Drones
La petite histoire
Comprendre simplement
Domaines de présence
Son interprétation dans l'avenir
Les références
Mais encore
by Pepe ©
 
Accueil  Arborescence  Page précédente

La petite histoire  Up Page
Téléguidage aérien
L'incubateur d'entreprise de l'université Yuan-Ze basee à Taoyuan, à l'ouest de Taipei, a Drondéveloppé en 2007 de nouvelles technologies dans l'application des drones à un usage civil et commercial.
Ces véhicules sont beaucoup utilisés dans l'accomplissement de missions militaires, mais cela fait peu de temps qu'ils sont développés pour un usage commercial. En 2006, l'Administration pour la Protection Environnementale a demandé à l'université Yuan-Ze de développer des drones capables d'exécuter automatiquement un vol en suivant les signaux de navigation par satellite.
Le professeur Wu Chang-Huei du département d'ingénierie mécanique et son équipe ont travaillé pendant cinq ans sur un calculateur embarqué qui permet de commander le drone, simplement en lui donnant les coordonnées de la cible. Il peut ainsi effectuer n'importe quel plan de vol et filmer à la demande. Un système automatique d'atterrissage ainsi qu'un drone avec un moteur électrique sont actuellement en cours de développement.
Avec une caméra, de multiples applications publiques ou commerciales sont envisageables, comme des missions de surveillance (pollution maritime, trafic routier, patrouille côtière), des recherches scientifiques (étude des typhons) ou encore des missions de sauvetage en zones dangereuses.

Comprendre simplement  Up Page
Drones pour applications civiles
Les ingénieurs de l'entreprise "Teknol" de Moscou, spécialisée dans les systèmes embarqués temps réel et la radionavigation par satellite, ont mis au point un avion-espion ayant des caractéristiques innovantes.
Ce nouvel engin, sans pilote et d'une taille réduite (1,5 m d'envergure), n'est pas uniquement destiné à des applications militaires. Dans le but d'améliorer la sécurité du territoire, cet appareil peut être utilisé par des pompiers, des gardes forestiers pour détecter des incendies et par des services routiers pour surveiller le trafic sur les principaux axes. Il s'avère également très utile dans le cas de catastrophes naturelles et écologiques (inondations, pollutions radioactives,...). Par exemple, cet appareil aurait permis de sauver la vie de certains agents ayant examiné en hélicoptère la zone contaminée de Tchernobyl.
Entièrement autonome, l'avion est muni d'un récepteur GPS et d'un dispositif de pilotage automatique. Le pilote automatique peut être commandé à distance mais généralement il suit un itinéraire préalablement programmé avec une capacité d'enregistrement de 255 points tournants. Grâce à une caméra et à un appareil photo embarqués, l'opérateur au sol surveille l'ensemble de la zone parcourue. Selon le mode de fonctionnement de l'appareil, son autonomie varie entre 40 minutes et 2 heures parcourant une distance maximale de 50 à 150 km à une altitude de 500 à 1500 m. Les phase de décollage et d'atterrissage sont automatiques mais l'avion dispose d'un parachute en cas d'urgence.

Domaines de présence  Up Page
Drones de sauvetage
Une équipe multidisciplinaire de chercheurs britanniques a développé en 2008 un drone semi-autonome spécialisé dans les missions de sauvetage. Cet UAV, Unmanned Air Vehicle, est conçu dans l'optique de pouvoir chercher des personnes dans des régions isolées en surveillant de larges zones où se sont produits des incendies, des inondations ou encore des incidents industriels. Un autre but de ce système est de jouer le rôle de plate-forme de communication lorsque l'infrastructure de communication locale est endommagée.
L'objectif de ce projet est d'envoyer 10 à 12 drones qui travaillent par équipe de 3 ou 4, afin de couvrir la plus grande zone possible en un temps minimal sans se percuter. Si nous prenons l'exemple d'un randonneur qui est porté disparu dans le Lake District, les drones vont utiliser un algorithme puissant pour scanner la plus grande zone possible en un minimum de temps en utilisant différents périphériques comme des capteurs infrarouges.
 
