Tell Mardikh (Ebla, Syrie)
La petite histoire
Comprendre simplement
Domaines de présence
Son interprétation dans l'avenir
Les références
Mais encore
by Pepe ©
 
Accueil  Arborescence  Page précédente

La petite histoire  Up Page
Une bibliothèque d'il y a 4 500 ans
Double découverte: l'ancienne cité d'Ebla, en Syrie, cœur d'un puissant empire dont on ignorait jusqu'à l'emplacement et aussi 16 000 tablettes inscrites dans la plus vieille langue sémitique connue à ce jour et en cours de déchiffrage par des archéologues italiens.

Comprendre simplement  Up Page
Ouest du site de Tell Mardikh
Sur les versants, les sondages dans la région du Palais Royal de Mardikh II (2400-2250 av. J.-C.). Le secteur de fouilles des temples et de l'habitat de Mardikh (2000-1600 av. J.-C.). Tell Mardikh est l'un des plus grands Tell de la Syrie du IIIe millénaire; il s'étend sur près de 56 hectares; trois raisons poussèrent le professeur Paolo Matthiae à choisir ce site en 1943.
1 _ La topographie lisible bien avant la fouille annonçait une vaste cité, ceinte de remparts.
2 _ Le ramassage en surface des tessons de céramiques indiquait que le site avait été occupé sur près de 10 siècles entre 2500 et 1500 av. J.-C.
3 _ La ville basse n'avait pas été réoccupée à des époques plus récentes; seule quelques implantations avaient subsisté sur l'acropole jusqu'à l'époque romaine.

Domaines de présence  Up Page
Le Temple du Rocher au temps des Archives
Découvertes pour la plupart en 1975, à Tell Mardikh, 60 km au sud d'Alep, les archives royales d'Ebla du Bronze Ancien IVA (environ 2400-2300 av. J.-C.) ont révélé une énorme quantité de données sur la vie économique et sociale de cette ville qui fut, sans doute, la cité-Etat la plus puissante de Syrie occidentale dans le troisième quart du IIIe millénaire av. J.-C., avant sa destruction au temps de Sargon d'Akkad.

 
La splendeur d'Ebla
Ebla est fouillée depuis 1964 par une équipe dirigée par Paolo Matthiae, de l'Université La Sapienza de Rome. Le site se compose d'un tell ovale de 60 ha dominé par une acropole centrale. Datées de la période d'apogée d'Ebla, vers 2300 av. J.-C., ces archives administratives révélaient le fonctionnement du palais, mais aussi une liste de 26 rois, une forme de littérature et des récits traditionnels. Surtout, les textes étaient écrits dans une langue sémitique inconnue, adaptant l'écriture sumérienne pour sa notation. L'ensemble de la culture, dont le panthéon religieux, traduit une nette influence du sud de la Mésopotamie et du Levant.

Son interprétation dans l'avenir  Up Page
Les cinq temples d'Ebla
Trois résultats majeurs, malgré la forte extension et la profondeur des restes du monument, ont été obtenus.
En premier lieu, le sanctuaire le plus ancien, daté du Bronze Ancien IVA, entre 2400 et 2300 av. J.-C., l'époque des Archives, a pu être restitué complètement dans son articulation planimétrique. Surnommé temple du Rocher, c'est l'un des plus monumentaux et originaux de la tradition architecturale syrienne.
En deuxième lieu, sur le site même du temple le plus ancien ont été trouvés les restes, arasés et en partis disparus, d'un temple bien plus récent nommé HH2, datant du Bronze Moyen II, l'époque paléosyrienne classique, entre 1800 et 1600 av. J.-C. Cette période vit le dernier grand essor d'Ebla avant sa destruction finale autour de 1600 av. J.-C. par les forces probablement conjointes des Hittites et des Hourrites.
En troisième lieu, entre le sanctuaire le plus ancien, le Temple du Rocher, et le plus récent, le Temple HH2, nous avons eu la surprise d'en retrouver, côte à côte, deux autres bien préservés daté du Bronze Ancien IVB: les Temples HH4 et HH5, à dater entre 2200 et 2000 av.J.-C. Les traces d'un autre, fort mal conservé, le Temple HH3 du Bronze Moyen I, entre 2000 et 1800 av. J.-C., ont été observées.
 
La succession du Temple du Rocher (brun), du Temple HH4 (rouge) et du Temple HH2 (vert), depuis le Bronze Ancien IVA (2400-2300 av. J.-C.) jusqu'au Bronze Moyen II (1800-1600 av. J.-C.) dans une restitution isométrique.
 


Les références  Up Page
Réseau Pepe
Archeologia décembre 2007 n450
Science & Vie mai 1977 n716
 
Pourquoi ce site
Je crois que, si les êtres humains que nous sommes ne parviennent pas toujours à évoluer comme ils le souhaiteraient _à s'épanouir professionnellement, sentimentalement et sexuellement (ce que j'appelle les trois pôles d'intérêts) c'est parce qu'il y a des barrages qui entravent leur désir d'accéder à un rêve inachevé. Je pars du principe que tout est possible, à condition de s'entourer de gens qui nous poussent à croire en nous.
 
Contribuer au Réseau Pepe
Ce site est avant tout une encyclopédie ouverte à l'imagination et au savoir, où chacun(e) d'entre vous peut participer.
Si vous avez envie de partager une passion, ou si vous sentez le besoin de vous exprimer sur un point précis, je vous invite à m'adresser un e-mail (adresse électronique accessible sur ma page d'accueil).

Mais encore  Up Page
Le temple primitif du Rocher
Le Temple du Rocher avait une longueur d'environ 29 m et une largeur qui dépassait 22 m. Son plan est très simple mais, même si sa typologie est clairement à l'origine des édifices sacrés de la tradition architecturale paléosyrienne, il présente des particularités uniques: il est constitué seulement de deux pièces, apparemment identiques, alignées sur l'axe est-ouest du bâtiment.
Ces deux salles, le vestibule à l'est et la cella à l'ouest, étaient larges environ de 10,50 m et longues de 7,80 m, alors que les murs périmétriques avaient une épaisseur de 5,80 à 6,10 m. La cloison massive qui séparait le vestibule de la cella était épaisse de 5,60 m. La porte d'entrée dans la cella était large de seulement 1,40 m.