Hypnose animale
La petite histoire
Comprendre simplement
Domaines de présence
Son interprétation dans l'avenir
Les références
Mais encore
by Pepe ©
 
Accueil  Arborescence  Page précédente

La petite histoire  Up Page
Comédie impossible
Charles Richet (1850-1935, prix Nobel en 1913), suggérait dans le Journal de l'Anatomie et de la Physiologie que "pour juger la question de la simulation, rien ne serait plus simple que d'expérimenter sur des êtres incapables de jouer la comédie", et donc sur des animaux.

Comprendre simplement  Up Page
Deux états: frayeur et effroi
En 1646, dans un livre intitulé Ars magna lucis et umbrae, le père Athanase Kircher avait exposé ce qu'il appelait "une expérience merveilleuse". Elle consiste à placer un coq, les pattes liées, le bec devant une ligne tracée à la craie sur le sol et à le maintenir ainsi quelques instants. Peu à peu, l'animal s'immobilise. On peut alors le délier, il ne bougera plus, même si l'on cherche à le faire sortir de cette sorte de catalepsie. Une démonstration semblable avait été décrite quelques années plus tôt dans les Délices physico-mathématiques de Schwenter (1636). Celui-ci immobilisait son gallinacé en équilibrant sur son bec un copeau de bois plié en deux.
En Allemagne, vers le milieu du XIXe siècle, des forains traînaient de ville en ville des cirques miniatures où moineaux, lapins, grenouilles, serpents, pigeons, salamandres, écrevisses, etc., étaient progressivement "pétrifiés" par des "passes" de la tête vers la queue.
La question fut approfondie par des scientifiques qui surpassèrent les saltimbanques et obtinrent des résultats encore plus impressionnants. Czermak (1828-1873) arrive à immobiliser sur son coq sans lui ficeler les pattes. Preyer (1841-1897) pétrifie un triton par un simple pincement de la queue. Mais alors que Czermak attribue le phénomène à la fois à la fixation du regard et à la compression de certains nerfs et ganglions, Preyer, lui, l'impute surtout à la frayeur. "Il faut, estime-t-il, distinguer deux sortes d'états: le premier, de stupeur hypnotique, obtenu par des excitations douces et prolongées, le second, cataleptique et instané, qui résulte de l'effroi."

Domaines de présence  Up Page
Démonstrations concluantes
Des réflexes de peur atteignent le système nerveux et déterminent une paralysie musculaire. Le fait est que les sujets présentent tous les signes de l'épouvante: ils tremblent, halètent, leur coeur s'affole, ils ont le regard fixe et parfois ils ne contrôlent même pas leurs sphincters _ muscle annulaire disposé autour d'un orifice naturel qu'il resserre et se ferme en se contractant.
Professeur de biologie à Iéna, Berlin et Wiesbaden, Preyer est invité à donner une démonstration à Cambridge. Il fige rats et cobayes dans les positions les plus étranges. Une grenouille reste même vingt-quatre heures sur un câble. Elle s'y serait momifiée, passant de la catalepsie à la stupeur et au coma hypnotique, si on ne l'avait réveillée au moyen de quelques gouttes d'acide borique. Preyer considère que le problème de l'hypnose animale n'a pas été abordé scientifiquement.
Verworn (1861-1921), savant très éminent à plusieurs titres, conquiert la notoriété par des recherches sur l'automatisme et l'origine des contractures posturales, telles que, par exemple, l' "étreinte réflexe" des grenouilles et crapauds au cours de la pariade. Le mâle, en effet, ne lâche pas sa femelle et concerve sa position même quand on le brûle et après avoir été décapité. Il y a là, c'est vrai, une raideur qui évoque la catalepsie, et une possession de tout l'être par l'instinct sexuel qui fait songer au monoïdéisme _ l'accaparement du cerveau par une seule idée _ de Braid, mais le rapport avec l'hypnose humaine n'est pourtant que fort lointain.

Son interprétation dans l'avenir  Up Page
Animaux hypnotisants
Emile Mesnet, de l'Académie de médecine, dresse avec le plus fgrand sérieux, en 1894, un palmarès de la fascination qu'on observe aussi bien chez les animaux que chez les humains: fascination du faucon planant qui immobilise le passereau dans le sillon, fascination du serpent sur la grenouille, qui s'étend de proche en proche à tous les oiseaux du voisinage, lesquels, sentant le danger, "s'efforcent de fuir, agitent en vain leurs ailes et viennent, en poussant des cris, s'offrir d'eux-mêmes en holocauste".

Les références  Up Page
Réseau Pepe
Pouvoirs de l'hypnose Jean Dauvet Encyclopédie Planète
 
Pourquoi ce site
Je crois que, si les êtres humains que nous sommes ne parviennent pas toujours à évoluer comme ils le souhaiteraient _à s'épanouir professionnellement, sentimentalement et sexuellement (ce que j'appelle les trois pôles d'intérêts) c'est parce qu'il y a des barrages qui entravent leur désir d'accéder à un rêve inachevé. Je pars du principe que tout est possible, à condition de s'entourer de gens qui nous poussent à croire en nous.
 
Contribuer au Réseau Pepe
Ce site est avant tout une encyclopédie ouverte à l'imagination et au savoir, où chacun(e) d'entre vous peut participer.
Si vous avez envie de partager une passion, ou si vous sentez le besoin de vous exprimer sur un point précis, je vous invite à m'adresser un e-mail (adresse électronique accessible sur ma page d'accueil).

Mais encore  Up Page
Ce que vous avez toujours voulu savoir