Les secrets de la nature dévoilés
La petite histoire
Comprendre simplement
Domaines de présence
Son interprétation dans l'avenir
Les références
Mais encore
by Victor de Botton ©
 
Accueil  Arborescence  Page précédente

La petite histoire  Up Page
Résumé
Une analyse, qui intègre et unifie formellement les phénomènes observables et non-observables a été développée en tenant rigoureusement compte des concepts fondamentaux, de relativité et de réciprocité, ceci à l'aide d'un algorithme mathématique unique déjà existant, mais libre de tout coefficient dimensionnel. Chaque développement de l'analyse peut sembler un lieu commun mais seule l'application simultanée de tous dans un ensemble unique d'éléments semblables avec pouvoir de reconnaissance mutuel fournit avec simplicité toutes les réponses à des dilemmes non résolus, à des phénomènes observés "déjà expliqués", et aussi à des phénomènes encore non-observés.
 
Introduction
Le besoin impératif de formuler une description simple des phénomènes environnementaux, a conduit à présenter les choses dans un langage accessible à tous. Le nom généralisé des entités définies dans l'analyse: sovon (au masculin comme électron).
Le fait que l'être humain puisse avoir accès à un champ d'informations privilégiées (capacités psychiques, communication entre jumeaux, influence de la musique sur les espèces vivantes) suggère que la communication de fréquences est au cœur du problème. Il y a donc lieu d'élucider nos propres perceptions, si nous souhaitons comprendre ce monde.

Comprendre simplement  Up Page
Un aperçu de la Terre d'après les résultats de l'analyse

Circonférence 40000km, rayon au pôle et à l'équateur respectivement 6356km et 6378km. Coupe longitudinale.
2 vortices, l'un dans le sens des aiguilles d'une montre et l'autre à contresens. se rencontrent chacun avec une vitesse angulaire w.
Toutes les particules exercent des accélérations quantiques individuelles les unes sur les autres d'après l'algorithme à chaque période.
w x w x ri accélération centripète pour chaque vortex. La somme vectorielle donne le résultat ci-dessous :
Accélération centripète résultante g = w (r1 + r2) = 2r = 9.81 et 9.78 m/s 0.3% plus grande à l'équateur comme observé en fait
et non comme prédit par la " loi des masses " 0.7% plus grande aux pôles : bulge of "gravity" at equator,
T = période = 7158s, durée de transmission d'une oscillation séismique nucléaire 1h à l'antipode soit un demi-tour comme observé.
Densité relative en centre x 55, distance entre sovons = 3pm donc plus grande absorption de rayonnement x 27040.
Diamètre du collecteur central 30km.
Radiation cosmique et solaire absorbée au centre: 0.005pm très sensible aux éruptions solaires comme la dernière en Novembre 2003.
Radiation absorbée en surface et au sol, respectivement 0.33 et 9200kW/m2 . Cela donne la possibilité d'établir un bilan calorique.
Température de fusion 2400°C, vitesse moyenne du flot 2.8km/s sur la circonférence.
10° Epaisseur de la croûte terrestre 23km, Gradient de température dans la croûte 10°C/100m comme observé dans les mines.
Le bilan calorique indique une influence primordiale à l'absorption de radiation cosmique et solaire sur le climat.
Un choc par météorite peut déplacer la croûte et la faire glisser sur la lave en fusion comme observé par les changement de
position des pôles dans les minéraux magnétiques.
11° Champ "magnétique" résultant de l'accélération de Coriolis sur les sovons, Le dip du champ s'obtient par somme vectorielle simple
et il est positionné exactement suivant la latitude : 0 à l'équateur et 90 degrés aux pôles.
12° Les courants marins induits par l'accélération de Coriolis produisent une pression positive vers le Nord : les continents sont
découpés en cales pointant vers le Sud et les rivages sud du Pacifique sont fêlés et volcaniques, la Ceinture de Feu.
13° Trajectoire des neutrons en bonds quantiques et suivant un double axe non vertical comme observé.
14° La portée de l'accélération de la Terre = vitesse du flot de lave x période = 2,8 x 7158 =~ 20000km forces

Domaines de présence  Up Page
Modèles et principes
Même en utilisant la relativité complexe, l'infiniment grand (étoiles et planètes) et l'infiniment petit (quanta et particules sub-atomique) ne peuvent aboutir à un dénominateur commun.
 
