Réacteurs nucléaires naturels (Oklo, Gabon)
La petite histoire
Comprendre simplement
Domaines de présence
Son interprétation dans l'avenir
Les références
Mais encore
by Pepe ©
 
Accueil  Arborescence  Page précédente

La petite histoire  Up Page
Mines radioactives
Une étude américaine l'affirme: il y a deux milliards d'années, dans le sous-sol gabonais, une centrale naturelle aurait fonctionné avec une régularité d'horloge. Il y a deux milliards d'années, à 3 000 mètres de fond, dans les mines d'uranium d'Oklo au Gabon, un réacteur nucléaire naturel a fonctionné par intermittence, s'activant 30 minutes toutes les 2 heures et demie.

Comprendre simplement  Up Page
Fonctionnement par intermittence
L'analyse d'un échantillon d'uranium dans l'usine d'enrichissement de Pierrelatte, dans la Drôme, en 1972, confirme que sa composition ne correspond pas aux valeurs standards de l'uranium naturel.
Pour que les atomes d'uranium se fissionnent et entretiennent spontanément des réactions en chaîne, il faut en effet une concentration suffisante en uramium 235, de l'eau pour ralentir les neutrons issus des réactions et augmenter ainsi leur chance de fissionner d'autres noyaux atomiques, et une morphologie du milieu empêchant ces neutrons de fuir.
Jusqu'à une date toute récente, les chercheurs étaient convaincus que l'existence de 16 anciens réacteurs nucléaires naturels à Oklo - les seuls dans le monde connus à ce jour - auraient fonctionné pendant 150 000 ans. Il a fallu attendre octobre 2004 pour que l'on découvre sur ces centrales naturelles avaient fonctionné par intermittence, selon un rythme dont la précision a été révélée en mesurant la composition en gaz piégés dans les minéraux phosphates au cœur du réacteur.

Domaines de présence  Up Page
Un geyser nucléaire
L'éruption d'un geyser est cyclique: elle se produit quand de l'eau souterraine entre en ébullition et s'échappe via un conduit relié à la surface. Il faut attendre ensuite que le réservoir se remplisse de nouveau pour assister à une seconde éruption.
Dans le cas des réactions de fission, l'eau s'échauffe jusqu'à de 300 à 350 °C. Si à de telles profondeurs - 3 000 mètres - , l'ébulittion n'est pas possible, l'eau perd néanmoins en densité. Les neutrons vont alors bien trop vite, ce qui diminue fortement leur chance de rencontrer un noyau d'uranium, d'où le ralentissement jusqu'à l'arrêt des réactions. Avec le refroidissement du réacteur, l'eau redevient assez dense pour contrôler les neutrons et le cycle redémarre.

Son interprétation dans l'avenir  Up Page
Stupéfaction
Le physicien contemporain calcule 0,72 % d'uranium 235 et 99,280 % d'uranium 238. C'est la teneur actuelle de tout minerai d'uranium naturel tel qu'on le trouve dans tous les gisements du monde entier. Et les variations observées sont très faibles, de moins d'un pour mille, c'est-à-dire qu'elles ne portent que sur la quatrième décimale.
Au mois de juin 1972, les analyses de routine des échantillons prélevés avant expédition en U.R.S.S. donne en guise de 0,720 des valeurs telles que 0,640 et 0,621, ceci sur du minerai mélangé des gisements de Mounana et d'Oklo. Des analyses sur échantillons localisés d'Oklo ont donné 0,592 et même 0,440, valeur d'autant plus faible que la teneur en uranium du minerai est plus élevée !
Par contre, certains échantillons ont dénoté un très léger enrichissement en uranium 235 allant jusqu'à 0,730 %.
 
La mesure de l'ancienneté des terrains donne la valeur 1 740 millions d'années, à vingt millions près.

Les références  Up Page
Réseau Pepe
Science & Vie Janvier 1973 n664
Science & Vie janvier 2005 n1048
 
Pourquoi ce site
Je crois que, si les êtres humains que nous sommes ne parviennent pas toujours à évoluer comme ils le souhaiteraient _à s'épanouir professionnellement, sentimentalement et sexuellement (ce que j'appelle les trois pôles d'intérêts) c'est parce qu'il y a des barrages qui entravent leur désir d'accéder à un rêve inachevé. Je pars du principe que tout est possible, à condition de s'entourer de gens qui nous poussent à croire en nous.
 
Contribuer au Réseau Pepe
Ce site est avant tout une encyclopédie ouverte à l'imagination et au savoir, où chacun(e) d'entre vous peut participer.
Si vous avez envie de partager une passion, ou si vous sentez le besoin de vous exprimer sur un point précis, je vous invite à m'adresser un e-mail (adresse électronique accessible sur ma page d'accueil).

Mais encore  Up Page
Ce que vous avez toujours voulu savoir