Ile de Pâques (Polynésie)
La petite histoire
Comprendre simplement
Domaines de présence
Son interprétation dans l'avenir
Les références
Mais encore
by Pepe ©
 
Accueil  Arborescence  Page précédente

La petite histoire  Up Page
Carte signalétique
A 27° de latitude sud et 110° de longitude est, 150km².
Terres les plus proches: l'île de Pitcairn (2 000 km à l'ouest de l'île) et l'Amérique du Sud (3 700 km à l'est de l'île). Un peu plus loin se trouve, Tahiti à 4 000 km, Hawaï à 8 000 km et l'Australie à 9 000 km.

Comprendre simplement  Up Page
Principales explorations et histoire
Edward Davis, s'en était approché en 1697. L'endroit lui avait paru tellement inhospitalier qu'il n'avait pas demandé son reste...
5 avril 1722 (navigateur hollandais Jacob Roggeveen) qui la nomma Paasch Eyland;
17 novembre 1770 (don Felipe Gonzalez y Haedo), la nommant île San Carlos;
11 mars 1774 (James Cook), celui qui découvrait l'Australie);
9 avril 1786 (Jean-Français de Galoup, comte de La Pérouse);
1804 (le russe Yrei Lisiansky);
1808: Navire américain Nancy enlève douze hommes et dix femmes
1822: Baleinier Pindos, Waden assassine de jeunes Pascuanes à coup de fusil
19 décembre 1862: rafle d'Antonio Aiguire pour l'exploitation les gisements de guano au Pérou (1 000 déportés), dont le roi Kamakoi et son fils Maurata;
1863;L'évêque de Tahiti, Mgr Tefano Jaussen intervient pour faire rapatrier les quinze restants, qui survécurent, soit des conditions de vie effroyables, soit de petite vérole ou de turberculose dues au voyage de retour. Les survivants apporteront la mort sur l'île.
Janvier 1864: christianisation de la population par le frère Eugène Eyraud;
1866: dernier culte de l'Homme-Oiseau;
1868: il subsiste seulement cinq tablettes rongo-rongo;
1877: l'île ne compte plus que 114 habitants;
9 septembre 1888: le Chili s'approprie l'île de Pâques.

Domaines de présence  Up Page
Trois groupes
Tonga, île de la Société et Tuamotu
Nouvelle-Zélande, Hawaii et île de Pâques
Dans ce derbier groupe, préservation de nombreux traits primitifs, car initialement réduit et homogène. En provenance des îles Fiji.

Son interprétation dans l'avenir  Up Page
Moaïs des plages
Au nombre de 260 et jusqu'à 20 km de la carrière du volcan.
Sculture au style monotone et aux orbites  marquées, dans lesquels venaient autrefois se loger de grands yeux immobiles à la sclérotique taillée dans du corail blanc évidée au centre pour recevoir un disque de tuf rouge (roche volcanique) représentant l'iris.
Statues juchées sur des monuments appelés ahus et tournées dos à la mer. Les ahus dateraient (carbone 14) vers l'an 690 de notre ère.
Certaines de ces statues furent renversées lors d'une série de guerre entre les tribus qui eurent lieu à la fin du XVIIIe siècle et au début du XIXe siècle.
A l'origine ornées de "chapeaux" cylindriques, faits de roche volcanique rouge extraite du cratère du mont Punapau. Cette roche (tuf) est une roche friable résistant difficilement aux agents d'érosion. Si l'action de tous ces agents atmosphériques était aussi ancien qu'on l'a supposé, difficile de faire remonter la taille à une époque antédiluvienne (à, il y a 12 000 ans).
 
Moaïs gigantesques
La plus grande statue dressée de l'île mesure 9,80m, pèse 82 tonnes et est coiffée d'un chignon de pierre rouge pesant 11 tonnes. Les gisants de la carrière de Rano-Raraku, certains sont estimés à plusieurs centaines de de tonnes.
 