Nature
Rendre compte des phénomènes de la nature, revient à poser le problème en terme de temps (durée) et de distance (déplacement).
 
Temps
La variable temps et la variable déplacement sont inséparables donc dépendantes. Pour chaque sovon le temps se comporte comme un métronome à un top unique. A chaque top il se fait une reconnaissance de l'environnement à la portée de l'entité. Dû à la réciprocité intrinsèque entre sovons tous les métronomes sont activés par une chaîne de synchronisation commune unique. A chaque top tout est à recalculer en fonction des reconnaissances opérées à ce top particulier, d'où la dépendance temps/déplacement.
 
Mouvement et déplacement
Jusqu'à la découverte du spin les physiciens n'attribuaient que des vitesses linéaires aux particules (particule ponctuelle). La possibilité qu'une particule puisse posséder une vitesse angulaire (spin), ouvre la porte à de nouvelles analyses. Toutes les entités possèdent des vitesses linéaire et angulaire et seront nommées "sovons". La vitesse angulaire définit la fréquence du top.
 
Particules élémentaires, échelle, identité, relativité, compatibilité
Il n'est pas concevable de parler de la notion de matière pour une particule unique à l'échelle atomique, puisque les propriétés intrinsèques n'ont plus court (discontinuité). La seule "notion" élémentaire, concernera le cas des entités synchronisées.
Nul n'est qualifié de définir une échelle en-deçà de laquelle il n'est pas concevable de parler de l'existence d'un sovon. L'univers immédiatement perceptible est une cellule chimique et il est, comme les observateurs humains, transparent et aveugle pour des sovons de fréquences différentes des fréquences chimiques en pression atmosphérique.
 
Variation de la vitesse de la lumière
Le décalage vers le rouge constaté par l'expérience, dans le spectre électromagnétique (carte d'identification) d'une étoile, suggère que le photon en question a subi une accélération.
L'expérience de Morley et Michelson (existence de l'éther) n'a pas été correctement interprétée et le besoin de formuler la théorie de la relativité a disparu. La seule relativité exigée est que le nombre de périodes qui s'écoulent pour chacun de deux sovons similaires à partir d'un départ commun reste égal pour les deux dans toute situation.
 
Ensemble et présence
Lorsque deux cordes d'un instrument de musique émettent des notes différentes, il se crée un harmonique commun, donc une nouvelles fréquence plus élevée que les fréquences fondamentales, donc avec un pouvoir de reconnaissance amplifié, présence agrandie dans le champ, mais champ amoindri dû à la période plus petite.
 
Relativité et réciproque
Un sovon ne peut exister isolé, il est impératif de considérer l'ensemble partenaire.

Son interprétation dans l'avenir  Up Page
Un point sur les sovons
Le phénomène de corrélation impose que les angles de polarité de deux sovons soient complémentaires. Les fréquences engendrées sont des multiples du fondamental.
Le nom de "sovon" provient du mot hébraïque "sovev" qui signifie "rotation" et du suffixe "on", couramment utilisé dans les noms de particules.
 
