Comité des 300
Trafic d'opium
Syndicat Rockefeller
Rothschild Bank
La City
Les références
La reine et les stupéfiants
by Pepe ©

Accueil Arborescence Page précédente

La petite histoire Up Page
Trafic d'opium
La compagnie britannique East India Merchant Compagny (BEIMC) accumula une fortune géante grâce au trafic d'opium. La BEIMC fonda l'"Inland Mission" dont la tâche principale était de rendre dépendants de l'opium des travailleurs chinois pauvrement payés et de créer ainsi, un marché pour écouler leur marchandise.

En 1729, la BEIMC fonda le "Comité des 300" ("Commitee of 300") qui traita d'affaires commerciales et bancaires internationales (le "Comité des 300", appelé aussi l'"élite de la City", est, aujourd'hui, une des organisations secrètes les plus puissantes et vise à un Gouvernement mondial unique).

La BEIMC dirigea, ioncontestablement, pendant un siècle la course au marché de l'opium jusqu'en 1829, date où le gouvernement chinois défendit de fumer de l'opium. De 1791 à 1829, le nombre de plantations d'opium concédées passa de 87 à 667 sous la surveillance de la Couronne britannique.
Comprendre simplement Up Page
Syndicat Rockefeller
L'une des organisations principales qui tire toutes les ficelles aux USA est le CFR (Council on Foreign Relations). Cette organisation à moitié secrète est sous la domination du syndicat Rockefeller et d'une société secrète européenne qui porte le nom de "Comité des 300".
Domaines de présence Up Page
Rothschild Bank
Entre autres noms de la liste des membres du "Comité des 300": Sir John J. Louden.

Il est représentant de la "N. M. Rothschild Bank" à Londres.
Six autres titres sont les suivants:
_ président du Comité de conseil international de la "Chase Manhattan Bank" (Rockfeller)
_ président de la "Royale Dutch Petroleum"
_ directeur de la "Shell Petroleum Compagny Ltd"
_ et administrateur de la "Ford Foundation".
Son interprétation dans l'avenir Up Page
La City
A Londre se trouve, comme à Rome avec le Vatican, un Etat séparé, indépendant, la "City". La "City", qualifiée comme le "mile carré" le plus riche du monde occupe au cœur de Londres 2,7 kilomètres carrés. Elle passe pour avoir 4 600 habitants et 500 000 emplois. Le gouvernement de la "City", c'est la "Couronne", composée de 13 hommes régis par le roi de la "City", le "Lord Mayor".

C'est là que se trouvent les plus riches et les plus puissantes institutions économiques d'Angleterre, comme la Banque d'Angleterre contrôlée par Rothschild, la Lloyd's of London, la Bourse de Londres, les bureaux de Konzerns commerciaux et la renommée internationale ainsi que le "Fleet Street", le cœur du monde de la presse et de l'édition.

La "City" ne fait pas partie de l'Angleterre. Elle n'est ni sous le contrôle de la monarchie ni sous celui du Parlement britannique. La "City" est le véritable gouvernement de l'Angleterre puisque la reine comme le Premier ministre et le cabinet font croire qu'ils dirigent le jeu alors qu'ils ne sont, en réalité, que les pures marionnettes de la "City".
Les références Up Page
Réseau Pepe
Les Sociétés Secrètes et leur pouvoir au XXème siècle - Jan van Helsing Editions Ewertverlag 1995
Conspirators Hierarchy: The Story of the Commitee of 300 Dr John Coleman America West Publisher

Pourquoi ce site
Je crois que, si les êtres humains que nous sommes ne parviennent pas toujours à évoluer comme ils le souhaiteraient _à s'épanouir professionnellement, sentimentalement et sexuellement (ce que j'appelle les trois pôles d'intérêts) c'est parce qu'il y a des barrages qui entravent leur désir d'accéder à un rêve inachevé. Je pars du principe que tout est possible, à condition de s'entourer de gens qui nous poussent à croire en nous.

Contribuer au Réseau Pepe
Ce site est avant tout une encyclopédie ouverte à l'imagination et au savoir, où chacun(e) d'entre vous peut participer.
Si vous avez envie de partager une passion, ou si vous sentez le besoin de vous exprimer sur un point précis, je vous invite à m'adresser un e-mail (adresse électronique accessible sur ma page d'accueil).
Ce que vous avez toujours voulu savoir Up Page
La reine et les stupéfiants
Le Journal Neue Solidaritât écrivait dans l'édition du 08 septembre 1993 au chapitre La "reine et les stupéfiants".

En premières pages du sacro-saint "Times" londonien du 27 août 1993. Le titre: La famille royale était "high" dans les Highlands. L'article qui se référait à un rapport soigneusement étudié du magazine écossais "Leopard" dévoilait que drogues et stupéfiants faisaient partie de la panoplie de la famille royale britannique. Le "Leopard" prouva, documents originaux à l'appui, que la reine Victoria et son entourage (par exemple, les familles Churchill et Rothschild) commandaient régulièrement d'assez gros paquets de cocaïne, d'héroïne et d'autres stupéfiants dans une pharmacie des Highlands. Le "Times" fit la même affirmation.