Tectonique des plaques
La petite histoire
Comprendre simplement
Domaines de présence
Son interprétation dans l'avenir
Les références
Mais encore
by Pepe ©
 
Accueil  Arborescence  Page précédente

La petite histoire  Up Page
Origine, raisons, hasard
Le météorologue et géophysicien allemand, Alfred Wegener, fut la risée de tous les géologues, au début du siècle, lorsqu'il exposa sa théorie de la "dérive des continents".
L'auteur de l'"Origine des formes de la Terre", ne conçoit pas une théorie sans preuve mathématique et physique. A l'aide de schémas et de calculs, il expose sa propre théorie de la genèse des continents: ceux-ci auraient été édifiés par d'importantes masses d'eau qui auraient charrié tous les matériaux nécessaires. A la suite de quoi, plus aucun des continents ainsi formés n'aurait bougé. Pour Belot, il est mathématiquement impossible qu'un seul continent existât un jour pour se scinder en plusieurs "morceaux" qui se seraient déplacés par la suite ...
Il est vrai que Wegener, qui fait alors figure d'hurluberlu pour la majorité des scientifiques, ignore le mécanisme de la dérive des continents et suppose que la dérive provient d'une force centrifuge résultant de la rotation de la Terre et de l'attraction de la Lune.
 
Mouvement des plaques en 1995


Comprendre simplement  Up Page
Des ponts imaginaires
En 1943, la théorie de Wegener est fortement plébicitée par un professeur de sciences, M. A. Vandel. Tous les arguments de Wegener sont repris point par point pour montrer que sa théorie permet d'expliquer un grand nombre de faits paléontologiques, climatologiques et géographiques. En particulier, la similitude frappante des différentes formations géologiques entre les Amériques et l'Europe ainsi que l'Afrique. L'ancienne idée qui consistait "à jeter des ponts continentaux" entre les différents compartiments de l'écorce terrestre est vigoureusement critiquée. En effet, pour expliquer une répartition similaire de la faune et de la flore en Amérique du Nord et en Europe, les botanistes et les zoologistes imaginaient la formation de ponts qui permettaient de relier les continents fixes entre eux. Il suffisait de faire monter ou descendre le niveau de la mer pour faire "surgir" les ponts à une époque donnée ...

Domaines de présence  Up Page
Tectonique des plaques
L'après-guerre est synonyme de renouveau pour notre homme. Hélas ! Wegener n'est alors plus de ce monde, il gît dans les glaces du Groenland, où il est décédé lors d'une expédition scientifique en 1930.
 
Dans les années 60, le fonctionnement des rides océaniques est mis à jour. Ainsi, la croûte terrestrese forme au niveau des dorsales océaniques et fonctionne comme un tapis roulant ! Le mécanisme impliqué dans la théorie de Wegener est enfin découvert.
 
Wegener est alors définitivement réhabilité en 1967 lors d'un symposium de l'American Geophysical Union. La dérive des continents, renommée "tectonique des plaques", fait l'unanimité au sein de la communauté des géologues américains et devient LA théorie géologique du siècle.

Son interprétation dans l'avenir  Up Page
Monde futur

Les références  Up Page
Réseau Pepe
BE Israël
Géo août 2004 n306
Geoscience Autralia
Recherche septembre 2008 n422
Science & Avenir février 2008 n732
Science & Vie
 
Pourquoi ce site
Je crois que, si les êtres humains que nous sommes ne parviennent pas toujours à évoluer comme ils le souhaiteraient _à s'épanouir professionnellement, sentimentalement et sexuellement (ce que j'appelle les trois pôles d'intérêts) c'est parce qu'il y a des barrages qui entravent leur désir d'accéder à un rêve inachevé. Je pars du principe que tout est possible, à condition de s'entourer de gens qui nous poussent à croire en nous.
 
Contribuer au Réseau Pepe
Ce site est avant tout une encyclopédie ouverte à l'imagination et au savoir, où chacun(e) d'entre vous peut participer.
Si vous avez envie de partager une passion, ou si vous sentez le besoin de vous exprimer sur un point précis, je vous invite à m'adresser un e-mail (adresse électronique accessible sur ma page d'accueil).

Mais encore  Up Page
Les ondes silencieuses
Le Pr Jay FINEBERG, directeur de l'Institut de Physique Racah à l'Universite Hebraïque de Jérusalem (Israël), aidé du Dr Gil COHEN et de l'étudiant Shmuel RUBINSTEIN, a étudié les ondes de détachement impliquées dans le processus de friction. Ce dernier se produit lorsque deux plaques tectoniques commencent à glisser l'une contre l'autre.
Les chercheurs de Jérusalem ont utilisé des techniques de l'optique et les récentes avancées technologiques en matière d'imagerie rapide pour observer, pour la premiere fois, la facon dont trois différentes types d'ondes interviennent dans le début du processus de friction. Ces ondes circulent entre les surfaces glissantes (un espace tres réduit de l'ordre du micron), avec des vélocités très différentes pouvant aller de vitesses lentes à des vitesses soniques et supersoniques. Les chercheurs ont montré que c'est la phase nouvellement découverte d'ondes lentes qui déclenche le détachement (la séparation des points de microcontacts entre les deux surfaces).
Le Pr FINEBERG a déclaré que cette découverte jouait un rôle important pour la mesure et les prédictions de tremblements de terre. Cet événement est ressenti et mesuré de facon sismologique, en réponse à un mouvement soudain, rapide ou au glissement de plaques tectoniques. Cependant, selon les conclusions des chercheurs israëliens, les ondes lentes "silencieuses" ou "non ressenties" de la croûte terrestre sont apparemment les éléments précurseurs des tremblements de terre. Ces ondes "silencieuses" peuvent être mesurées en appliquant la technologie de petite échelle développée dans les laboratoires de l'Université Hébraïque aux couches terrestres de grandes échelles. Par ce moyen, lorsque des détachements de la plaque tectonique seront détectés, des mises en garde seront établies pour prevenir du séisme.
 
Les hoquets de la tectonique
La tectonique des plaques s'est interrompu au moins une fois dans le passé et pourrait s'arrêter à nouveau dans 350 millions d'années, lorsque le bassin Pacifique se fermera en donnant naissance à un super-continent. Telles sont les conclusions de deux géophysiciens américains, qui ont construit un nouveau modèle théorique à partir de nombreuses observations.
 
Le Gondwana entier
L'Amérique du Sud et l'Australie n'étaient pas séparés il y a 100 millions d'années. C'est ce que suggère l'étude d'un fossile de dinosaure australien vieux de 108 millions d'années. Il est proche d'un fossile de mégaraptor de 90 millions d'années retrouvé en Argentine.
La faune pouvait donc passer d'un continent par voie terrestre. Cette découverte contredit l'existence d'une barrière climatique ou géographique et s'oppose au modèle courant de fragmentation du supercontinent Gondwana, qui date à 138 millions d'années la séparation des blocs Australie-Antarctique-Inde et Amérique du Sud-Afrique.