Masse
La notion de masse a été créée pour fournir un coefficient quantitatif à l'accélération de la Terre sur les objets. Les dernières tentatives infructueuses de faire atterrir un satellite sur la planète Mars, suggère que la loi de la gravitation (attraction entre deux masses) devient désuète.
Impératif de la nouvelle équation de mouvement : expliquer accélérations existantes, champ magnétique des planètes, déplacement de la tache de Jupiter, concentration des continents d'un côté de l'hémisphère, stabilité de l'Antarctique, Ceinture de Feu du Pacifique, décalage vers le rouge des galaxies, trajectoire des neutrons au voisinage de la Terre …
 
L'équation

La variable "temps" est prise comme égale à l'unité à chaque top, l'équation devient implicitement indépendante du temps. Elle tient compte des vitesses linéaire et angulaire relatives. La notion de "temps" se trouve implicitement dans la sovon.
L'équation décrit l'interaction entre un sovon et son sous-ensemble complémentaire. La forme de l'équation est vectorielle ainsi applicable à autant de dimensions qu'exigé.
a' = a + W x r + 2w x v + w x (w x r)
a' : accélération exercée sur le sous-ensemble complémentaire.
a : accélération engendrée à l'intérieur du sous-ensemble.
w : vitesse angulaire du sous-ensemble (10000tour/min influence moins que 100tour/min.).
W : changement dans le temps de la vitesse angulaire du sovon ou accélération angulaire.
r : distance entre sovons reconnus.
v : vitesse du sous-ensemble relative au sovon reconnu.
W x r : accélération en fonction de l'accélération angulaire du sous-ensemble et de la distance entre les sovons.
2 w x v : accélération de Coriolis du sous-ensemble (présente dans les gyroscopes) relie les accélérations linéaire et angulaire.
w x (w x r) : accélération centripète bien connue et sans avoir recours à la masse.
Dans le tableau suivant, la notion de masse a été remplacé par la notion de fréquence à l'aide de l'équation.

Les références  Up Page
Réseau Pepe
Victor de Botton (Beersheva , Israël)
 
Pourquoi ce site
Je crois que, si les êtres humains que nous sommes ne parviennent pas toujours à évoluer comme ils le souhaiteraient _à s'épanouir professionnellement, sentimentalement et sexuellement (ce que j'appelle les trois pôles d'intérêts) c'est parce qu'il y a des barrages qui entravent leur désir d'accéder à un rêve inachevé. Je pars du principe que tout est possible, à condition de s'entourer de gens qui nous poussent à croire en nous.
 
Contribuer au Réseau Pepe
Ce site est avant tout une encyclopédie ouverte à l'imagination et au savoir, où chacun(e) d'entre vous peut participer.
Si vous avez envie de partager une passion, ou si vous sentez le besoin de vous exprimer sur un point précis, je vous invite à m'adresser un e-mail (adresse électronique accessible sur ma page d'accueil).

Mais encore  Up Page
Equation illustration
La physique autorise un photon à se transformer en une paire proton-électron. Aucun électron ne peut exister sans son proton complémentaire, tout comme il n'a jamais été observé l'apparition d'un l'électron sans une absorption ou une émission de photon. On peut pousser l'analyse, en affirmant qu'aucun neutron n'a été détecté sans sa paire proton-électron et sans la présence d'un photon environnant. C'est un quatuor parfait qui fournit une explication simple des transformations. Il existe un rapport constant entre les particules, et il semble que les noyaux soient peuplés de neutrons et seule l'écorce extérieure contient des protons.

 
Accélération de la Terre
Une récente expérience sur les neutrons a montré que leur accélération ne suit pas une trajectoire verticale et s'effectue en bonds quantiques. w x w x r : accélération centripète (attraction terrestre) du neutron par des sovons sous la croûte.

 
Si on recalcule l'accélération suivant l'équation précédente, nous trouvons aux pôles et à l'équateur 9,7838 et 9,8162 m/s. Pour la planète Mars on en déduit une valeur de 15,6 m/s à 14000km de hauteur au lieu de 0,225 m/s (loi des masses) raison de la chute des satellites.

 
Données de la Terre

Légende
Qg/dm2 = pression unité représentative
Q/dm 3 = densité unité représentative
mm/s² = accélération centripète
m/s = vitesse du flot de lave compressée
pm = distance entre particules pour absorber radiation