Qt). Notion introduite en septembre 2002.
 
Le présent tel que nous le concevons habituellement n’existe pas ! Il est une illusion et une convention de langage. Il ne sera toujours qu’un passé ou futur immédiat jusqu’au temps de Planck (10-43 seconde) puisque ce n’est qu’un problème d’échelle. Cette grande vérité est à méditer longuement. Très longuement.
 
Pour résumer, le temps 3-D. est un hologramme dans lequel notre conscience évolue par bonds successifs dans trois directions simultanées. Loin d’être gratuit et spéculatif, le temps 3-D est scientifiquement vérifiable. Du reste, c’est ce que nous faisons tous les jours…grâce à l’informatique ! Comme monsieur Jourdain…Mais dans mon expérience le mental ne vient qu’après…
 
"Le sablier évoque parfaitement la densité du temps. Chaque graduation représente une densité temporelle. Pour faire court, nous pourrions dire qu’une densité supérieure à la convention "seconde" serait une fraction de celle-ci pendant laquelle se produiraient autant de choses (actions).
 
Restons sur la densité du temps, clé essentielle de notre destin tant scientifique que spirituel. D’ailleurs, ne serait-elle pas l’anneau de leur mariage, une arche d’alliance ?"

Son interprétation dans l'avenir  Up Page
Les trois dimensions du temps
Le destin futur est en partie "visible" pour ceux qui expérimentent la précognition. On rétorquera qu’il faut bien attendre que l’événement ait lieu pour déclarer qu’il y a eu prémonition. Notons au passage que le seul travail des scientifiques est bien de décrire ce qui va avoir lieu par le truchement des équations ! Ils ne peuvent en être certains que lorsque cela a effectivement eu lieu mais ils savent d’avance ce qu’il adviendra à un pourcentage d’incertitude près ! Comme les médiums ! C’est cet "infime" écart entre prémonition et fait qui laisse la place au libre arbitre…quantique. La difficulté vient du fait que ce pourcentage d’incertitude grandit comme le degré de liberté de la chose étudiée.

Les références  Up Page
Réseau Pepe
Marcogee
 
Pourquoi ce site
Je crois que, si les êtres humains que nous sommes ne parviennent pas toujours à évoluer comme ils le souhaiteraient _à s'épanouir professionnellement, sentimentalement et sexuellement (ce que j'appelle les trois pôles d'intérêts) c'est parce qu'il y a des barrages qui entravent leur désir d'accéder à un rêve inachevé. Je pars du principe que tout est possible, à condition de s'entourer de gens qui nous poussent à croire en nous.
 
Contribuer au Réseau Pepe
Ce site est avant tout une encyclopédie ouverte à l'imagination et au savoir, où chacun(e) d'entre vous peut participer.
Si vous avez envie de partager une passion, ou si vous sentez le besoin de vous exprimer sur un point précis, je vous invite à m'adresser un e-mail (adresse électronique accessible sur ma page d'accueil).

Mais encore  Up Page
Degrés de libertés
Plus une créature a de degrés de liberté, a fortiori celle du temps, moins elle est contrainte. La méthode scientifique se fonde sur la reproductibilité d’un phénomène, d’abord par l’expérience, puis par la modélisation des causes génératrices. Ainsi naissent les équations grâce auxquelles on décrit l’univers. Mais toujours, l’expérience précède le modèle (sauf en mathématique pure). Lorsqu’une équation est proposée officiellement c’est qu’elle a été passée au crible de l’observation afin de ne pas être démentie. L’équation ne décrit pas la réalité, elle décrit ce qui est admissible.
 
Le facteur « t » (pour temps) est souvent représenté dans un repère orthonormé par l’un des axes d’une fonction. La vitesse, puis l’accélération sont décrites avec la même unité de temps, la seconde. Or, celui qui mesure décrète ce qu’est l’unité de temps puisqu’il est observateur. Ainsi fait-on varier la distance (et la vitesse de transformation de celle-ci) et non le temps pour les quantifier. Mais un nouveau paradigme surgit pour étudier la mécanique et ses effets relativistes. Pour faire un saut quantique (sans mauvais jeu de mots), il est nécessaire d’introduire la notion de densité de temps et faire muter cette sacro-sainte linéarité en valeurs discontinues dès lors que nous nous enfonçons dans la matière pour tenter d’en comprendre la nature. Le bilan énergétique en sera lourdement affecté.
 
Dualité onde-particule
La dualité corpusculaire/ondulatoire de la matière est au cœur même de ce nouveau paradigme.
Lorsqu’un ovni s’envole, il nous apparaît en accélération prodigieuse. Mais c’est une apparence ! Quelle que soit la constitution physique des occupants de ces machines, ils ne pourraient pas subir sans dommages ces accélérations foudroyantes. Ce n’est donc pas la « variable espace » qu’il faut étudier mais la «variable temps».
 
Exemple : si l’accélération d’un objet nous paraît être de 100m/s², elle est en réalité, pour ses occupants, de 10m/s² parce que leurs secondes changent de densité. En d’autres termes, la première de leur seconde sera la même que la nôtre, puis la suivante dilatera pour devenir une de nos minutes, et ainsi de suite pour, en fait, n’accélérer que très peu. Mais l’illusion que nous en aurons sera une prodigieuse accélération…jusqu’à leur disparition dans une autre densité de temps, les rendant ainsi invisibles à nos yeux comme nous le sommes pour les plantes en passant devant sans s'arrêter.
 
Nota : l’information selon laquelle l’énergie devient un vecteur dans un temps à trois dimensions est issue de Roland Lehouc, astrophysicien au service d’astrophysique du CEA.
 
Ces deux courbes représentent la dilatation absolue et relative du temps, autrement dit la création et la créature (qui perçoit la création).
 
Les trois dimensions d’espace (longueur, hauteur, profondeur) et les trois dimensions du temps (sens, densité, présent) forment la perfection duale de la création. La relation entre l’un et l’autre désigne l’évolution. Les créatures migrent donc à travers les espaces-temps dans une géométrie fractale éclatante de génie.