Tectites
La petite histoire
Comprendre simplement
Domaines de présence
Son interprétation dans l'avenir
Les références
Mais encore
by Pepe ©
 
Accueil  Arborescence  Page précédente

La petite histoire  Up Page
Provenance: Terre
Une belle controverse scientifique commence à s'élever autour de ces cailloux vitreux (article sur le grand météorite de Sibérie), découverts dans des endroits aussi éloignés que la Moravie et les Indes Néerlandaises, et d'origine inconnue. Au début de l'année 1960, un physicien de la NASA (organisme américain des recherches spatiales) expliqua que ces teckites venaient de la Lune, soit par injection, soit attirées par la gravitation terrestre. Elles auraient fondu et se seraient fragmentées en traversant l'atmosphère, d'où leurs dimensions, leur forme arrondie et leur nature vitreuse. Mais les docteurs W. O. Ehmann, de l'Université du Kentucky et J. Zahringer, de l'Institut Max Plank d'Heisenberg ne sont pas d'accord. Ehmann estime que les tectites contiennent bien trop peu de nickel pour être d'origine météoritique. Quant à Zahringer, des mesures de radioactivité lui a permis de montrer  que les tectites ont à peu près le même âge que les terrains dans lesquels on les a trouvées, ce qui prouverait qu'elles sont bien d'origine terrestre.
 
Au voisinage du cratère
Les micro-tektites
De minuscules gouttelettes de verre se forment lors du refroidissement rapide de la roche fondue projetée dans l'atmosphère.

Comprendre simplement  Up Page
Provenance: Lune
On a retrouvé en 1962 en Afrique du Sud des éclats de métal provenant de la fusée qui, au mois de février 1962, envoya l'américain Glenn dans l'espace. Selon le professeur J. O. Keefe, de la N.A.S.A., cette découverte renforcerait la théorie selon laquelle les tectites, ces morceaux de roche noire d'apparence vitreuse, viennent de la Lune. Les savants étaient jusqu'alors divisés sur leur origine: pour les uns il s'agissait des débris d'étoiles filantes, pour les autres de fragments du sol lunaire détachés par l'impact d'une très grosse météorite.
C'est cette dernière hypothèse qui serait la bonne, le professeur O'Keefe indiquant que la large surface couverte par les débris de la fusée de Glenn est semblable à celle des champs de tectites (environ 850 km).

Domaines de présence  Up Page
Larmes de Lune
Il y a ces petites pierres que l'on ramasse en Australie (les australites), en Indochine (les indochinites), en Bohême (les moldavites), en Libye également. On en trouve éparpillées sur le sol de la partie est des Etast-Unis. Ce sont de très curieuses formations, comme des larmes, rappelant souvent les silex taillés des hommes préhistoriques; elles sont de teintes noirâtres, brunâtres ou verdâtres, translucides, dont la grosseur va de l'amande à l'orange.
On ne trouve ces "pierres" jonchant le sol, que dans des zones d'éparpillements bien déterminées, exactement comme si, depuis l'espace lointain, elles étaient tombées sous forme d'une pluie. Effectivement, la structure interne de certaines de ces tectites dénote une double fusion et une abrasion qui les a modelées, très exactement celle d'une masse pâteuse homogène venant pénétrer dans l'atmosphére terrestre à une vitesse de l'ordre de sept à huit kilomètres par seconde (mesures confirmées en soufflerie).

Son interprétation dans l'avenir  Up Page
Datation - constitution
On peut les dater par la méthode potassium-argon et la désintégration des traces d'uranium qu'elles contiennent. Les plus vieilles sont les bédiasites du Texas et de la Georgie: elles ont trente millions d'années; les moldavites ont quinze millions d'ans; les tectites de la Côte-d'Ivoire n'ont que six cent mille ans. Les javanites, les indochinites, les australites n'ont pas plus de cinq cent mille ans au maximum.
Aucune tectite n'est cristaline, mais au contraire toujours vitreuse. Elles ont donc été forméees par une très haute température supérieure à 2 500 degrés. La présence de coesite, formation caractéristique des énormes pressions - on en trouve sur les rebords de cratères de météorites, par exemple -, implique un impact explosif sur le terrain dont ces pierres sont issues.
 
Identification
Leur composition les identifie sont aucunes ambiguïtés - ni ferreuses, ni pierreuses, ni charbonneuses comme les météorites - soit au sol terrestre, soit et c'est là que gît la grande énigme, au sol lunaire.

Les références  Up Page
Réseau Pepe
Grandes énigmes de l'astronomie Jean Charon Encyclopédie Planète
Pour la Science avril / juin 2006 Les éléments en furie n51
Science & Vie août 1960 n515
Science & Vie octobre 1962 n541
 
Pourquoi ce site
Je crois que, si les êtres humains que nous sommes ne parviennent pas toujours à évoluer comme ils le souhaiteraient _à s'épanouir professionnellement, sentimentalement et sexuellement (ce que j'appelle les trois pôles d'intérêts) c'est parce qu'il y a des barrages qui entravent leur désir d'accéder à un rêve inachevé. Je pars du principe que tout est possible, à condition de s'entourer de gens qui nous poussent à croire en nous.
 
Contribuer au Réseau Pepe
Ce site est avant tout une encyclopédie ouverte à l'imagination et au savoir, où chacun(e) d'entre vous peut participer.
Si vous avez envie de partager une passion, ou si vous sentez le besoin de vous exprimer sur un point précis, je vous invite à m'adresser un e-mail (adresse électronique accessible sur ma page d'accueil).

Mais encore  Up Page
Cataclysme terrestre
Les tectites sont peut-être des "larmes de lune" formées par la liquéfaction du terrain quant une météorite géante vient défoncer la surface et creuse un des cratères luniares. Les gouttelettes fondues sont certainement projetées avec une vitesse supérieure à deux kilomètres et demi par seconde, vitesse de libération de l'attraction lunaire. Le refroidissement dans l'espace est très rapide, d'où la structure vitreuse.La majeure partie devient satellite solaire, mais une fraction est également captée par la Terre et doit se mettre en orbite, tout comme nos satellites artificiels. La teneur des tectites en aluminium 26 radioactif, produit par le rayonnement cosmique, montre que ces corps ne sont pas restés dans l'espace interplanétaire plus de dix mille ans.
 
Le fait qu'on en retrouve dans des champs limités, mais aussi que leur composition et leur densité sont exactement celles de la croûte terrestre suggère une origine purement terrestre des tectites. Formées par l'impact de météorites géantes - ou également la choc causé par un cataclysme de nature nucléaire - qui défonceraient localement le sol de notre planète, les "larmes" seraient projetées jusqu'à cent kilomètres de hauteur, se refroidiraient très vite et rentreraient à nouveau dans l'atmosphère après une parabole géante, en une pluie localisée sur quelques milliers de kilomètres carrés.
 
Retombé des larmes
La recherche de cratères géantes fossiles a été activement menée et, de fait, on a trouvé des traces qui peuvent être associées, à plus ou moins grande distance, à des projections de tectites. Celles de l'Australie viendraient d'un cratère découvert sur le continent antarctique, celles de Libye d'un extraordinaire cratère en Afrique du Sud, celles de Bohême d'un cratère assez limité situé en Allemagne.