Monstres
Population
Description
Activités
Présence
Particularités
Tendance
by Pepe ©
 
Accueil  Arborescence  Page précédente

Population  Up Page
Qui est-elle, famille, genre
L'étude scientifique des monstruosités ne date que du XVIIIe siècle, mais dès l'antiquité la plus lointaine, les hommes se sont demandés pourquoi naissent dans leur espèce des individus monstrueux, c'est-à-dire présentant des caractères anormaux par rapport au type ordinaire de la population (individus albinos, à six doigts, à doigts soudés ou manquants, à membres surnuméraires, etc.). Comme toujours, le préjugé et la superstition ont largement devancé les jugements de la raison, et la première tendance fut de faire intervenir des causes surnaturelles.
Chez les Romains, la naissance d'un enfant difforme était interprétée comme le signe de la colère des dieux ou comme le présage d'une catastrophe publique: d'après Tacite, la mort de l'empereur Claude fut annoncée par la naissance de doubles monstres, à visage hideux.
Dans certains pays d'Orient, au contraire, le montre était protégé, choyé, vénéré, car on lui trouvait presque toujours quelque ressemblance avec un animal sacré. L'excellent ouvrage historique du Docteur Ernest Martin (Histoire des monstres depuis l'antiquité jusqu'à nos jours, Reinwald, Paris, 1880) en est la preuve !
Durant tout le moyen-âge, on vit dans les naissances monstrueuses l'&ligoe;uvre du diable ou des démons: aussi le monstre était-il souvent livré au supplice, et l'anathème lancé sur la femme qui l'avait enfanté. De telles croyances persisteront jusqu'au XVIe siècle, en dépit de la sagesse d'un Montaigne, qui ose affirmer que "ce que nous appelons monstres ne le sont pas à Dieu", et malgré l'avertissement de Pomponace, qui déclare que c'est pure sottise "d'attribuer à Dieu ou au diable les effets dont on ne connaît pas les causes".

Description  Up Page
Comment elle est, physiologie, phylogénie
Dans l'Inde, on les vénère; en Egypte, ils sont admis dans les sépultures sacrés. Ainsi, d'un côté, les nations de l'Occident ont une législation tératologique basée sur une superstition qui tue les monstres; de l'autre, les peuples de l'Orient en présentent une opposée, qui les divinise.
 
Déification des monstres
En Inde, en Perse et en Egypte, la déification est la conséquence du dogme fondamental de la philosophie religieuse de ces peuples; de telle sorte que, lorsqu'une femme avait mis au monde un enfant ayant l'aspect d'un monstre, l'imagination, préparée par la conscience d'un phénomène considéré comme naturel, rapprocherait aussitôt ce monstre de l'animal dont il reproduisait les traits: il était identifé avec lui; et si enfin l'animal occupait une place au panthéon des dieux, on donnait au monstre, on le divinisait.
Lorsqu'une monstruosité se produisait, et qu'elle était soupçonnée d'être la conséquence d'un fait de bestialité, elle n'était pas considérée comme une dérogation aux lois naturelles de la génération, car la doctrine de la fécondité entre espèces différentes était universellement admise. L'histoire du centaure né dans les jardins de Périandre, extraite du Banquet des Sept Sages et rapportée précédemment, en est une preuve incontestable: cette naissance d'un monstre résultait d'un acte que ni la législation ni les mœurs n'atteignaient beaucoup; mais il y avait la superstition des présages, qui se dressait contre lui; ce monstre était le signe avant-coureur d'une catastrophe qui allait bientôt éclater, et c'était sur lui qu'en pesait toute la responsabilité: on ne la divinisait pas, on le mettait à mort.

Activités  Up Page
Ce qu'elle fait, démarches
Au premier jour de la création, dit une tradition sacrée, Dieu tira du néant les anges; puis, après avoir formé l'homme; il leur ordonna de se prosterner devant son œuvre: tous obéirent, à l'exception de Satan; aussitôt l'archange saint Michel rassembla la céleste cohorte et se dirigea contre le rebelle; une lutte s'engagea. Satan et les siens furent anéantis et précipités dans les gouffres infernaux, où ils devinrent noires et revêtirent des formes monstrueuses.
Le Coran (II, 32) reproduit  cette légende rabbinique et dit que Satan fut introduit dans l'Eden sous forme d'un serpent monstrueux à sept têtes.
Les Apocalypses de Daniel et d'Hénoch et la plupart  des commentateurs juifs tiennent pour des anges déchus les fils de Dieu qui s'unirent aux filles des hommes dont ils eurent des enfants, selon ce qui est enseigné dans les premiers versets du sixième chapitre de la Genèse; il est certain que l'hébreu Nephilim, traduit par géants, signifie réellement: tombés de haut, dégradés, déchus.
Dans la Genèse, Géants, Titants, Zomzommin et Raphaïm sont synonymes; ce sont,d'après le Deutéronome, les habitants du pays d'Ammon. D'après la version des Septante, Emek-Raphaïm signifie vallée des Titans, ou vallée des Géants, suivant Josephe.