Quand l'un des drones détecte la cible, qui peut être matérialisée comme une source de chaleur, les autres drones vont modifier leur plan de vol afin d'examiner la zone et relayer les informations à l'opérateur. Ces drones semi-automatiques peuvent aussi être contrôlés manuellement via une télécommande. De plus, ils sont conçus pour que l'on puisse adapter leurs équipements (capteurs, GPS, équipement de communications sans fils...) suivant les missions qu'ils doivent effectuer. Le drone peut voler à une vitesse de 50km/h et possède une autonomie de 30 minutes. L'un des objectifs de ce projet multidisciplinaire est la gestion de l'énergie afin de maintenir les drones opérationnels le plus longtemps possible.
Ce projet est conduit par le professeur Steve Hales de University College London. En partenariat avec le département informatique de l'Université d'Oxford, il est responsable de toute la partie informatique, des capteurs et de la plate-forme du drone. Le professeur Gerard Parr, du département de télécommunication et le professeur Sally McClean du département de mathématique à l'université d'Ulster s'occupent de l'aspect communication ainsi que du contrôle et de la gestion des données. Ce projet a gagné un prix de 2 millions de livres, soit environ 2,6 millions d'euro, grâce au programme de recherche WINES III (Wireless intelligent Networked Systems). De plus, ce projet est soutenu par de nombreux industriels tels que Thales, BAE Systems, Communications Research Centre, BT Research Laboratories, Boeing et la branche développement scientifique du ministère de l'Intérieur.

Son interprétation dans l'avenir  Up Page
Système Vulture
Lors du salon AFRICA AEROSPACE AND DEFENCE qui se tenait dans la ville du Cap du 17 au 21 septembre 2008, l'entreprise Advanced Technologies & Engineering (ATE) a exposé deux nouveaux drones (ou UAV - Unmanned Air Vehicle). Il s'agit des modèles Roadrunner et du Sentinel 500M. Ce dernier fabrique à partir du système Vulture, premier d'une nouvelle famille d'engins volants, a été développé pour répondre aux exigences du projet Cytoon de l'armée sud-africaine.
Le Sentinel 500M participe au renforcement de la capacité du régiment sud africain d'intelligence Tactique dans la surveillance des champs de bataille conjointement avec les radars de surveillance terrestre et l'analyse d'images thermiques. D'un poids de 150kg l'appareil peut transporter une charge utile de 30kg sur 200 km à 110 km/h, son autonomie peut atteindre 6 heures. Il' utilise le même lanceur à air comprimé que le Vulture.
Le Roadrunner, un mini drone de 6kg peut transporter une charge utile de 1kg avec une autonomie de 45mn. Il est adapté aux missions de police en milieu urbain. Cet appareil pourrait intéresser les forces de sécurite Sud africaines qui ont, par ailleurs manifesté leur intention de s'équiper de drones pour assurer la surveillance des stades lors de la prochaine coupe du monde de football.

Les références  Up Page
Réseau Pepe
Be Afrique du Sud 12 novembre 2008 n19
Be Royaume-Uni 18 septembre 2008 n89
BE Russie
BE Taiwan
 
Pourquoi ce site
Je crois que, si les êtres humains que nous sommes ne parviennent pas toujours à évoluer comme ils le souhaiteraient _à s'épanouir professionnellement, sentimentalement et sexuellement (ce que j'appelle les trois pôles d'intérêts) c'est parce qu'il y a des barrages qui entravent leur désir d'accéder à un rêve inachevé. Je pars du principe que tout est possible, à condition de s'entourer de gens qui nous poussent à croire en nous.
 
Contribuer au Réseau Pepe
Ce site est avant tout une encyclopédie ouverte à l'imagination et au savoir, où chacun(e) d'entre vous peut participer.
Si vous avez envie de partager une passion, ou si vous sentez le besoin de vous exprimer sur un point précis, je vous invite à m'adresser un e-mail (adresse électronique accessible sur ma page d'accueil).

Mais encore  Up Page
Ce que vous avez toujours voulu savoir