Hypnose
La petite histoire
Comprendre simplement
Domaines de présence
Son interprétation dans l'avenir
Les références
Mais encore
by Pepe ©
 
Accueil  Arborescence  Page précédente

La petite histoire  Up Page
Origine, raisons, hasard

Comprendre simplement  Up Page
Vulgarisation, de 7 à 77 ans

Domaines de présence  Up Page
Hypnose analytique
Que se passe-t-il d'une façon très concrète au cours d'une hypno-analyse ? Comment expliquer au grand public ce qu'est vraiment l'hypnose analytique ? Comme avec les autres techniques hypnotiques, le praticien commence par induire un état de conscience modifié. Il ne s'agit pas d'obtenir à tout prix une transe profonde; une simple modification de notre état de veille habituel suffit. Une fois cette induction réalisée, il est alors beaucoup plus facile de faire émerger des phénomènes d'association libre (association d'idées et d'images), de faire interpréter ses rêves au patient (ou de les lui faire revivre pour les intégrer), d'utiliser toute la puissance de notre imagerie mentale pour visiter des univers imaginaires ou au contraire des couches secrètes, intimes, profondes de notre histoire. On s'en rend compte, le matériau visité ou rapporté peut être d'une très grande diversité, et cette diversité souligne l'éventail des possibilités que nous offre cette technique hypnotique.
 
Arrêtons-nous un instant sur l'utilisation de cet état de conscience pour rechercher des souvenirs traumatiques refoulés. C'est en effet sur ce point tout particulièrement que le public doit être prudent car les dérapages ont vite lieu ! Le thérapeute doit conserver une réserve absolue et s'interdire d'interpréter quoi que ce soit. La seule interprétation utile doit venir du patient.
 
L'hypno-analyse a connu au fil du temps des appréciations diverses. Comme l'hypnose en général, elle a vécu ses heures de gloire et ses périodes de rejet. C'est pourquoi il est bon parfois de revenir aux sources, et de corriger certaines idées reçues qui, avec le temps, se sont trouvées déformées ou sorties de leur contexte. Relisez les "Cinq leçons de psychanalyse" de FREUD. Relisez également "La technique psychanalytique". Vous découvrirez par exemple dans le chapitre 2 de cet ouvrage la relation exacte des raisons qui ont détourné FREUD de l'hypnose. Vous saurez également de quelle hypnose il parle. Exclusivement de l'hypnose très directive, autoritaire, qu'utilisaient BERNHEIM et LIEBAULT. Ce qui gênait FREUD dans l'hypnose de cette époque, c'était la suggestion adressée par le thérapeute dans le but d'agir directement sur le symptôme pour le faire disparaitre. Avec l'hypnose analytique, rien de tout cela ! Nous sommes dans une démarche active où c'est le patient qui occupe le devant de la scène. Il s'agit finalement, comme le disait FREUD, de rendre conscient l'inconscient, c'est-à-dire d'intégrer à notre conscience des pensées, des apprentissages, des peurs, des réflexes, des émotions, des comportements, des tics, des illusions. On s'aperçoit alors qu'en transvasant de l'inconscient dans le conscient, on s'ancre dans la réalité, on se connait enfin davantage, on chausse une paire de lunettes avec des verres transparents et non des verres déformants.
 
Il faut enfin souligner combien l'hypno-analyse nous permet de faire le lien entre l'inconscient freudien et l'inconscient ericksonnien. En effet, lorsque l'on ramène à notre conscience des ressources oubliées, des compétences, des apprentissages, des expériences, des savoir-faire, on s'enrichit et on progresse. De la même façon, lorsque l'on rend conscients des événements refoulés, occultés, on fait enfin la paix avec notre passé, on l'intègre une bonne fois, on l'archive en faisant en sorte qu'il ne produise plus d'échos limitants dans notre vie quotidienne. Ainsi l'hypnose analytique fait-elle le lien entre FREUD et ERICKSON, entre conscient et inconscient, passe et présent, ténèbres et lumière.

Son interprétation dans l'avenir  Up Page
En neurophysiologie
Les sujets sous hypnose sont-ils dans un état neurologique particulier ou seulement en proie à la force de suggestion de leur thérapeute ? Cette question fait débat depuis les premiers travaux du médecin viennois Franz Mermer au XVIIIe siècle. Les résultats obtenus en utilisant l'imagerie cérébrale tendent à accréditer la première thèse et à objectiver l'hypnose. Si l'on ne comprend toujours pas comment elle agit, on observe bel et bien des différences dans l'activité cérébrale indiquant un état modifié de conscience lorsque le sujet est hypnotisé. C'est probablement cet état modifié qui permet d'utiliser cette technique pour éviter les anesthésies médicamenteuses et soulager les douleurs chroniques.
 