Crânes prolongés
Il existe trois types de statuettes en bois de toromiro, dont d'étranges statuettes au crâne prolongé à l'arrière.
 
Similitudes avec les villes de Harappa et Mohenjo-Daro
Les caractères gravés sur les tablettes pascuanes ont une analogie allant jusqu'à l'identité avec les caractères découverts par John Marshall dans les villes de Harappa (Moyen-Indus) et Mohenjo-Daro. Un spécimen suffira pour en convaincre le lecteur. Il est emprunté à l'ouvrage épuisé du docteur Stephen Chauvet, (Edition Tel), l'îel de Pâques. Les signes d'Harappa sont plus schématisés que les signes pascuans, ce qui prouve qu'ils sont plus récents. Dans l'avolution générale des écritures, les caractères vont en se simplifiant; leur forme symbolique initiale se dépouille pour aboutir à un graphisme plus rapide. On se trouve conduit à conclure que les Pascuans avaient conservé l'idéographie ancienne, tandis que les habitants de la vallée de l'Indus schématisaient leurs signes. Or, on ap pu déterminer la date de ces idéogrammes d'Harappa, ils remontent à l'an 2 700 avant Jésus-Christ: on peut donc penser que l'écriture pascuane remonte au-delà de trente siècles avant Jésus-Christ.
Géographiquement, l'analogie est d'autant plus curieuse, que l'île de Pâques se trouve aux antipodes de la vallée de l'Indus.

Les références  Up Page
Réseau Pepe
Derniers Mystères du Monde Sélection du Reader's Digest
Dossier secret de l'île de Pâques Franz Kowaks
Pour la Science janvier 2007 n351
Science & Vie octobre 1953 n433
Science & Vie septembre 1955 n456
 
Pourquoi ce site
Je crois que, si les êtres humains que nous sommes ne parviennent pas toujours à évoluer comme ils le souhaiteraient _à s'épanouir professionnellement, sentimentalement et sexuellement (ce que j'appelle les trois pôles d'intérêts) c'est parce qu'il y a des barrages qui entravent leur désir d'accéder à un rêve inachevé. Je pars du principe que tout est possible, à condition de s'entourer de gens qui nous poussent à croire en nous.
 
Contribuer au Réseau Pepe
Ce site est avant tout une encyclopédie ouverte à l'imagination et au savoir, où chacun(e) d'entre vous peut participer.
Si vous avez envie de partager une passion, ou si vous sentez le besoin de vous exprimer sur un point précis, je vous invite à m'adresser un e-mail (adresse électronique accessible sur ma page d'accueil).

Mais encore  Up Page
Statues maories
L'île de Pâques compte 600 statues, dont 200 statues inachevées, laissées à l'abandon dans une carrière, proche du volcan Rano-Raraku.
Le plus souvent:
_figure haute, corps allongé et des bras, mais pas de jambe;
_de 25 à 50 tonnes et mesurant entre 4 et 7 mètres
_de gigantesques hommes-troncs aux oreilles étirées, jusqu'à 20 mètres

 
Le plus grand mesure 18 m pour un poids de 400 000 tonnes ... Pour information, le pylône central du viaduc de Millau, faisait quant à lui un poids de 300 000 tonnes, mis debout par un engin motorisé !
 
Les outils consistaient en des pics de basalte de 15 à 25 cm de long à l'extrémité pointue ou effilée comme une lame.
 
A l'échelle historique, il s'agit d'un événement relativement récent qui s'est vraisemblablement produit environ un siècle avant l'arrivée de Roggeveen (aux alentours de 1622).
 
Incarnations en Atlantide
Les 2 500 "lectures de vie" classées concernent environ 1 600 personnes. 700, parmi celles-ci, ont vécu des incarnations en Atlantide qui ont influencé leur vie actuelle, c'est-à-dire persque la moitié.
 
Nouvelle chronologie
Deux batteries de test ont permis de clarifier des datations clefs, dans la colonisation de l'île de Pâques.
 

