Implication du corps
La petite histoire
Comprendre simplement
Domaines de présence
Son interprétation dans l'avenir
Les références
Mais encore
by Pepe ©
 
Accueil  Arborescence  Page précédente

La petite histoire  Up Page
Origine, raisons, hasard
Tout commence avec le philosophe et psychologue américain William James (1842-1910): pour lui, les modifications corporelles (cœur qui s'emballe, rougissement, etc) sont la cause, pas la conséquence, des émotions.
Un renversement qui mènera à la découverte, au début des années 1990, de l'interdépendance des processus cognitifs, émotionnels et psychologiques et le neurologue américain d'origine portugaise Antonio Damasio. Formalisée dans l'hypothèse des "marqueurs somatiques", sa théorie est issue d'expérimentations cliniques qui montrent que, sans émotions, l'individu ne peut vivre en société.

Comprendre simplement  Up Page
Arbitrage et décision
Parallèlement, l'Américain Daniel Kahneman se heurtait aux orthodoxes de la rationalité économique en montrant que la décision d'un individu dans un univers incertain ne se fonde pas sur son analyse des probabilités mathématiques, mais sur sa perspeption, ses émotions ...
 
Le psychologue et neurophysiologiste Alain Berthoz va plus loin en montrant que tout être vivant doté d'un cerveau passe son temps à arbitrer et inhiber des comportements, bref à décider, et que les émotions ne servent pas qu'à converser un équilibre interne. Elles sont une préparation à l'action future.

Domaines de présence  Up Page
Simulation
Le cerveau est une machine qui intègre le monde et projette sur lui ses intentions. Percevoir c'est déjà décider, car on choisit ce qu'on perçoit.
"Les émotions jouent un rôle primordial en préparant le contexte dans lequel l'action doit se passer, en catégorisant le monde. Sartre le disait déjà, l'émotion crée un monde possible. Par ailleurs, je ne crois pas que l'émotion soit seulement un principe de régulation, de stabilité. Elle prépare véritablement l'action et fonctionne comme un outil de prédilection" Daniel Kahneman.
 
La décision est d'abord simulation de l'action; elle intègre à sa mise en œuvre la mémoire du passé, mais aussi l'acte sur lequel elle débouche. C'est ainsi qu'on peut dire que lé décision elle-même est un acte, même s'in reste inconscient.
Décider suppose donc de simuler mentalement les fonctions cognitives et motrices sans interagir avec l'environnement.

Son interprétation dans l'avenir  Up Page
Engagement du corps
"Quand les décisions sont très personnelles (choisir un conjoint, une carrière), il y a un véritable engagement du corps, mesurable par l'activité cardiaque, la température, etc., car l'incertitude est complète. On doit imaginer l'avenir, 'supputer' (prévoir) ce qu'il y a de meilleur pour nous: c'est à que notre apprentissage émotionnel va être le plus important." Avis de Antonio Damasio, neurologue l'université de l'Iona.
 
Théâtre de l'esprit
Toutes les émotions peuvent conduire ou être associées à un sentiment, c'est-à-dire à une représentation dans différentes région du cerveau _ce qu'on pourrait appeler le "théâtre de l'esprit"_ des émotions et des modifications qu'elles impliquent dans le "théâtre du corps". En ce sens, les sentiments sont toujours privés, alors que les manifestations des émotions sont plutôt publiques (posture, pleurs, etc.).
 
Emotions sociales
Ces principes de stabilité (homéostasie) pourraient être métaphoriquement élargis au corps social. Les émotions sociales (empathie, compassion, honte, respect, ect.), alliées à celles de joie et de tristesse, nous aident à comprendre leurs conditions d'apparition et à constuire, avec la connaissance et la raison, des règles éthiques pour la vie en société qui nous permettent de coopérer et de vivre de manière créative. Mais nous devons aussi prendre garde aux émotions primaires (peur, dégoût, colère, ristesse, joie ...), intégrées à l'homme tout au long de l'évolution, quand l'environnement était totalement différent. Ces mécanismes automatiques comme la peur de l'autre doivent être combattus par la raison.

Les références  Up Page
Réseau Pepe
Science & Vie janvier 2004 n1036
 
Pourquoi ce site
Je crois que, si les êtres humains que nous sommes ne parviennent pas toujours à évoluer comme ils le souhaiteraient _à s'épanouir professionnellement, sentimentalement et sexuellement (ce que j'appelle les trois pôles d'intérêts) c'est parce qu'il y a des barrages qui entravent leur désir d'accéder à un rêve inachevé. Je pars du principe que tout est possible, à condition de s'entourer de gens qui nous poussent à croire en nous.
 
Contribuer au Réseau Pepe
Ce site est avant tout une encyclopédie ouverte à l'imagination et au savoir, où chacun(e) d'entre vous peut participer.
Si vous avez envie de partager une passion, ou si vous sentez le besoin de vous exprimer sur un point précis, je vous invite à m'adresser un e-mail (adresse électronique accessible sur ma page d'accueil).

Mais encore  Up Page
Corps virtuel
Le système nerveux a la capacité de produire une simulation du corps, un "modèle interne" qui s'inscrit dans ses réseaux de neurones et dans l'activité moléculaire. C'est à ce titre que Berthoz suppose de réactiver une notion du début du XX siècle, celle du "double du corps" ou "corps virtuel", véhiculée par la littérature consacrée aux membres fantômes, qui s'intéresse aux individus amputés d'un bras ou d'une jambe qui continuent de ressentir le membre disparu. De même, chacun a fait l'expérience de sensations et de sentiments ressentis en rêve, alors qu'il n'y a aucun stimulus extérieur. Le cerveau fait partie intégrante du corps et fonctionne à partir des simulations qu'il a fait.