Dogme VIH - Sida: Converse
La petite histoire
Comprendre simplement
Domaines de présence
Son interprétation dans l'avenir
Les références
Mais encore
by Pepe ©
 
Accueil  Arborescence  Page précédente

© On nous cache tout

La petite histoire  Up Page
Les dissidents du VIH et du Sida
Le Sida et le VIH sont des concepts artificiels, définis par des impératifs politiques, moraux et économiques, et non par une analyse scientifique honnête et rigoureuse. Un nombre croissant de dissidents ont exprimé leurs doutes sur le dogme VIH/SIDA depuis le début de la controverse.

Comprendre simplement  Up Page
Les Six preuves de l'inexistence du Sida
Isolation du virus jamais obtenue
L'isolement de ce virus, directement à partir des malades sidéens, n'a jamais pu être prouvé par les critères traditionnels de la virologie.
 
Articles scientifiques démontrés comme frauduleux
Les articles scientifiques publiés en 1984 et indiquant un lien de causalité entre ce virus et la dépression immunitaire, ont été démontrés frauduleux. On a jamais prouvé rigoureusement que ce virus soit la cause de la trentaine de maladies collectivement appelées "Sida". Trois définitions différentes du Sida ont été formulées aux Etats-Unis par le "Centre de Contrôle des Maladies", la dernière incluant même des conditions qui débordent du cadre de la pathologie.
Pieter Piot, directeur de UNAIDS, a systématiquement refusé (ou a été incapable) de fournir la moindre preuve de l'existence du VIH et/ou de son lien de causalité avec le Sida. Pourquoi ? Est-ce que ceci ne devrait pas représenter la pierre angulaire d'une politique internationale du Sida.
 
Lent ou rapide ? Faut savoir !
Deux théories diamétralement opposées ont été postulées depuis 1984. La première théorie, qui date de 1984, suggère que le VIH est un rétrovirus "lent" qui, après l'infection initiale, met des années avant de se réveiller et d'endommager le système immunitaire. La seconde théorie qui date de 1995 et qui prévaut actuellement, suggère que le VIH est actif immédiatement et dégrade progressivement les défenses immunitaires. Comment l'orthodoxie du Sida peut-elle s'accommoder de définitions aussi différentes et cependant appliquer les mêmes protocoles thérapeutiques ?
 
Malade ... mais, de quoi ?
Où est l'épidémie annoncée au début des années 1980 ? Les chiffres publiés par l'Office Mondial de la Santé et par les média confondent la séropositivité VIH et le Sida ! Dans la plupart du tiers-monde, un test VIH+ n'est pas nécessairement un critère de diagnostic de Sida. Par surcroît, un grand nombre des maladies hélas traditionnelles dans le tiers-monde donnent des résultats faussement positifs au test du VIH. La conséquence étant que ces maladies ne sont pas traitées d'une manière appropriée.
 
Médicaments connus pour être toxiques
Les tests "positifs" sont présentés aux patients comme une menace de mort imminente, et ils sont tenus de s'exposer à des médicaments dangereusement toxiques. Il n'existe aucune preuve de l'efficacité des médicaments anti-rétroviraux, qui sont les substances les plus toxiques jamais mises sur le marché dans toute l'histoire de la médecine.
 
Traitements officieux, plus sains
Les personnes qui ont survécu de nombreuses années à un diagnostic de séropositivité ont toutes un point commun: elles ont toutes refusé les traitements officiels, et ont toutes utilisé des traitements naturels et économiques favorisant la stimulation immunitaire.

Domaines de présence  Up Page
Monde présent

Son interprétation dans l'avenir  Up Page
Monde futur

Les références  Up Page
Réseau Pepe
On nous cache tout
 
Pourquoi ce site
Je crois que, si les êtres humains que nous sommes ne parviennent pas toujours à évoluer comme ils le souhaiteraient _à s'épanouir professionnellement, sentimentalement et sexuellement (ce que j'appelle les trois pôles d'intérêts) c'est parce qu'il y a des barrages qui entravent leur désir d'accéder à un rêve inachevé. Je pars du principe que tout est possible, à condition de s'entourer de gens qui nous poussent à croire en nous.
 
Contribuer au Réseau Pepe
Ce site est avant tout une encyclopédie ouverte à l'imagination et au savoir, où chacun(e) d'entre vous peut participer.
Si vous avez envie de partager une passion, ou si vous sentez le besoin de vous exprimer sur un point précis, je vous invite à m'adresser un e-mail (adresse électronique accessible sur ma page d'accueil).

Mais encore  Up Page
A la fois séropositif et séronégatif
Il est par exemple "scientifiquement" possible d'être en même temps séropositif (test Western Blot) en France et séronégatif en Australie<(test Elisa): une bien "étrange" incohérence de l'orthodoxie du sida (ou le problème de la variabilité dans le temps et dans l'espace du nombre minimal de bandes devant réagir au Western Blot pour être déclaré séropositif).
 
"A croire qu'il fait bon vivre en Australie ... à moins que la non-surpopulation _ ne nécessitant pas de génocide humain _ en soit la raison  ..."
Philippe Lopes, auteur de ce site web.