Une première (constituée de 9 échantillons sur 45 de matières organiques anciennes) place la présence humaine entre 1000 et 1200 de notre ère. Quant aux indices de déforestation (neuf échantillons) prélevés, dans le même sable de la plage d'Anakena, suggère une déforestation entre 1200 et 1650 de notre ère. Il ressort de cette première analyse que l'impact humain sur la déforestation n'est pas perceptible. Incriminer la disparition des palmiers par l'explosion de la population de rats polynésiens (rattus exulans) en l'an 1250, n'est pas de l'avis de tous. Il semble en revanche que le rat polynésien introduit par les premiers colons d'Hawaï était présent dans la plaine d'Ewa dès 900...
Question: "Si l'on suppose que les premiers colons ont accosté en barque et non en bateau (bateau resté au large, en raison du risque d'échouage), comment les rats ont réussi à passer inaperçu sur la barque, les amenant sur la côte pascuane ?"
 

En 1995 et 2000, au cours de deux missions, 20 sondages sur dix sites d'habitats, premirent de recueillir 78 000 fragments calcinés de bois, tiges, graines, fibres et racines provenant d'anciens foyers. Les neuf niveaux stratigraphiques les plus anciens, ceux du hameau royal d'Akahanga et du centre culturel d'Orongo ont fourni plus de 2300 échantillons de bois datés entre le début du XIVe siècle et le milieu du XVIIe siècle. A Orongo, après 1640, les herbes et les racines remplacent le bois majoritairement utilisé dans les fours avant cette date. Cette observation à Orongo et l'étude faite à partir de 32 960 fragments provenant des neuf autres sites livrent un message très clair: au début du XVIIe siècle, alors que les dernières statues étaient érigées, du bois était encore disponible, mais plus à la fin de ce même siècle !
 
Il serait judicieux de pouvoir mettre une datation des premiers ahus et des moais. L'hypothèse des rats, aussi vraisemblable qu'elle puisse être, occulte une donnée essentielle: comment se fait-il que l'on ne trouve pas de présence humaine aux dates présumées de l'apparition des premiers ahus, des grands moais ? Peut-être, tout simplement, que l'apparition des premiers hommes, et des premiers ahus sur l'île de Pâques est beaucoup plus ancienne que nos estimations ...
 





 

 

Rêveries, hypothèses et impostures Guy Rachet
Ces grandes statues géantes de l'île de Pâques dressées sur les ahu paraissent, selon les travaux récents, avoir été terminées une fois sur place. Ce qui semblait particulièrement frappant était leurs regards vides, impression donnée par les profondes cavités ménagées sous l'arcade sourcilière; ainsi ne savait-on pas très bien quelle était la direction de leur regard: les étoiles, comme on l'a écrit, ou les villages de l'île ?
Il se trouve que le conservateur du musée de l'île, le Chilien Sergio Rapu, a découvert en 1978, au pied des statues dressées sur le temple d'Anakéna, ce qui était certainement les yeux de ces statues. Il s'agit de plaquettes concaves en forme d'amande en corail blanc percées en leur centre, qu'on connaissait déjà et qu'on pensait être des coupes. Or, lorsque le conservateur du musée a tenté de les disposer dans les cavités des yeux des statues, il a vu que ces coupes correspondaient exactement au sclérotique des orbites de ces statues; l'iris était fait d'une boule de tuf rouge ou d'obsidienne noire. C'est ainsi que les sept statues dressées de l'ahu d'Anakéna ont retrouvé leurs yeux complets, les sclérotiques blancs faisant paraître ces statues encore plus étranges. Le plus grand intérêt de cette découverte est la preuve trouvée là que les regards des statues étaient bien tournés vers l'horizon et le ciel, ce qui confirme le nom donné à l'île de Pâques par les gens de l'île de Mangareva, dans les Gambiers, "les yeux qui regardent vers les étoiles".