Exobiologie
La petite histoire
Comprendre simplement
Domaines de présence
Son interprétation dans l'avenir
Les références
Mais encore
by Pepe ©
 
Accueil  Arborescence  Page précédente

La petite histoire  Up Page
De l'origine de la vie à la vie extraterrestre
C'est Joshua Lederberg, prix Nobel de médecine 1958, spécialiste des recombinaisons génétiques chez les bactéries, qui le premier introduit le terme d'exobiologie. L'exobiologie est née dans la douleur, suscitant une levée de bouclier contre "une science d'objets virtuels" ouvrant la porte "aux spéculations les plus hasardeuses", oubliant que ce fut aussi le cas de la génétique ou de la physique des particules.
 
Une discipline scientifique étudie les possibilités d'existence de la vie dans l'Univers, en dehors de la Terre, c'est la bioastronomie (ou exobiologie).

Comprendre simplement  Up Page
Etude interdisciplinaire
L'exobiologie est une étude interdisciplinaire recouvrant des champs de recherche extrêmement variés comme la bioastronomie, la radioastronomie, l'étude de l'origine de la vie sur Terre, son évolution, les limites de la vie, la formation des nébuleuses planétaires, la biochimie, les conditions planétaires dans le système solaire, etc...

Domaines de présence  Up Page
Monde présent
"Le problème tient à la complexité minimale des premiers organismes vivants. S'il faut peu de "pièces détachées" pour fabriquer une entité capable de se reproduire, alors la vie apparaît chaque fois que les conditions sont réunies. Au contraire, si un million de pièces détachées sont requises, l'apparition de la vie devient très aléatoire. Et, même avec un million de planètes, nous sommes peut-être seuls".
André Brack, spécialiste de chimie prébiotique et directeur de recherche CNRS Orléans.

Son interprétation dans l'avenir  Up Page
Carcasses de baleines
Les expériences de l'océanographe américain Craig Smith, de l'université d'Hawaï, consiste à couler volontairement des carcasses pour étudier l'évolution de la décomposition et la faune de nécrophage qui s'y fixe. Les conditions extrêmes qui sont réunis dans les profondeurs ressemblent à celles présentes sur Europe, une lune de Jupiter.

Les références  Up Page
Réseau Pepe
Exobiologie
Science & Avenir Hors-Série Seuls dans l'Univers ? Juillet / août 2007 n151
Science & Vie mai 2002 n1016
Science & Vie février 2004 n1037
 
Pourquoi ce site
Je crois que, si les êtres humains que nous sommes ne parviennent pas toujours à évoluer comme ils le souhaiteraient _à s'épanouir professionnellement, sentimentalement et sexuellement (ce que j'appelle les trois pôles d'intérêts) c'est parce qu'il y a des barrages qui entravent leur désir d'accéder à un rêve inachevé. Je pars du principe que tout est possible, à condition de s'entourer de gens qui nous poussent à croire en nous.
 
Contribuer au Réseau Pepe
Ce site est avant tout une encyclopédie ouverte à l'imagination et au savoir, où chacun(e) d'entre vous peut participer.
Si vous avez envie de partager une passion, ou si vous sentez le besoin de vous exprimer sur un point précis, je vous invite à m'adresser un e-mail (adresse électronique accessible sur ma page d'accueil).

Mais encore  Up Page
Briques élémentaires
Les acides aminés, ces "briques élémentaires" qui constituent les protéines, et donc  les organismes vivants, ont peut-être été fabriqués dans l’espace interstellaire. Ce scénario est rendu plausible grâce aux expériences menées à la fois par des chercheurs du Centre de bio-physique moléculaire du CNRS à Orléans, du Laboratoire d’astrophysique de Leyde (Pays-Bas), de l’Institut Max-Planck de Katlenburg et de l’université de Brême (Allemagne).
 
A Leyde, les scientifiques ont reproduit les conditions qui régnaient dans le milieu interstellaire il y a quelques 4,5 milliards d’années, au début du système solaire. Soit un vide poussé à une température de –261°C, dans lequel un mélange de substances présentes dans les poussières interstellaires (eau, méthanol, ammoniaque, monoxyde de carbone). Les chercheurs français ont alors étudié ces échantillons par spectrométrie de masse. Ils ont identifié 16 acides aminés sur les 20 possibles, dont 6 constituant les protéines.
 
La synthèse d’acides aminés suppose un milieu "réducteur" (non-oxydant), tel que les poussières interstellaires, ou bien les sources hydrothermales du fond des océans. Même si cette hypothèse n’est pas écartée, ces expériences vont dans le sens d’une origine extraterrestre, sinon de la vie, du moins de ces constituants de base _comme l’indiquait déjà la découverte de plus de soixante-dix acides aminés sur le météorite Murchison, tombé en Australie en 1969.
Mais les scientifiques ignorent toujours comment on passe de la synthèse des acides aminés à la vie. Le mystère  est tout juste entamé.