Présence  Up Page
Où la voit-on, environnement
Origine des monstres
Quelques variés que soient les aspects sous lesquels se présentent les doctrines démonologiques dans les religions et les philosophies de l'antiquité, un lien cummun les réunit: c'est le dualisme, c'est-à-dire le principe opposé à la conception de l'unité créatrice. Chacun des éléments de ce dualisme, le génie du Bien et le génie du Mal, sont en lutte incessante l'un contre l'autre: le premier crée parfaits tous les êtres; le second les déforme et crée les monstres. Que sont, dans la pensée des hommes, ces monstres, sinon des infractions aux lois de la nature ?
La base de tous les cultes polithéistes repose sur deux aspects de ce dualisme:
_ La théurgie ou magie blanche; c'est la science des génies bienfaisants;
_ La goétie ou magie noire; c'est la sorcellerie qui la pratique. C'est à cette démonologie que nous pouvons donner le nom de démonologie tératogénique.
 
Les anomalies
Les changements, considérés chez les êtres vivants, animaux et végétaux, s'appellent des anomalies, et ils comportent de grandes variations d'intensité. Lorsque les anomalies n'atteignent que faiblement un organe ou un petit nombre d'organes, leur valeur physiologique est toujours faible en ce sens qu'elles ne sont jamais une menace pour la vie de ceux qui en sont atteints (bec-de-lièvre, l'albinisme, le mélanisme, le géantisme, le nanisme, les doigts surnuméraires). Mais, lorsqu'un ou plusieurs organes importants ont éprouvé des altérations profondes qui placent l'être à une distance considérable de l'espèce, il ne peut continuer à vivre bien longtemps après sa naissance: c'est un monstre.
 
Les embranchements
Gœthe avait remarqué que l'étude séparée de chaque être conduit à la connaissance du mode de fonctionnement des organes; puis, son esprit, franchissant les limites de cette donnée, vit que, derrière l'immense diversité de formes et de fonctions, il existe un ensemble d'éléments communs à tous les animaux ou, au moins, aux groupes naturels désignés après lui sous le nom d'embranchement.
Il se servit de l'expression: unité de type, pour caractériser ce fait synthétique en vertu duquel tous les individus rangés sous la dénomination de vertébrés sont des copies plus ou moins ressemblantes d'un exemplaire unique, qui a été le jet primitif, spontané de la puissance créatrice. Le travail dans lequel Gœthe a développé cette loi a pour titre: Première Ebauche d'une Introduction générale pour l'anatomie comparée. Il a été élaboré en 1795; l'auteur le fit voir à plusieurs savants, tels que Sœmmering; mais celui-ci n'y firent aucune attention; Gœthe,découragé, le laissa de côté; ce n'est que plus tard, en 1820, qu'il le reprit et le publia dans son Journal de morphologie.

Les références  Up Page
Réseau Pepe
BE Allemagne
Histoire des monstres Dr Martin Ernest
Science & Vie mai 1953 n428
 
Pourquoi ce site
Je crois que, si les êtres humains que nous sommes ne parviennent pas toujours à évoluer comme ils le souhaiteraient _à s'épanouir professionnellement, sentimentalement et sexuellement (ce que j'appelle les trois pôles d'intérêts) c'est parce qu'il y a des barrages qui entravent leur désir d'accéder à un rêve inachevé. Je pars du principe que tout est possible, à condition de s'entourer de gens qui nous poussent à croire en nous.
 
Contribuer au Réseau Pepe
Ce site est avant tout une encyclopédie ouverte à l'imagination et au savoir, où chacun(e) d'entre vous peut participer.
Si vous avez envie de partager une passion, ou si vous sentez le besoin de vous exprimer sur un point précis, je vous invite à m'adresser un e-mail (adresse électronique accessible sur ma page d'accueil).

Particularités  Up Page
Ce qui la distingue des autres

Tendance  Up Page
Créatures aux multiples têtes
Méduse à deux têtes
Des scientifiques de Hanovre viennent de montrer pour la première fois qu'il est possible d'induire le développement de plusieurs têtes chez la méduse. Ce phénomène était jusqu'alors le résultat de rares anomalies de développement dont la cause était inconnue.
Mise à part l'Hydre de Lerne, figure de la mythologie grecque dont l'extermination fut l'un des douze travaux d'Hercule, les monstres à plusieurs têtes n'existent pas dans la nature. En invalidant le gène cnox, des chercheurs allemands sont cependant parvenus à générer des méduses (Eleutheria dichotoma) à deux têtes, celles-ci remplissant toutes leurs fonctionnalités (alimentation...). Toutefois, à l'inverse de l'Hydre de Lerne, serpent d'eau à corps de chien dont les multiples têtes se régénéraient doublement lorsqu'elles étaient tranchées, une seule excroissance est régénérée après l'ablation d'une tête d'Eleutheria dichotoma.
Ainsi, bien que dans la nature les animaux à plusieurs têtes ne soient pas monnaie courante, faute d'avantage sélectif, l'étude du gène cnox permettra de mieux comprendre l'évolution des cnidaires (coraux, anémones de mer, méduses).