Eléments ORMUS
La petite histoire
Comprendre simplement
Domaines de présence
Son interprétation dans l'avenir
Les références
Mais encore
by Pepe ©
 
Accueil  Arborescence  Page précédente

La petite histoire  Up Page
L'état M
Ils sont partout, dans l'eau, l'air, la terre, depuis la nuit des temps, mais ils n'ont été mis en évidence scientifique que dans les années 1970, par hasard ... Les ORMUS sont des éléments en métal précieux témoignant d'un quatrième état de la matière, ni solide, liquide ou gazeux, un état M jusque-là inconnu de la science et qui leur confère des propriétés physiques extraordinaires: invisibilité, téléportation, supraconductivité, capacité d'infléchir l'espace-temps ... Sur le plan biologique, les ORMUS constituent des minéraux nutritifs très intéressants pour l'agriculture et la santé, y compris dans le traitement du cancer. Des caractéristiques qui ne sont pas sans rappeler "l'or blanc" des alchimistes, la pierre philosophale ou la manne biblique ...

Comprendre simplement  Up Page
Métaux précieux
L'histoire commence en Arizona à la fin des années 1970 avec un riche planteur de coton nommé Davide Hudson. Le sol volcanique de cette région étant connu pour posséder des propriétés rares de renfermer des métaux précieux, Hudson entreprend un beau jour d'en commander l'analyse quantitative complète. Stupéfaits, les laboratins constatent qu'une partie des éléments défie toute analyse: on n'y décèle aucune caractéristique métallique, aucune réaction chimique et aucune signature spectroscopique ! L'un des chercheurs propose alors de prolonger l'analyse du spectre. Ce n'est qu'à ce moment-là que commencent à apparaître les caractéristiques spectrales, et que se révèle, à la surprise générale, la présence de métaux précieux ! Disposant de moyens financiers considérables, Hudson décide de pousser plus loin les investigations, et engage des chimistes pour résoudre cette énigme. Les résultats détaillés figurent dans le brevet qu'il a déposé.

Domaines de présence  Up Page
Des métaux monoatomiques
Au vu des travaux de Barry Carter, grans spécialiste des éléments ORMUS, il semble désormais incontestable qu'un certain nombre de métaux précieux (et d'autres moins précieux), parmi lesquels le rhodium, l'iridium, l'or, le platine, le palladium et le cuivre, peuvent être isolés à l'état solide bien que non métallique, sous forme d'une poudre grise ou blanche aux propriétés extraordinaires.
Hudson baptise d'abord ces élements ORME, Orbitally Re-arranged Monoatomic Elements [Eléments Monoatomiques à Orbites Réorganisés]. A ce moment-là, il croit que les électrons des ORME sont réorganisés de telle sorte qu'ils ne se prêtent plus aux réactions chimiques. Selon lui, les liaisons qui assurent normalement la cohésion des atomes de métaux à l'état solide sont manquantes; ces métaux seraient donc monoatomiques. Des recherches ultérieures indiquent la présence d'éléments diatomiques et de liaisons instables avec d 'autres éléments, en particulier les métaux alcalins. Les éléments ORME, s'appellent désormais ORMUS. On dit également qu'ils sont à l'état M. Des chercheurs déclarent en avoir décelé dans la plupart des eaux naturelles, les plus fortes concentrations résidant dans l'eau de mer, surtout la Mer Morte.

Son interprétation dans l'avenir  Up Page
Supraconducteurs ?
Selon Hudson, les électrons ainsi réorganisés formeraient des paires de Cooper (co-auteur de la théorie de la supraconductivité), susceptibles de devenir supraconductrices à des températures normales. Pour lui, il serait question d'un état dans lequel certains atomes de métaux lourds acquièrent un "spin élevé" par allongement de leur noyau; mais cela n'a pas encore été réalisé à une échelle significative [le spin est l'unité caractéristique de la transformation d'un objet sous l'action de la rotation dans l'espace]. Les chimistes d'Hudson constatent un fort taux d'ORMUS dans les plantes poussant en sol volcanique, particulièrement l'aloe vera (aloès officinal).  Un taux remarquable de 5 % de matière sèche est également découvert dans le cerveau de veau et de cochon.
 
Des flashs lumineux et silencieux
Hudson a vue disparaître dans un vif éclat de lumière, mais sans le moindre bruit ni onde de choc, une préparation aqueuse de rhodium ORMUS préalablement chauffée au soleil sur du papier-filtre. Plus étrange encore, en soumettant plusieurs fois de l'iridium ORMUS à de chauds et froids intenses, il s'est aperçu que le poids de la matière oscillait brutalement à chaque cycle, au point de disparaître complètement puis de revenir à sa valeur initiale. Cet effet est prévu dans la théorie de l'hyperdimension du physicien théoricien finois Matti Pitkänen.
L'observation du flash lumineux silencieux a été confirmée par des chercheurs indépendants et les variations de poids par l'un d'entre eux. Plusieurs ont observé un autre phénomène étrange: des gouttes de liquide contenant un concentré ORMUS se forment à l'extérieur de récipients fermés, particulièrement sous l'effet de champs magnétiques. Ceci porte à croire que des atomes ORMUS passent à travers les parois par des tunnels quantiques en transportant un peu d'eau. Autre observation inexpliquée: certaines préparations ORMUS en solutions aqueuses développent des charges électriques statiques. Elles peuvent être déchargées avec production d'une étincelle audible, après quoi la charge se reforme et peut à nouveau être déchargée, et cela indéfiniment.
 
