Intelligence émotionnelle
La petite histoire
Comprendre simplement
Domaines de présence
Son interprétation dans l'avenir
Les références
Mais encore
by Pepe ©
 
Accueil  Arborescence  Page précédente

La petite histoire  Up Page
Réaction - action
L'intelligence émotionnelle est un aspect des capacités cognitives. Elle englobe des compétences liées aux émotions: reconnaître les émotions, les analyser, les utiliser de façon positive et réussir à les gérer.

Comprendre simplement  Up Page
Entre raison et passion
Dans l'histoire de la psychologie, le concept d'intelligence émotionnelle représente une étape importante dans la compréhension des relations entre raison et passion. Pour les stoïciens grecs et romains, les émotions étaient trop ardentes et imprévisibles pour être utiles à la pensée rationnelle.
Dans leur conception, elles étaient associées aux femmes, et donc caractéristiques des aspects faibles et intérieurs de l'homme. Bien que divers courants de pensée, en particulier le romantisme, aient valorisé les émotions, la vision stoïcienne du caractère irrationnel des émotions a persisté jusqu'au XXe siècle.

Domaines de présence  Up Page
L'émotion, aide à la décision
Dès les années 1930, le psychométricien Robert Thorndike a suggéré que les individus ont une intelligence sociale, c'est-à-dire une capacité à percevoir leur état intérieur, leurs motivations et leur comportement ainsi que ceux des autres, et d'agir en conséquence.
Dans les années 1990, des liens entre le raisonnemment et les émotions ont été mis en évidence. Lorsqu'ils prennent des décisions, les individus s'appuient généralement sur les arguments logiques face aux choix qui s'offrent à eux.
Dans une des expériences d'Antonio Damasio (pari d'Iowa), les sujets devaient optimiser leurs gains dans un jeu consistant à tirer 100 cartes successivement dans différents paquets, chaque paquet ne représentant pas les mêmes risques. Antonio Damasio en a conclu quenles individus agissent non seulement en évaluant leq conséquances objectives de leurs actes, mais aussi, et avant tout, en se fiant à leurs émotions. Emotions et réflexion sont étroitement liées, et les dissocier aurait des conséquences désastreuses (tels les patients atteint présentant des lésions du cortex cérébral ventromédian préfrontal, incapable d'utiliser leurs émotions pour prendre des décisions).
 
Peter Salovey et John Mayer, de l'Université du New Hampshire, ont introduit officiellement le terme d'intelligence émotionnelle en 1990, en la définissant comme la capacité à surveiller ses propres sentiments et ceux des autres, à les discriminer, et à utiliser cette information pour guider sa réflexion et ses actions. Le concept s'est développé en mettant l'accent sur les relations entre émotion et pensée. Vers la fin des années 1970, les psychologues ont réalisé des expériences sur des problématiques selon la mémoire, la perception des émotions dans l'expression des visages ou encore l'importance du contrôle et de l'expression des émotions.

Son interprétation dans l'avenir  Up Page
Les capacités
Il est possible de structurer l'intelligence émotionnelle suivant quatre domaines de compétences liés: la capacité à percevoir les émotions; la capacité à utiliser les émotions pour faciliter le raisonnement; la capacité à comprendre le langage des émotions, et enfin la capacité à gérer les émotions, aussi bien les siennes que celles des autres. Ces capacités varient d'un individu à l'autre et ont d'importantes conséquences sociales.
 
Percevoir les émotions

La perception des émotions repose sur l'identification des émotions exprimées par le visage, la voix, des photographies, la musique, par exemple. Seth Pollak, de l'Université du Wisconsin-Madison, a montré que la maltraitance peut perturber la capacité des enfants à percevoir les expressions faciales.
 

Seth Pollak a présenté, sur un écran d'ordinateur, à des enfants âgés de huit à dix ans, maltraités ou non, des visages heureux, apeurés, tristes, en colère, passant progressivement d'une émotion à l'autre: les enfants maltraités ont trouvé plus souvent que les autres qu'un visage exprimait la colère, même quand l'expression est imperceptible.
Cette étude montre que les expériences vécues peuvent influencer la reconnaissance des expressions faciales.
 
