Météorites au temps des Celtes
La petite histoire
Comprendre simplement
Domaines de présence
Son interprétation dans l'avenir
Les références
Mais encore
by Pepe ©
 
Accueil  Arborescence  Page précédente

La petite histoire  Up Page
Origine, raisons, hasard
Une collision de météorites a dû se produire près du Chiemsee au temps des Celtes. Ce constat provient d'une équipe de chercheurs et rapporté dans le magazine spécialisé américain "Astronomy" (octobre 2004 ?). Les chercheurs ont découvert dans le sud-est de la Bavière plus de 80 cratères de diamètre allant de 3 mètres jusqu'à un demi-kilomètre. Des signes suggèrent que tous les cratères proviennent de la collision d'une seule comète.

Comprendre simplement  Up Page
Vulgarisation, de 7 à 77 ans
Les cratères se situent dans une région elliptoïdale de 58 kilomètres de longueur et 27 de largeur, qualifié de champ de dispersion. Celui-ci s'est formé à la suite de l'explosion d'une comète lors de son entrée dans l'atmosphère. Les gros morceaux se sont écrasés dans et autour du lac Chiemsee, où se trouvent les plus grands cratères. Par contre les petits morceaux n'ont pas atteint cette région et s'écrasèrent au nord-est du lac, dans la région de Inn-Salzach. Cette observation permet au géologue et géophysicien de Wurzburg, Kord Ernstson, d'inférer que la météorite venait du nord-est.

Domaines de présence  Up Page
Monde présent
Les impacts ont une forme caractéristique de cratère, du moins tant qu'ils n'ont pas été lissés par les cultures. D'autres signes explicites: dans les cratères se trouve une couche de cendres, des pierres extrêmement déformées et aussi des pierres lisses et recouvertes de verre. Cet couche de verre se forme quand la surface des pierres fond subitement sous l'action d'une chaleur intense et breve. Par ailleurs, les chercheurs ont trouvés des matériaux métalliques, dont l'existence est à relier aux corps célestes qui se sont écrasés. Une analyse microscopique et chimique est en cours. Les analyses en laboratoire montrent déjà que ces cailloux ont subi un choc thermique.

Son interprétation dans l'avenir  Up Page
Monde futur
Les scientifiques pensent que la météorite s'est écrasée au temps des Celtes, probablement autour de 200 ans avant J.-C. Plusieurs indices permettent de faire cette supposition. Entre autres, des archéologues amateurs ont trouvé près d'un cratère un dépôt contenant des morceaux de bronzes celtiques _ aiguilles, bagues et autres- qui n'étaient fondus que d'un seul côté. Seul un événement très bref et d'une chaleur très intense permet d'expliquer cette observation.

Les références  Up Page
Réseau Pepe
BE Allemagne
 
Pourquoi ce site
Je crois que, si les êtres humains que nous sommes ne parviennent pas toujours à évoluer comme ils le souhaiteraient _à s'épanouir professionnellement, sentimentalement et sexuellement (ce que j'appelle les trois pôles d'intérêts) c'est parce qu'il y a des barrages qui entravent leur désir d'accéder à un rêve inachevé. Je pars du principe que tout est possible, à condition de s'entourer de gens qui nous poussent à croire en nous.
 
Contribuer au Réseau Pepe
Ce site est avant tout une encyclopédie ouverte à l'imagination et au savoir, où chacun(e) d'entre vous peut participer.
Si vous avez envie de partager une passion, ou si vous sentez le besoin de vous exprimer sur un point précis, je vous invite à m'adresser un e-mail (adresse électronique accessible sur ma page d'accueil).

Mais encore  Up Page
Ce que vous avez toujours voulu savoir
Ce sont justement ces archéologues amateurs qui ont mis les recherches en branle. En 2000, ils trouvèrent toujours le même matériau métallique à l'occasion de travaux de reconnaissance archéologique près de Chiemgau. Ils trouvèrent systématiquement ce matériau à proximité de structures en forme de cratère. C'est ainsi que leur est venue l'idée de la collision avec une météorite, et ils entreprirent de mener des recherches plus étendues. En 2004, Ils firent appel à un géologue professionnel, M. Kord Ernstson de l'université de Wurzburg, qui confirma sans le moindre doute l'interpretation des recherches.