Norvège
Informations générales
Institution
Combinaison d'énergie
Une nouvelle oasis
Histoire
Deux langues
Aromes & Saveurs
Références
Agriculture
Energies
Matières premières
by Pepe ©
Accueil Arborescence Page précédente



Informations générales  Up Page
Aperçu
Population: 4 826 300 habitants.
Superficie: 323 880 km2.
Point culminant: 2 469 m (Galdhopiggen).
Capitale: Oslo.


Institution  Up Page
Intérêt et utilisation des indices globaux (NAO, El Nino...)
Les écologistes ont, depuis une dizaine d'années, pris conscience de l'existence de phénomènes cycliques à grande échelle. Le plus connu à ce jour reste le NAO (North Atlantic Oscillations), car il affecte directement les conditions climatiques en Europe, phénomène particulièrement marqué en Norvège. Dans une revue récente, des chercheurs du Center for Ecology and Evolutionary Synthesis montrent l'existance de nombreux autres indices similaires au NAO, propres à d'autres régions du globe et que tous, sont potentiellement importants, et donc à considérer pour la recherche en écologie. On retrouve ainsi l'ENSO (El Nino Southern Oscillations) pour l'hémisphère sud, l'ALI (Aleutian Low Index) et le PDO (Pacific Decadal Oscillations) pour la zone pacifique ou encore l'AO (Arctic Oscillations) pour les régions boréales. La découverte des effets du NAO sur les systémes biologiques avait sucite beaucoup d'enthousiasme chez les chercheurs.
Aujourd'hui, paradoxalement, les indices globaux, loin de n'apporter que des réponses, soulèvent de nombreuses questions et difficultés en écologie. Par exemple, s'ils déterminent notre climat dans les grandes lignes, ce sont les conditions locales qui agissent directement sur la biocénose (ensemble des êtres vivants dans un même milieu). Or le lien entre indices globaux et climat local est loin d'être clair et établi. La compréhension des phénomènes climatiques devient donc une nécessité pour les écologistes. D'un point de vue biologique, l'utilisation des indices globaux permet principalement de faire des prédictions quant aux conséquences futures du réchauffement planétaire sur les populations animales et végétales, ainsi que de dégager les grands patrons des réponses biologiques aux variations climatiques à grande échelle.

Economie  Up Page
Combinaison énergie éolienne-énergie hydrogène
Offerte aux éléments souvent déchaînés de la mer du Nord, l'île d'Utsira expérimente un projet-pilote qui consiste à transformer le surplus d'électricité produit par les éoliennes en hydrogène combustible, utilisable les jours où Eole souffle trop peu ou trop fort. "L'hydrogène pourrait devenir un vecteur énergétique majeur susceptible d'assurer un approvisionnement stable en électricité, indépendant des carburants fossiles et aucunement lié à des émissions polluantes", assure Joergen Rostrup, président de la division "énergies nouvelles" du conglomérat norvégien Norsk Hydro, à l'origine du projet.

Pour des raisons de coût, le système, inauguré le 1er juillet 2004, n'alimente en réalité que dix foyers de l'île, auprès desquels il sera testé pendant 18 mois. "Nous voulons démontrer que l'hydrogène est une source d'énergie viable. Techniquement, on sait faire mais l'enjeu est de le faire de façon rentable", explique Paal Otto Eide, le chef du projet. L'électricité d'Utsira sera en effet "plusieurs fois" plus onéreuse que celle, d'origine hydraulique, produite en Norvège continentale.

Troisième exportateur mondial de pétrole et de gaz naturel, le pays scandinave entend conserver son importance à l'heure des énergies alternatives. Les pouvoirs publics ont donc assuré un quart du financement du projet d'Utsira, sur un investissement total de plus de 40 millions de couronnes norvégiennes (environ 5 millions d'euros).


Pour mieux exploiter les ressources maritimes
Des chercheurs de l'Institut SINTEF tentent de développer et de transférer de nouvelles technologies permettant d'exploiter au mieux la biomasse marine. Ils se concentrent actuellement sur l'étude de la chaîne alimentaire marine tant au niveau biologique qu'environnemental dans le but de développer de nouveaux produits alimentaires, animaliers et pharmaceutiques.
Dans les années à venir, l'océan devrait devenir l'un des principaux fournisseurs pour l'alimentation humaine, à l'échelle planétaire. La biomasse marine pourra répondre aux besoins de la population mondiale en terme d'apport de protéines et de graisses nécessaires, et même si l'accroissement démographique actuel tend à durer.

Géographie  Up Page
Une nouvelle oasis découverte en mer norvégienne
Les sources d'eau chaude sous-marines les plus septentrionales du monde ont été trouvées par des chercheurs Norvégiens dans les eaux froides de l'Arctique. Cet été, à l'aide d'un mini sous-marin, les chercheurs de l'Université de Bergen ont trouvé des sources d'eau chaude sous-marines à une profondeur de 603,5 m sur le Mohnsryggen, au nord de l'île de Jan Mayen, où la Norvège maintient une station de survie et une présence militaire. Les chercheurs ont été surpris quand le mini sous-marin a pénétré dans une forêt sous-marine comportant des pinacles baignant dans une eau à presque 250°C. Autour des pinacles, ils ont observé une vie sous-marine riche, comprenant des crevettes, des araignées de mer, du corail et des anguilles. Rolf B. Pedersen, qui a mené l'expédition internationale, et ses collègues pensent que leur découverte pourrait être importante dans des domaines comme la médecine, le contrôle de la pollution et la génétique.