Utiliser les émotions
Cet aspect de la capacité émotionnelle représente la capacité à tirer profit de l'information émotionnelle pour faciliter d'autres activités cognotives. Certaines humeurs peuvent favoriser tel ou tel type de tâches. Ainsi, Alice Isen, de l'Université Cornell, a montré qu'être de bonne humeur rend les individus plus créatifs. Elle a suscité chez les étudiants soit un humeur positive, en leur projetant des comédies, soit une humeur neutre, en leur montrant un film de mathématiques. Après avoir vu l'un des films, chaque étudiant était placé face à un tableau de liège, et se voyait remettre une boîte d'allumettes, une boîte de punaises et une bougie.
Ils devaient trouver en moins de dix minutes comment fixer la bougie sur le tableau de liège de sorte qu'elle brûle sans que la cire ne coule sur la table. Les étudiants qui avaient regardé les comédies ont trouvé la solution en plus grand nombre: il suffit de vider la boîte d'allumettez, de la fixer au mur au moyen des punaises, et de s'en servir comme support pour la bougie. L'intelligence émotionnelle facilite ainsi certaines tâches.
 
Comprendre le langage des émotions
La compréhension des émotions est la capacité de savoir tirer des informations des relations entre émotions et des transitions d'une émotion à une autre, mais aussi de savoir décrire précisément ses émotions. La psychologue Lisa Barrett, à Boston, a montré que la capacité à percevoir ses propres états émotionnels influe sur le bien-être. Avec ses collègues, elle a demandé à un groupe de 53 étudiants de tenir un journal de leurs émotions pendant deux semaines. Ils devaient en particulier évaluer leur expérience émotionnelle quotidienne la plus intense en notant l'intensité de neuf émotions sur une échelle de 0 à 4. Quatre étaient des émotions positives (bonheur, joie, enthousiasme, amusement), et cinq renvoyaient à des émotions négatives (nervosité, colère, tristesse, honte et culpabilité).
A la fin de l'étude, les participants ont été interrogés sur la façon dont ils avaient géré leurs émotions au cours des deux semaines écoulées, par exemple en parlant à d'autres personnes: une bonne perception des états émotionnels positifs n'a pas d'effet sur les stratégies de régulation émotionnelle. En revanche, les sujets capables d'identifier avec précision leurs émotions négatives essaient différentes stratégies pour gérer ces émotions. Ainsi savoir distinguer et identifier ses émotions aident à les gérer plus effficacement.
 
Gérer les émotions

La façon dont nous gérons nos émotions peut avoir des conséquences importantes, comme l'ont montré les travaux de James Gross, de l'Université Stanford, au cours des années 1990. James Gross a montré à trois groupes d'étudiants des vidéos d'interventions chirurgicales difficiles à supporter telles des amputations. Les sujets du premier groupe devaient rester détachés (en bleu), d'autres devaient masquer leurs émotions (en beige) et les sujets témoins ne recevaient pas de consignes particulières (en violet). Les sujets témoins manifestaient du dégoût (en haut à gauche) et présentaient des réactions physiologiques marquées (le pouls mesuré au doigt, la température de la peau et la conductance de la peau liée à la transpiration, qui augmente avec les émotions). Les sujets "détachés" manifestaient moins de dégoût, et avaient des réactions physiologiques comparables à celles des témoins. Les étudiants masquants leurs émotions manifestaient peu de dégoût, mais avaient des réactions physiologiques très fortes: masquer ses émotions a un coût physiologique.

Les références  Up Page
Réseau Pepe
Pour la Science novembre 2005 n337
 
Pourquoi ce site
Je crois que, si les êtres humains que nous sommes ne parviennent pas toujours à évoluer comme ils le souhaiteraient _à s'épanouir professionnellement, sentimentalement et sexuellement (ce que j'appelle les trois pôles d'intérêts) c'est parce qu'il y a des barrages qui entravent leur désir d'accéder à un rêve inachevé. Je pars du principe que tout est possible, à condition de s'entourer de gens qui nous poussent à croire en nous.
 
Contribuer au Réseau Pepe
Ce site est avant tout une encyclopédie ouverte à l'imagination et au savoir, où chacun(e) d'entre vous peut participer.
Si vous avez envie de partager une passion, ou si vous sentez le besoin de vous exprimer sur un point précis, je vous invite à m'adresser un e-mail (adresse électronique accessible sur ma page d'accueil).

Mais encore  Up Page
Ce que vous avez toujours voulu savoir