L'Assomption
La petite histoire
Comprendre simplement
Domaines de présence
Son interprétation dans l'avenir
Les références
Mais encore
by Pepe ©
 
Accueil  Arborescence  Page précédente

La petite histoire  Up Page
Les Vestales
La déesse Diane à Némi passait pour rendre féconde l'union de l'homme et de la femme. Il semble que le feu jouait un rôle important dans ces rites. lors de la fête annuelle, le 13 août, on illuminait le bocage, et les femmes dont la déesse avait exhaucé la prière venaient, couronnées de roses, des torches allumées à la main, s'acquitter de leurs voeux. L'analogie entre cette coutume et la pratique catholique des cierges et des lampes de sanctuaire est évidente.
Au surplus, le nom de Vesta que portait Diane à Némi indique clairement qu'un feu perpétuel était entretenu dans le sanctuaire. Le feu sacré de Némi semblerait avoir été entretenu par des Vestales, car une tête de Vestale en terre cuite fut trouvée en cet endroit, et le culte d'un feu perpétuel veillé par des vierges consacrées paraît bien avoir été répandu dals le Latium à toute les époques. Ainsi nous savons que parmi les ruines d'Albe-la-Longue le feu des Vestales fut préservé jusqu'à la fin du quatrième siècle de notre ère.

Comprendre simplement  Up Page
Patronne des vignes et des arbres fruitiers
L'Eglise chrétienne a sans doute sanctifié cette grande fête de la déesse-vierge en la transformant en fête de l'Assomption. La différence des dates ne détruit pas forcément l'hypthèse de cette identité, car nous en trouvons l'analogie dans la fête de Saint Georges du 23 avril qui correspond probablement à la fête romaine des Parilia, du 21. L'Eglise d'Orient, dans ses archives, nous fournit des lumières sur ce qui a motivé cette conversion de la fête de Diane en la fête de la Vierge Marie. Dans le texte syriaque du traité intitulé l' Enlèvement miraculeux de la Vierge Marie du ciel, on donne les raisons qui conduisirent à l'institution de la fête en août.
Dans la version anglaise du traité se lit le passage suivant: "Et les apôtres enjoignirent que l'on commémorât encore la Sainte le 13 du mois d'Albe (c'est-à-dire d'août, ce qui correspond au jour de la fête de Diane; d'autres manuscrits donnent le 15), parce qu'alors les vignes sont chargées de grappes et les arbres de fruits, et afin que les nuages de grêle, lourds de pierres de la colère, soient écartés et que les arbres et les vignes ne soient pas rompus avec leurs fruits et leurs grappes." C'est donc bien dans l'espoir de protéger les raisins et autres fruits mûrissants que cette fête fut fixée le 13 ou le 15.
Rendel Harris renforce ce même argument, lorsqu'il montre que, dans le calendrier de l'Eglise syrienne, le 15 août est constamment désigné comme étant la fête de la Sainte Vierge aux vignes et que, dans le texte arabe de l'apocryphe Sur la mort de la Bienheureuse Marie attribué à l'apôtre Jean, on rencontre le passage suivant: "Une fête fut ainsi instituée en son honneur le quinzième jour du mois d'Ab (c'est-à-dire d'août) qui est le jour où elle quitta ce monde, le jour où les miracles furent accomplis et où les fruits de la terre mûrissent."
On nous parle aussi de vignes et de plantations qui étaient consacrées à Artémis, de fruits qui lui étaient offerts et du verger qui entourait son temple. Cela permet de conjecturer que sa soeur italienne, Diane, était également révérée comme patronne des vignes et des arbres fruitiers, et que le 13 août les propriétaires des vignes et des jardins lui rendaient hommage à Némi pour assurer la bonne maturité des fruits.
Jusque dans les pays scandinaves un reste du culte de Diane a survécu dans le rite de la bénédiction de tous les fruits de la terre; cette fête était célébrée à l'Assomption dans ces Etats, alors qu'ils étaient encore catholiques. Il est permis de conjecturer que l'édification des fidèles, l'Eglise a converti une fête païenne en une fête chrétienne. Selon Conybeare, d'Oxford: "D'après le témoignage exprès des Pères arméniens des années 700 et suivantes, le jour de la Vierge fut fixé le 15 du mois de septembre parce que c'était le jour d'Anahite et que les chrétiens espéraient ainsi transférer sur Marie la magnificience de cette fête." Cette Anahite ou Anaitisn comme l'appelaient les Grecs, prédécesseur en Arménie de la Vierge Marie, était une déesse orientale dont le culte fut très populaire, non seulement en Arménie, mais dans les contrées voisines. Le caractère de ces rites clairement indiqué par Strabon qui était lui-même originaire de cette région.

Domaines de présence  Up Page
Monde présent

Son interprétation dans l'avenir  Up Page
Monde futur

Les références  Up Page
Réseau Pepe
Origines magiques de la royauté James Georges Frazer
 
Pourquoi ce site
Je crois que, si les êtres humains que nous sommes ne parviennent pas toujours à évoluer comme ils le souhaiteraient _à s'épanouir professionnellement, sentimentalement et sexuellement (ce que j'appelle les trois pôles d'intérêts) c'est parce qu'il y a des barrages qui entravent leur désir d'accéder à un rêve inachevé. Je pars du principe que tout est possible, à condition de s'entourer de gens qui nous poussent à croire en nous.
 
Contribuer au Réseau Pepe
Ce site est avant tout une encyclopédie ouverte à l'imagination et au savoir, où chacun(e) d'entre vous peut participer.
Si vous avez envie de partager une passion, ou si vous sentez le besoin de vous exprimer sur un point précis, je vous invite à m'adresser un e-mail (adresse électronique accessible sur ma page d'accueil).

Mais encore  Up Page
Ce que vous avez toujours voulu savoir