L'or blanc des alchimistes
Un jour son oncle, qui s'intéresse à l'alchimie, suggère un lien avec l' "or blanc" décrit par certains alchimistes, une poudre aux propriétés curatives connues pour prolonger la vie. Intrigué, Hudson administre une préparation à base d'ORMUS à un chien atteint de cancer et de piroplasmose. L'animal guérit et des volontaires humains se prêtent à l'expérience, obtenant de bons résultats. Husdon en distribue quelques échantillons à des médecins qui les prescrivent à des patients en phase terminale: les guérisons sont remarquables et incontestables, graphiques à l'appui.

Les références  Up Page
Réseau Pepe
Nexus mai / juin 2007 n50
 
Pourquoi ce site
Je crois que, si les êtres humains que nous sommes ne parviennent pas toujours à évoluer comme ils le souhaiteraient _à s'épanouir professionnellement, sentimentalement et sexuellement (ce que j'appelle les trois pôles d'intérêts) c'est parce qu'il y a des barrages qui entravent leur désir d'accéder à un rêve inachevé. Je pars du principe que tout est possible, à condition de s'entourer de gens qui nous poussent à croire en nous.
 
Contribuer au Réseau Pepe
Ce site est avant tout une encyclopédie ouverte à l'imagination et au savoir, où chacun(e) d'entre vous peut participer.
Si vous avez envie de partager une passion, ou si vous sentez le besoin de vous exprimer sur un point précis, je vous invite à m'adresser un e-mail (adresse électronique accessible sur ma page d'accueil).

Mais encore  Up Page
Ce que vous avez toujours voulu savoir
Des guérisons de cancers
Depuis lors, plusieurs producteurs indépendants fabriquent et vendent des concentrés d'ORMUS de provenances diverses dont l'eau de mer, l'eau de sources profondes, du sel extrait de dépôts minéraux et des plantes médicinales telles que l'aloe vera. On a constaté, grâce à des analyses de sang au microscope à fond noir, que dans les heures suivant la prise d'ORMUS, les globules rouges se détachent mieux, présentent une forme plus arrondie, et que le sérum contient moins de débris.
Des rapports d'électroencéphalogramme témoignent d'un meilleur équilibre entre les deux hémisphères cérébraux. La bioélectrographie GDV [visualisation de décharge gazeuse], plus connue sous le nom de photographie Kirlian, et développée par le Dr Konstantin Korotkov, offre également des résultats intéressants que le Dr Roger Taylor (auteur de ces articles) a constaté:
 
"Pendant environ an, j'ai pris moi-même un produit ORMUS de marque et j'ai bénéficié d'un regain d'énergie et d'une sensation générale de bien-être. Un jour, j'ai décidé de tester ce produit à l'aide de l'équipement GVD de Korotkov. Les travaux approfondis du Dr Korotkov sur le GVD indiquent clairement que de tous les paramètres analysables de l'image, la superficie est la plus parlante pour ce qui concerne l'état de santé générale.
Tout d'abord, j'ai cessé de prendre l'ORMUS pendant deux semaines, ensuite j'ai noté une mesure initiale de contrôle avec le GVD et, immédiatement après, j'ai pris une dose d'ORMUS six fois plus forte qiue la dose quotidienne recommandée, tout en procédant à des lectures GVD à intervalles réguliers. La superficie de l'image est montée jusqu'à 1,5 fois la référence de contrôle pendant quatre heures et a ensuite décliné lentement pendant les douze heures suivantes."

 
Pour les lecteurs qui souhaiteraient fabriquer eux-mêmes certains de cex produits, voyez l'exposé des méthodes sur le site Internet de Barry Carter. La procédure la plus simple consiste à élever le pH d'une solution de sel marin entre 10,6 et 10,78. Le précipité qui en résulte, principalement composé d'hydroxydes de magnésium et de calcium, contient les éléments ORMUS. Il ne reste qu'à éliminer la plus grande partie du sel.
 
Des noix comme des mandarines
Le Dr Maynard Murray a rassemblé de nombreuses données sur la santé d'animaux nourris de grains cultivés sur des terres traitées à l'eau de mer. Evidemment, la terre arrosée à l'eau de mer finit par être trop salée, ce qui menace sa fertilité. Mais il faut savoir que le processus de concentration de l'ORMUS multiplie par environ 80 sa proportion en sel. Le Dr Maynard Murray fait observer que les populations humaines présentant de faibles taux de tumeurs malignes se situent généralement dans des régions où il y a "très peu d'évacuation d'eau à la mer", de sorte que les éléments vitaux contenus dans les terres alluvionnaires demeurent sur place.
Selon les cultures, dix à cinquante litres de concentré par hectare suffisent. On a constaté qu'un noyer traité pendant plusieurs années avait atteint deux fois la taille des autres et produit six fois plus de noix; quant aux noix elles-mêmes, elles sont grosses comme des mandarines ! Un prunier a produit, dès la première année de traitement, des fruits deux fois plus lourds que ceux de l'arbre témoin; et après deux ans, ce poids a été multiplié par cinq Citons encore, des plants de maïs de 3,60 m de haut, des oranges de la taille de melons cantaloups ...