Les dames de Valdivia (Equateur)
La petite histoire
Comprendre simplement
Domaines de présence
Son interprétation dans l'avenir
Les références
Mais encore
by Pepe ©
 
Accueil  Arborescence  Page précédente

La petite histoire  Up Page
Origine, raisons, hasard
Ces petites statues de terre-cuite sont estimées remonter à il y a 5000 ans, en Equateur. C'est à Valdivia, petit village de pêcheurs au bord du Pacifique, sur la côte septentrionale de la province de Guyas, que les premières fouilles entreprises ont mis à jour de très nombreux fragments de poteries, vases et figurines que la datation au Carbone-14 fait remonter aux environs de 3100 av. J.-C. voire même à 4000 selon d'autres méthodes de datation.

Comprendre simplement  Up Page
Vulgarisation, de 7 à 77 ans
Cette partie de la côte équatorienne était à l'époque sensiblement plus basse qu'aujourd'hui par rapport au niveau de la mer, et les nombreux champs de salpêtre actuels étaient recouverts d'eau peu profonde bordés de marécages et lagunes où les racines de palétuviers devaient composer d'impénétrables barrières. Comme les premiers sites archéologiques de Valdivia ont tous été découverts à proximité immédiate de ces lagunes, qui devaient être de parfaites réserves de coquillages, on a longtemps cru que cette population ne vivait essentiellement que de pêche et de cueillette de fruits sauvages.

Domaines de présence  Up Page
Monde présent
D'autres sites archéologiques furent découverts: le site de Loma Alta à 15 km de la côte sur la rivière de Valdivia, découverte d'Azucar à 30 km de l'océan par Carlos Zevallos. On y découvrit des centaines de pierres à moudre dégagées des strates de Loma Alta (alors qu'on n'en avait pratiquement pas découverts sur la côte même), les poteries à décoration de grains de maïs à jour par Carlos Zevallos à San Pablo, les confrontations et recherches d'historiens et agronomes américains, donnent aujourd'hui à penser que c'est en fait à Valdivia qu'est apparu pour la toute première fois un système efficace de culture de maïs, plus tard sans doute étendu au manioc et à la patate douce, entre autres.
Jusqu'en août 1974, on ignorait tout des habitations de Valdivia. Depuis les travaux à Real Alto d'une équipe de chercheurs américains de l'Université de l'Illinois ont permis de dégager le plan complet au sol d'une maison de forme ovale, de 10,30 m sur 8 m, et de déceler les traces et la disposition de quelques autres. Dans une couche de position épaisse de 20 cm, des centaines de vases et des douzaines de figurines en terre-cuite ont permis de situer avec précision l'habitation aux alentours de 2 300 av. J.-C. Habitation pouvant contenir, selon le Pr. Donald Lathrap, une trentaine de personnes; d'autant qu'il pourrait y avoir entre 50 et 100 habitations similaires.

Son interprétation dans l'avenir  Up Page
Monde futur
On aurait découvert, également, deux types de crânes humains: les uns dolicéphales qui paraissent les plus anciens, les autres brachicéphales qui sont les plus nombreux. Ceci a permis d'avancer l'hypothèse qu'à l'origine la population devait être composée de pêcheurs dolicéphales ignorant la poterie (comme sur les côtes péruviennes), et qu'ensuite survinrent de nouveaux arrivants, brachicéphales, qui, eux, connaissaient cet art.
L'autre mystère de Valdivia reste l'apparition soudaine d'une céramique témoignant d'emblée d'une telle maturité artistique et technique. Certains ont voulu voir une influence possible des populations de Puerto Hormiga, dans les basses terres du nord de la Colombie, où l'on a retrouvé également de nombreux fragments de poterie remontant à une époque très proche de Valdivia. Mais ces vestiges témoignent d'un art plus grossier.
Les archéologues Meggers, Evans et Estrada, soutiennent en se fondant sur des similitudes de terres-cuites la thèse d'un contact transpacifique avec la civilisation Jomon, au Japon, à la suite de la dérive accidentelle d'un bateau de pêche japonais. Cette thèse expliquerait cette parfaite grâce des oeuvres de céramiques de l'ancien temps, beaucoup plus raffinées que ne sont les figurines réalisées bine après ...
Les élégantes figurines du début perdent au cours des siècles leur réalisme stylisé et leur vigueur, les corps sont moins bien finis, les bras disparaissent, les cheveux et même parfois les boucles aussi, comme si des êtres venus d'ailleurs, maîtrisant parfaitement leur art, l'auraient enseigné aux hommes de Valdivia; rien d'étonnant si ces derniers, ultérieurement livrés à eux-mêmes, aient peu à peu perdu la vigueur créatrice causée par le choc culturel initial.

Les références  Up Page
Réseau Pepe
Rêveries, hypothèses et impostures Guy Rachet
Science & Vie mai 1976 n704
 
Pourquoi ce site
Je crois que, si les êtres humains que nous sommes ne parviennent pas toujours à évoluer comme ils le souhaiteraient _à s'épanouir professionnellement, sentimentalement et sexuellement (ce que j'appelle les trois pôles d'intérêts) c'est parce qu'il y a des barrages qui entravent leur désir d'accéder à un rêve inachevé. Je pars du principe que tout est possible, à condition de s'entourer de gens qui nous poussent à croire en nous.
 
Contribuer au Réseau Pepe
Ce site est avant tout une encyclopédie ouverte à l'imagination et au savoir, où chacun(e) d'entre vous peut participer.
Si vous avez envie de partager une passion, ou si vous sentez le besoin de vous exprimer sur un point précis, je vous invite à m'adresser un e-mail (adresse électronique accessible sur ma page d'accueil).

Mais encore  Up Page
Ce que vous avez toujours voulu savoir
La découverte sensationnelle de mesdames Estrada et Evans avec Madame Meggers en Equateur, des ressemblances de la céramique de Valdivia avec la poterie de Jomon datée par le radiocarbone peu avant 3 000 av. J.-C. a montré l'introduction en Amérique de la céramique, se propageant ensuite vers le nord jusqu'au Mexique et vers le sud jusqu'au Pérou. Avec la poterie arrivent des figurines en pierre et en terre cuite jusqu'alors inconnues, comme l'était la poterie dans les civilisations préhistoriques américaines qui cependant avaient développé une agriculture primitive connaissant le maïs depuis 5 000 et commencé la culture de la calebasse et d'autres fruits de la terre pendant le Mésolithique peu après 7 000; puis ils transformèrent les espèces végétales sauvages, comme c'est le cas du maïs.