Echelle de Hilgard
En 1950, le psychiatre américain Ernest Hilgard et le psychologue canadien André Weitzenhoffer, qui travaillent tous deux dans le laboratoire de recherche sur l'hypnose de l'université Stanford, conçoivent une échelle d' "hypnotisabilité". L'échelle de Hilgard est fondée sur une mesure précise de la réponse individuelle à une liste de suggestions standardisées. Une partie des suggestions cherche à induire des réponses motrices, telles la fermeture des yeux, la rigidité des membres, la lévitation (un bras qui se lève tout seul), une seconde partie tente de susciter des phénomènes mentaux, par exemple faire abstraction d'une odeur d'ammoniac alors qu'elle existe, entendre un moustique voler alors qu'il n'y en a aucun ...
 
Prédisposition
Il est établi que dans la population générale, 25 % des individus ont une très forte capacité à être hypnotisés 50 % l'ont moyennement, et 25 % l'ont très peu. Puis on observe que les sujets sous hypnose ont des mouvements oculaires latéraux lents qui ne peuvent être mimés volontairement à l'état d'éveil. Et une hypothèse émerge dans les années 1970: l'état hypnotique correspondrait à une activation préférentielle de l'hémisphère cérébral droit, siège du fonctionnement imaginatif.
Dans les années 1950, le psychiatre américain Ernest Hilgard réalise de nombreuses expériences en laboratoire. Ici, il teste l'effet de l'hypnose sur la sensation provoquée par une élévation de température.
 
Une expérience subjective
Contrairement à ce que l'étymologie pourrait suggérer, l'hypnose n'est en rien comparable au sommeil, c'est un mode de fonctionnement particulier de l'éveil. Il s'agit d'un processus actif qui nécessite une motivation personnelle, mais aussi une confiance et une collaboration étroite avec un moniteur. Ce dernier invite le sujet à porter son attention de l'extérieur vers lui-même, puis à se relaxer: c'est la phase d'induction durant laquelle le sujet entre en état d'hypnose.
Ce processus difficile à caractériser s'accompagne d'une modification du champ attentionnel: le sujet sous hypnose est peu attentif à son environnement; il se concentre sur certaines représentations mentales propres, dont la nature dépend des instructions du moniteur. Il découvre alors un rapport à lui-même et à son environnement différent de celui de l'éveil: il agit et se voit agir. Son vécu comporte un ensemble de perceptions, de souvenirs, d'intentions et de pensées qu'il peut explicitement rapporter par la suite. C'est une expérience subjective par excellence ...

Les références  Up Page
Réseau Pepe
Frédéric Robin, psychothérapeute.
Recherche décembre 2005 n392
 
Pourquoi ce site
Je crois que, si les êtres humains que nous sommes ne parviennent pas toujours à évoluer comme ils le souhaiteraient _à s'épanouir professionnellement, sentimentalement et sexuellement (ce que j'appelle les trois pôles d'intérêts) c'est parce qu'il y a des barrages qui entravent leur désir d'accéder à un rêve inachevé. Je pars du principe que tout est possible, à condition de s'entourer de gens qui nous poussent à croire en nous.
 
Contribuer au Réseau Pepe
Ce site est avant tout une encyclopédie ouverte à l'imagination et au savoir, où chacun(e) d'entre vous peut participer.
Si vous avez envie de partager une passion, ou si vous sentez le besoin de vous exprimer sur un point précis, je vous invite à m'adresser un e-mail (adresse électronique accessible sur ma page d'accueil).

Mais encore  Up Page
Il endort les animaux
Jean-Charles Dupet peut endormir un lapin, un coq et un iguane. Surprenant, et pourtant l'expérience re relève pas du tour de passe-passe, mais bel et bien de l'hypnose. "Je fixe l'animal, qui tombe en catalepsie, une forme de tétanie. Il reste raide jusqu'à ce que je le réveille." Sans qu'il puisse l'expliquer, il prétend avour découvert cette capacité à l'âge de  8 ans: "J'étais avec mon grand-père, j'ai pris un pigeon dans mes bras, je l'ai regardé et il s'est endormi." Plus tard, il essaiera auprès des coqs, des lapins, des rats, singes: "Tous les animaux peuvent être hypnotisés, même les plus dangereux. C'est difficile avec le chat, qui pratique lui-même l'hypnose, ou la vache, aux yeux de chaque côté de la tête", dit-il. Aujourd'hui, il se met aussi aux services d'humains, qui veulent maigrir ou arrêter de fumer ...