Norway


Laponie


Histoire  Up Page
Sujet


Culture  Up Page
Deux langues
La langue officielle est le norvégien, mais cette langue "écrite" existe en deux versions, avec deux normes officielles: le "norvégien des livres" et le "néo-norvégien" (néo par rapport à l' "ancien norvégien" du Moyen-Age, donc le norrois). La situation linguistique en Norvège possède une deuxième particularité. Il n'existe pas de norme officielle pour la langue parlée. Tous et toutes parlent leurs dialectes, partout et dans tous les contextes. Pour l'écrit, environ 15% de la population a le néo-norvégien comme version principale et le norvégien des livres comme version secondaire. Les deux versions ont obtenu statut légal en 1885 et cohabitent depuis.

Arômes et Saveurs  Up Page
Sujet


Les références  Up Page
Réseau Pepe
@rt Flash
BE Norvège
ChallengeS
Energies dans le monde Ouvrage numérique
Géo août 2004 n°306
 
Pourquoi ce site
Je crois que, si les êtres humains que nous sommes ne parviennent pas toujours à évoluer comme ils le souhaiteraient _à s'épanouir professionnellement, sentimentalement et sexuellement (ce que j'appelle les trois pôles d'intérêts) c'est parce qu'il y a des barrages qui entravent leur désir d'accéder à un rêve inachevé. Je pars du principe que tout est possible, à condition de s'entourer de gens qui nous poussent à croire en nous.
 
Contribuer au Réseau Pepe
Ce site est avant tout une encyclopédie ouverte à l'imagination et au savoir, où chacun(e) d'entre vous peut participer.
Si vous avez envie de partager une passion, ou si vous sentez le besoin de vous exprimer sur un point précis, je vous invite à m'adresser un e-mail (adresse électronique accessible sur ma page d'accueil).
AGRICULTURE Up Page 1990 1995 2000 2005 2010 2015 2020
Blé
(millions de tonnes)
0,262 0,395
(2008)
Bois
(millions de mètres cube)
8,652 9,667
(2008)
Cacao
(millions de tonnes)
Café
(millions de tonnes)
Canne à sucre
(millions de tonnes)
Coton
(millions de tonnes)
Maïs
(millions de tonnes)
Millet
(millions de tonnes)
Oranges
(millions de tonnes)
Orge
(millions de tonnes)
0,593 0,589
(2008)
Pomme de terre
(millions de tonnes)
0,39 0,317
(2008)
Riz
(millions de tonnes)
Thé
(millions de tonnes)
Vin
(millions de tonnes)
Bovins
(millions de têtes)
0,959 0,934
(2008)
Ovins
(millions de têtes)
2,459 2,423
(2008)
Porcins
(millions de têtes)
0,751 0,824
(2008)
Production halieutique
(millions de tonnes)
3,474 3,209
(2008)
ENERGIES Up Page 1990 1995 2000 2005 2010 2015 2020
Production totale d'énergie
(millions de tonnes équivalent pétrole)
232,622 224,566
(2008)
Consommation totale d'énergie
(millions de tonnes équivalent pétrole)
24,700 28,244
(2008)
Consommation d'énergie par habitant
(tonnes équivalent pétrole)
5,443 6,109
(2008)
Production d'électricité
(milliards de kWh)
130,283 137,229
(2008)
_ dont énergie biomasse (résidus forestiers & déchets agricoles) (MWh) 0,2%
(2012)
_ dont énergie éolienne (vent, courant aérien) (MWh) 1,1%
1,6 TWh
(2012)
_ dont énergie de déchets non renouvelables (industriels & municipaux) (MWh) 0,1%
183 GWh
(2012)
_ dont énergie fossile (combustible naturel: charbon, pétrole, gaz naturel...) (MWh) 1,9%
2,8 TWh
(2012)
_ dont énergie géothermique (chaleur du sous-sol) (MWh)
_ dont énergie hydraulique (barrage, pompage-turbinage) (MWh) 99,33% 98,86%
(2008)
96,7%
142,9 TWh
(2012)
_ dont énergie marine (marée, vague, courant, hydrothermale) (MWh)
_ dont énergie nucléaire (fission ou fusion de l'atome d'uranium) (MWh)
_ dont énergie solaire (centrales photovoltaïques et centrales solaires thermiques) (MWh) 0,005%
7 GWh
(2012)
Consommation d'électricité par habitant
(milliers de kWh)
24,621 25,083
(2008)
29,517
(2012)
Consommation totale d'électricité
(milliards de kWh)
111,731 115,967
(2008)
MATIERES PREMIERES Up Page 1990 1995 2000 2005 2010 2015 2020
Argent
(tonnes)
Bauxite
(millions de tonnes)
Charbon
(million de tonnes)
Charbon & lignite
(million de tonnes)
3,018
(2007)
1,667
(2008)
Cuivre
(millions de tonnes)
Diamant
(milliers de carats)
Etain
(tonnes)
Fer
(millions de tonne)
0,410 0,620
(2008)
Gaz naturel
(millions de mètres cube)
73,100 87,600
(2008)
Lignite
(millions de tonnes)
Nickel
(millions de tonnes)
Or
(tonnes)
Pétrole
(millions de tonnes)
153,000 128,700
(2008)
Phosphates
(millions de tonnes)
Plomb
(millions de tonnes)
Potasse
(millions de tonnes)
Uranium
(tonnes)
Zinc
(millions de tonnes)
Réserves de gaz
(milliards de mètres cube)
3 188 2 892
(2008)
Réserves de pétrole
(millions de tonnes)
1 319
(2006)
1 054
(2008)